Les fausses bonnes idées des industriels : exemple de l’huile de colza

Publié le 11 Mars 2015

Öl, Raps

Réputation de l’huile de colza

L’huile de colza (canola) jouit d’une très bonne réputation. Et pour cause, elle est pauvre en acides gras saturés (7%), contient une forte proportion de mono-insaturés (60,5%) et surtout elle est une bonne source d’oméga-3 (8 à 9%). C’est pour ces raisons que l’huile de colza est autant conseillée de nos jours ; c’est un très bon complément de l’huile d’olive, qui elle, ne contient pas d’oméga-3 (0,6%). En outre, l’huile de colza contient d’autres éléments intéressants : antioxydants, phytostérols, vitamine K et coenzyme Q10 (seulement dans l’huile de colza non raffinée).

Colza vierge première pression à froid vs colza raffiné

Oui mais voilà, nous sommes en train de parler de l’huile de colza sous sa forme non dénaturée, et non pas d’huile raffinée.

En plus d’être dépouillée des micronutriments cités ci-dessus, l’huile raffinée/désodorisée est une infâme mixture d’acides gras TRANS.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’à l’origine c’est une huile riche en oméga-3. Lors du processus de raffinage l’huile est portée à haute température, ce qui génère des acides gras TRANS. Ces derniers n’ont pas la bonne conformation spatiale (ils devraient être en CIS). Si vous n’êtes pas un pro de la biochimie, dîtes vous tout simplement que ces acides gras n’ont pas la bonne forme et qu’ils vont venir perturber l’ensemble des cellules de l’organisme. Mais alors pourquoi transformer cette huile ? Pour la rendre incolore, inodore, sans saveur, peu sensible à l’oxydation et stable à haute température (non sans conséquences…). L’huile de colza vierge première pression à froid, quant-à-elle, ne contient que des acides gras CIS ; vous aurez compris que c’est celle-ci qu’il faut choisir.

Les méfaits des acides gras TRANS

Les acides gras TRANS sont donc hautement délétères pour la santé. On peut résumer en disant, et ce sans aucune exagération, qu’ils sont un facteur de risque important dans toutes les maladies métaboliques (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires…). Ils font dysfonctionner toutes les cellules, encrassent les artères, ruinent votre bilan biologique (en faisant exploser votre LDL-cholestérol), etc.

Substitution de l’huile de palme par l’huile de colza

C’est la super bonne fausse idée qu’ont eut les industriels ! Cela part d’une bonne intention, mais est-ce vraiment une bonne idée ? L’huile de palme est maintenant substituée par l’huile de colza dans les biscottes, les biscuits, etc. C’est à la fois un argument santé et un argument marketing (la mention « sans huile de palme » fait vendre).

L’huile de palme a quand même le mérite d’être relativement stable à de hautes températures (justement grâce à ses acides gras saturés), ce qui n’est pas le cas du colza…

A noter également que l’huile de palme, si elle est hydrogénée (car elle n’est pas entièrement saturée) contient aussi des acides gras TRANS (mais pas l’huile de palme non raffiné). L’huile employée maintenant par les industriels est bien évidemment de l’huile de colza raffinée. Celle-ci s’est vue doter d’acides gras TRANS lors des opérations de raffinage. La double cuisson des biscottes ou la cuisson à haute température des biscuits (pour la réaction de Maillard) en rajoutent une couche ! Voilà comment de multiples opérations de chauffage engendrent une bonne dose d’acides gras TRANS…

Evitez les produits industriels!

Comme d’habitude la conclusion est particulièrement simple : il suffit d’éviter les produits industriels et de consommer des produits naturels, non transformés, de saison, et de préférence biologiques. Même avec toute la meilleure volonté des industriels, un produit hautement transformé sera toujours nocif pour la santé… Et surtout arrêtons de cuire le gras !

Fabien PiascoPosté par:

Source : http://www.medicatrix.be/industriels-colza/

 

 

 

 

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #aliments, #colza

Repost 0
Commenter cet article