« Un tiers payant généralisé ‘plus simple’ promis aux médecins »

Publié le 11 Janvier 2015

Les Echos revient sur la grève des médecins libéraux et note : « Rassurer les médecins, en offrant des garanties sur la mise en œuvre du tiers payant généralisé. Hier matin sur France Inter, François Hollande a tenté d'apaiser les professions médicales qui craignent le projet de loi Santé ».
Le président de la République a ainsi déclaré : « Je comprends les médecins qui disent qu'il ne faut pas que ce soit compliqué, [ils ont] parfaitement raison ». Le journal relève que « c'est la deuxième fois en une semaine que François Hollande glisse une petite phrase à l'intention des médecins, à qui il avait promis, lors de ses vœux de la Saint-Sylvestre, de ne pas «remettre en cause» leur «liberté» ».
Le quotidien observe que « ceux-ci n'ont pas baissé la garde depuis leur grève entre Noël et le jour de l'an. Les principaux syndicats appellent à la grève des télétransmissions de feuilles de soins. Elle peut coûter cher aux médecins si elle dure, car en deçà d'un certain pourcentage de télétransmissions, ils perdent leur rémunération sur objectif de santé publique (autour de 5.000 € par an pour un généraliste) ».
Les Echos cite Eric Henry, président du SML, qui déclare que « le tiers payant généralisé, c'est le meilleur moyen d'avoir des consultations de 7 minutes comme en Grande-Bretagne, contre 15 à 20 minutes chez nous. Nous allons devenir une succursale du monde social ».
Le responsable s’interroge : « Au bout de 3 ans, pourquoi [la Sécurité sociale] ne me demanderait-elle pas de passer au forfait, avec une enveloppe annuelle ? », estimant que « les généralistes risquent de devenir des «commis d'office à la santé», suscitant la création d'un «secteur 3» totalement déconventionné, pour les plus aisés », remarque le journal.
Le quotidien note que de leur côté, « les jeunes médecins du SNJMG sont favorables au tiers payant généralisé. Il ne pose pas de problème aux pharmaciens », selon Ida Marina Lanzi, sa vice-présidente, qui note que « la Sécurité sociale sait déjà tout sur nous, on ne peut rien lui cacher ».
« Seulement, il faudrait que la Caisse primaire d'assurance-maladie avance les fonds pour la mutuelle, afin que le médecin ne le fasse pas lui-même 
», remarque Les Echos.
Jacques Battistoni, de MG France, déclare quant à lui : « Il y a environ 650 complémentaires santé. Certaines ne vous remboursent jamais ; d'autres vous demandent systématiquement une quittance papier. […] Jusqu'à présent, le gouvernement n'a pas fait la preuve de sa volonté d'imposer un dispositif clair et simple aux mutuelles ».
Le Point remarque pour sa part que « le mouvement se durcit » et note que « les blouses blanches sont bien décidées à tout mettre en œuvre pour contraindre le gouvernement à modifier le projet de loi santé débattu au printemps ». Le magazine relève que « les propos de François Hollande […] ont peu de chances d'apaiser leur colère ».
Le Monde observe que « la grève des médecins divise le monde syndical ». Le journal relève que « d'autres professions médicales sont également en grève, comme les spécialistes, qui ont emboîté le pas aux généralistes le 24 décembre. De son côté, la Fédération de l'hospitalisation privée a annoncé qu'elle renonçait à la grève, mardi 30 décembre. L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a aussi décidé d'annuler son appel à la grève le 23 décembre ».
Le quotidien cite lui aussi Eric Henry, président du SML, qui a déclaré que « M. Hollande n'a rien compris à la portée de notre mouvement. [La grève] n'est pas liée au problème technique que pose le tiers payant généralisé intégral, [mais à] cette mesure même qui est un acte politique et qui va contraindre patients et médecins à rentrer dans le nouveau système de soins que le gouvernement veut nous imposer ».
De son côté, Le Parisien titre sur « les patients mécontents » de cette grève, relevant que « des associations de patients demandent au gouvernement de garder le principe du tiers payant généralisé et trouvent le refus des médecins incompréhensible ».
Le journal cite notamment Arnaud de Broca, secrétaire général de la Fnath (Fédération nationale des accidentés sud travail et des handicapés), qui déclare que « cette généralisation est un vrai progrès social. S’il y a sans doute des améliorations techniques à apporter dans sa mise en œuvre, le principe doit rester. Aujourd’hui, des patients ne se font pas soigner parce qu’ils n’ont pas les moyens d’avancer les frais de santé ».
Le Figaro relate également cette « troisième semaine de grève pour les médecins », et observe que « les médecins n’ont à cette heure rien obtenu de la ministre de la Santé ».
La Croix observe pour sa part que « Marisol Touraine [est] en première ligne face à la fronde des médecins ». Le journal note que la ministre « tient toujours bon sur la généralisation du tiers payant », mais « apparaît aujourd’hui un peu isolée, faute d’avoir pu réunir des soutiens autour de sa loi sur la santé ».


Revue de presse rédigée par Laurent Frichet
TSAVO PRESSE
Les Echos , Le Point , Le Monde , Le Parisien , La Croix , Le Figaro
Source :

http://www.mediscoop.net/

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #tiers payant, #médécins

Repost 0
Commenter cet article