Etat des lieux de la qualité de vie des patients atteints de douleurs chroniques

Publié le 4 Décembre 2014

Etat des lieux de la qualité de vie des patients atteints de douleurs chroniques

PatientsWorld a mené une étude sur la qualité de vie et la prise en charge des patients atteints de douleurs chroniques. Cette étude s’est déroulée du 30 octobre au 24 novembre auprès de plus de 700 patients. 15% à 25 % des français souffrent de douleurs chroniques. Est appelée « douleur chronique » toute douleur qui persiste au-delà de trois mois. Ces douleurs sont généralement une source d’incompréhension entre les patients et leurs médecins du fait dans de nombreux cas d’absence de lésions ou d’une origine inconnue.

41% des patients insatisfaits de leur prise en charge par leur médecin

La première difficulté que rencontrent les personnes atteintes de douleur chronique concerne la prise en charge de la douleur par leur médecin : 41% la considèrent comme insuffisante et 28% comme satisfaisante.

Qualité de la prise en charge des douleurs par leur médecin

1335

Source Patientsworld ® 2014 – Tous droits réservés

Cette insuffisance de la prise en charge s’explique par la nature même des douleurs chroniques:

  • La difficulté à qualifier et quantifier la douleur : la douleur étant une notion subjective propre à chacun, il est difficile pour le patient de la qualifier précisément et de faire reconnaître son degrés de souffrance auprès du médecin.

  • L’origine inconnue de la douleur : dans plus de 75% des cas, la douleur n’a pas une origine clairement identifiée (telle qu’un accident, une opération, etc).

  • L’absence de localisation précise : en raison de l’absence de lésion ou de marque, la douleur s’étend sur une zone plus ou moins large qu’à un emplacement précis.

Mais également par la médication :

  • Le recours parfois à des traitements forts : la médication souvent proposée pour traiter et soulager la douleur passe par la prise de morphine et de cortisone, considérés comme contraignants et forts par les patients.

  • Le recours à des médecines non traditionnelles : pour contourner ces traitements forts, de nombreux patients se tournent vers des médecines non traditionnelles telles que l’hypnose, la sophrologie, l’électrothérapie ou l’acupuncture. Nous pouvons lire, au sein du groupe de discussion « douleurs chroniques » de PatientsWorld, des retours mitigés sur ces méthodes non-traditionnelles et qu’elles soulèvent de très nombreuses questions de la part des patients.

Les principales douleurs sont localisées dans le dos (73% des patients interrogés), les membres (71%), les zones du cou et de l’épaule (71%).

Un impact majeur sur la vie quotidienne

Pourtant ces douleurs impactent considérablement la vie sociale, familiale et professionnelle de ces patients. La consommation de médicaments et les traitements de longue durée tels que la kinésithérapie peuvent être difficiles à supporter pour le patient et s’accompagne souvent d’une perte d’énergie. Nous constatons que 50% des personnes interrogées se sont senties déprimées la semaine précédant l’étude. Ces chiffres sont conformes à la moyenne observée par la HAS.

Sentiment de déprime des patients souffrant de douleurs chroniques la semaine précédent l’étude.

1336

Source Patientsworld ® 2014 – Tous droits réservés

60% des personnes souffrant de douleurs chroniques considèrent qu’elles impactent fortement leur vie sociale sous plusieurs formes

  • La pratique de sports et de loisir : pour 76% des personnes interrogées, les douleurs impactent fortement la pratique de sports et loisirs. De nombreux patients sont incapables de pratiquer une activité dynamique à cause de leurs douleurs. Les longs voyages sont également plus difficiles à entreprendre pour ces « malades ».

  • 58% des patients considèrent que les douleurs chroniques impactent fortement leur vie familiale et, leur vie de couple, dans 55% des cas. Par exemple, l’impossibilité pour certains d’entre eux de réaliser des tâches ménagères classiques (courses, ménage, ..) à cause de ces douleurs, peuvent être source de tensions au sein d’un couple.

  • L’impact sur la vie professionnelle est également important. Les douleurs chroniques peuvent être difficilement acceptées par l’environnement professionnel. Pour exemple, les aménagements nécessaires à la prise en charge des douleurs chroniques du patient (aménagement du poste de travail ou du temps de travail) ne sont pas pris en compte. Une chaise avec une ergonomie adaptée peut par exemple permettre de diminuer les douleurs au niveau du dos. 62% des patients considèrent que leurs douleurs chroniques impactent considérablement leurs vie professionnelle.

III. Qui sont les patients atteints de douleurs chroniques

La communauté Douleurs Chroniques est l’un des plus actives du site PatientsWorld. 74% de patients atteints de douleurs chroniques sont des femmes. La surreprésentation des femmes parmi les patients atteints de douleurs chroniques a été prouvée à de nombreuses reprises par des études antérieures. L’âge moyen de ces patients est 51,8.

Les pathologies les plus fréquemment associées aux douleurs chroniques sont l’arthrose (pour 27,7% des patients), la fibromyalgie (19,3%), les troubles du sommeil (12,4%), la lombalgie (12,2%) et la dépression (11,7%). A noter que 7% des patients sont atteints de cancer.

Source :

http://www.entrepatients.net/fr/sante/actualites/917116-sante-etat-des-lieux-de-qualite-de-vie-des-patients-atteints-de-douleurs-chr?utm_source=patientsworld&utm_medium=email&utm_content=lettre-d-informations-decembre-2014-membres&utm_campaign=NL

Mis en ligne par Evy

 

 

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Douleurs

Repost 0
Commenter cet article