Arnica

Publié le 20 Décembre 2014

Arnica

 

Nom commun : arnica.
Noms botaniques : Arnica montana, Arnica chamissonis, famille des composées ou astéracées.
Noms anglais : arnica, mountain tobacco, wolf’s bane.

Parties utilisées : sommités fleuries.
Habitat et origine : plante vivace originaire des régions montagneuses de l’Europe et du sud de la Russie. L’ouest de l’Amérique du Nord en compte également trois espèces : Arnica fulgens, A. sororia et A. cordifolia.

La présente fiche traite des préparations phytothérapeutiques d’arnica pour usage externe seulement. Il existe dans le commerce des produits homéopathiques à base d’arnica pour usage interne, mais ils ne sont pas traités ici. Dans notre section Thérapies, une fiche est consacrée à l’homéopathie.

Indications

Usage reconnu

Par voie externe, traiter les ecchymoses, les oedèmes, les dislocations, les contusions, les douleurs musculaires et articulaires, l’inflammation de la bouche et de la gorge, les furoncles, les piqûres d’insectes et la phlébite superficielle.

Voir la légende des symboles

Posologie de l’arnica

Hématomes, oedèmes, dislocations, contusions, douleurs musculaires et articulaires, furoncles, piqûres d’insectes, phlébite

Ne pas appliquer sur les plaies ouvertes.

  • Infusion pour compresses. Infuser, durant 5 à 10 minutes, 2 g de fleurs séchées dans 100 ml d’eau bouillante. Laisser refroidir et appliquer sur la partie atteinte, plusieurs fois par jour, une compresse imbibée de cette infusion.
  • Teinture (1:10 dans éthanol à 40 %). Diluer une partie de teinture dans de 3 à 10 parties d’eau. Appliquer sur la partie atteinte, plusieurs fois par jour, une compresse imbibée de cette infusion.
  • Onguent (renfermant de 20 % à 25 % de teinture ou 15 % d’huile d’arnica). Appliquer, plusieurs fois par jour, sur la partie atteinte. L’huile d’arnica est composée d’une partie de plante (fleurs) pour cinq parties d’huile végétale (1:5).

Inflammation de la cavité orale et de la gorge

  • Teinture (1:10 dans éthanol à 40 %). Diluer une partie de teinture dans dix parties d’eau. Utiliser cette solution comme rince-bouche ou gargarisme plusieurs fois par jour. Ne pas avaler.

Historique de l’arnica

En Europe, l’origine des usages médicinaux de l’arnica se perd dans la nuit des temps. En Allemagne, notamment, de très nombreux produits à base d’arnica sont offerts dans le commerce (teintures, onguents et granules homéopathiques). Cette popularité a d’ailleurs mis en péril l’espèce Arnica montana au point que les autorités allemandes en ont réglementé l’exploitation. On y cultive donc une autre espèce, l’Arnica chamissonis, à laquelle la pharmacopée allemande attribue les mêmes propriétés.

Dans la partie occidentale de l’Amérique du Nord, de l’Alaska au nord du Mexique, on trouve trois espèces d’arnica : l’Arnica fulgens, l’Arnica sororia et l’Arnica cordifolia que les premières nations utilisaient pour traiter les blessures, les ecchymoses et les entorses. L’arnica était également employée en médecine éclectique.

Bien que, dans le passé, la plante ait fait l’objet d’usages internes, notamment pour le traitement de troubles cardiaques et respiratoires, on la considère aujourd’hui comme toxique et on ne la conseille qu’en application externe.

Recherches sur l’arnica

Usage reconnu La Commission E allemande a approuvé l’usage par voie externe de l’arnica pour traiter les hématomes, les oedèmes, les dislocations, les contusions, les troubles musculaires et articulaires, l’inflammation de la bouche et de la gorge, les furoncles, les piqûres d’insectes et la phlébite superficielle. L’ESCOP reconnaît son efficacité pour le traitement des ecchymoses, des entorses, de l’inflammation causée par les piqûres d’insectes, de la gingivite et des ulcères aphteux ainsi que des douleurs articulaires (rhumatismes).

Arthrose. Au cours d’un essai sans placebo mené auprès de 79 sujets souffrant d’arthrose du genou (légère à modérée), les participants ont rapporté un soulagement de la douleur à la suite d’applications topiques d’un gel d’arnica1. Au cours d’un essai comparatif auprès de 204 patients souffrant d’arthrose des mains, un gel contenant de l’arnica a été aussi efficace qu’un gel contenant de l’ibuprofène pour soulager la douleur et améliorer la mobilité des participants2.

Douleurs musculaires. Au cours d’une étude préliminaire avec placebo, menée auprès de 12 volontaires, on a pu observer l’efficacité d’un gel d’arnica pour soulager les douleurs musculaires3. Un essai récent sur des rats indique qu’un gel d’arnica a réduit l’inflammation causée par une lésion musculaire4.

Ecchymoses. Au cours d’un essai préliminaire, l’arnica n’a pas fait mieux qu’un placebo pour prévenir la formation d'ecchymoses consécutives à une chirurgie faciale au laser ou pour contribuer à leur guérison5.

Insuffisance veineuse, varices. Les résultats d’un essai à double insu avec placebo mené auprès de 89 sujets souffrant d’insuffisance veineuse indiquent qu’un le gel d’arnica peut augmenter le tonus veineux, diminuer les oedèmes et soulager la sensation de lourdeur dans les jambes6.

Soulagement des douleurs postopératoires. Lors d’un essai à double insu avec placebo auprès de 37 sujets opérés pour le syndrome du canal carpien, une combinaison d’arnica homéopathique par voie orale et de gel d’arnica en application topique a mieux soulagé la douleur que le placebo7. L’effet anti-inflammatoire de l’arnica serait attribuable à la préparation phytothérapeutique, car au cours d’un essai similaire ne comprenant pas l’application d’un gel, la préparation homéopathique n’a pas eu plus d’effet que le placebo8.

Précautions

Attention

  • Utiliser par voie externe seulement.
  • Ne pas appliquer d’arnica sur les plaies ouvertes.
  • En rince-bouche ou en gargarisme, éviter d’avaler la solution.

Contre-indications

  • Possibilité d’allergie croisée en cas d’allergie aux plantes de la famille des composées (marguerite, échinacée, pissenlit, herbe à poux, souci, etc.).

Effets indésirables

  • L’arnica peut causer une dermatite chez certaines personnes.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Par voie externe, aucune connue.

Avec des médicaments

  • Par voie externe, aucune connue.

Sur les tablettes

Privilégier les gels, pommades, onguents ou teintures qui affichent clairement leur teneur en arnica.

 

Réviseurs :
Cécile Bertin, Ph.D (mai 2009).
Paul Richard Saunders, PhD, ND, DHANP (octobre 2005).

Recherche et rédaction : Pierre Lefrançois et Françoise Ruby
Mise à jour : mai 2009

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Barnes Joan, Anderson A. Linda, Phillipson David J. Herbal Medicines, Pharmaceutical Press, Grande-Bretagne, 2002, 2e édition.
Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Arnicae flos, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d'Exeter, Grande-Bretagne, 1997.
Mills S, Bone K. Principles and Practice of Phytotherapy, Churchill Livingstone, Harcourt Publishers, Grande-Bretagne, 2000.
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 20 avril 2009]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Arnica, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 6 mars 2009]. www.naturalstandard.com
Schulz V., Hänsel R., Tyler V.E. Rational Phytotherapy - A Physicians' Guide to Herbal Medicine, fourth edition, Springer, Allemagne, 2001.
Therapeutic Research Faculty (Ed). Arnica, Natural Medicines Comprehensive Database. [Consulté le 6 mars 2009]. www.naturaldatabase.com

Crédit photo : Pierre Stjernfeldt, www.naturfoton.se.

 

Notes

1. Knuesel O, Weber M, Suter A. Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee: an open, multicenter clinical trial. Adv Ther. 2002 Sep-Oct;19(5):209-18.
2. Choosing between NSAID and arnica for topical treatment of hand osteoarthritis in a randomised, double-blind study. Widrig R, Suter A, et al. J. Rheumatol Int. 2007 Apr;27(6):585-91.
3. Étude mentionnée dans : European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Arnicae flos, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d'Exeter, Grande-Bretagne, 1997.
4. Effects of phonophoresis with Arnica montana onto acute inflammatory process in rat skeletal muscles: an experimental study. Alfredo PP, Anaruma CA, et al. Ultrasonics. 2009 May;49(4-5):466-71.
5. Alonso D, Lazarus MC, Baumann L. Effects of topical arnica gel on post-laser treatment bruises.Dermatol Surg. 2002 Aug;28(8):686-8.
6. Étude mentionnée dans : Mills S, Bone K. Principles and Practice of Phytotherapy, Churchill Livingstone, Harcourt Publishers, Grande-Bretagne, 2000.
7. Jeffrey SL, Belcher HJ. Use of Arnica to relieve pain after carpal-tunnel release surgery. Altern Ther Health Med. 2002 Mar-Apr;8(2):66-8.
8. Stevinson C, Devaraj VS, et al. Homeopathic arnica for prevention of pain and bruising: randomized placebo-controlled trial in hand surgery.J R Soc Med. 2003 Feb;96(2):60-5.

 

Source :

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=arnica_ps&utm_source=intern&utm_campaign=quotidienne&utm_medium=newsletter

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #naturopathie

Repost 0
Commenter cet article