Des neurones de la douleur à la demande

Publié le 13 Décembre 2014

Les douleurs comme la brûlure stimulent les terminaisons nerveuses cutanées, qui sont également présentes dans d’autres tissus (les muscles, les articulations, les viscères etc). © Fotolia / Inserm

Les douleurs comme la brûlure stimulent les terminaisons nerveuses cutanées, qui sont également présentes dans d’autres tissus (les muscles, les articulations, les viscères etc). © Fotolia / Inserm

Une équipe américaine a fabriqué des neurones de la douleur à partir de cellules de peau. Un enjeu majeur dans la mise au point de traitements pour soulager les douleurs neuropathiques.

La douleur va morfler ! Une équipe de l’hôpital pour enfants de Boston et de l’institut de cellules souches d’Harvard (États-Unis) vient d’annoncer dans Nature Neuroscience être parvenue à fabriquer des neurones de la douleur à partir de cellules de peau.

Remplacer antidépresseurs et morphine

C’est un enjeu majeur de la recherche médicale qui vient de s’entrouvrir par cette publication car "il n’existe actuellement aucun traitement pour soulager les douleurs neuropathiques (voir encadré ci-dessous) en dehors des antidépresseurs ou de la morphine, des traitements lourds non dénués d’effets secondaires" explique Aziz Moqrich, responsable d’équipe à l’Institut de Biologie du Développement de Marseille.

IPS. Être capable de pouvoir fabriquer à la demande cette population neuronale, c’est l’assurance de tester des médicaments et molécules d’intérêt beaucoup plus vite et incomparablement plus efficacement. Pour ce faire, l’équipe de Brian Wainger et Elizabeth Buttermore a mis au point une variante de la méthode des IPS (qui valut à son découvreur, Shinya Yamanaka, le prix Nobel en 2012) consistant à reprogrammer des cellules adultes différenciées en les mettant en présence d’un cocktail de facteurs protéiques.

DOULEUR. Il existe deux types de douleur neuropathique : la douleur neuropathique périphérique et centrale. La première se produit dans les nerfs situés à l’extérieur de la moelle épinière, comme ceux de vos poignets lorsque vous souffrez du syndrome du tunnel carpien.
La douleur neuropathique centrale se produit dans le cerveau ou dans la moelle épinière, telle la douleur qui est ressentie après un traumatisme médullaire ou un accident vasculaire cérébral.

Source : Association québecoise de la douleur

Les chercheurs ont fait un travail énorme

Car, écueil majeur : la recette mis au point par Yamanaka ne fonctionne pas pour les neurones nociceptifs (à l'origine de la douleur) et s’avère en l’état incapable d’en produire. Il fallait trouver un nouveau cocktail. "Les chercheurs ont fait un travail énorme, détaille Aziz Moqrich : ils sont partis d’une vingtaine de facteurs et en ont enlevé un à la fois, reproduisant à chaque fois leur expérience, avant d’arriver au cocktail minimum idéal capable de transformer des cellules de peau (fibroblastes) en nocicepteurs."

Avec cette publication, il devient désormais possible de cibler de larges chimiothèques pour mettre la main sur des molécules analgésiques suffisamment puissantes à moduler l’activité des nocicepteurs ainsi produits in vitro. Mais, ce n’est qu’un début. "La recette des chercheurs ne génère qu’un type de nocicepteur, précise Aziz Moqrich. Or, il en existe une cinquantaine de différents..."

 
Source :
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20141211.OBS7679/des-neurones-de-la-douleur-a-la-demande.html
 
Mis en ligne par Evy

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #neurones, #douleur

Repost 0
Commenter cet article