Un implant en métal pour lutter contre la douleur

Publié le 7 Avril 2015

Un implant en métal pour lutter contre la douleur

Un nouvel implant antidouleur, résistant aux ondes magnétiques, vient d’être posé à l’hôpital de Béthune (Pas-de-Calais).

C’est un petit boîtier en métal que l’on pose sous la peau – dans l’abdomen ou en haut d’une fesse. Il émet des impulsions électriques en direction des fibres nerveuses de la moelle épinière, et brouille ainsi le message de douleur lors de son cheminement vers le cerveau. Pour ceux qui souffrent de douleurs chroniques rebelles, le stimulateur médullaire (ou neurostimulateur) est une petite révolution.

Depuis vingt ans, ce « Pace maker de la douleur » permet de rendre une vie à peu près normale aux patients en souffrance. Seul problème, et pas des moindres : son porteur ne peut passer aucune IRM. L’exposition aux ondes électromagnétique peut détériorer le matériel et provoquer une surchauffe et des lésions irréversibles de la moelle épinière. Entre les maux et l’IRM, les patients doivent choisir… Une contrainte qui vient d’être surmontée.

Blindage en titane
Le Centre de la douleur de l’hôpital Béthune (Pas-de-Calais) a en effet posé l’un des premiers neurostimulateurs résistant aux ondes de l’IRM. Le journal local Nord-Eclair décrit ainsi cette électrode de « 3 cm sur moins d’1 cm d’épaisseur », conçue avec un « blindage en tantale, [qui] évite l’échauffement en cas d’exposition au champ magnétique ». Un progrès significatif, qui va permettre à des dizaines de candidats de se faire poser l’implant. « Nous attendons des patients de toute la région », explique le Dr Challi, qui a mené l’opération.

Mais les conditions pour l’implantation sont strictes. Le patient doit passer par une sélection drastique, depuis son médecin traitant jusqu’au Centre de la douleur. Il doit notamment rencontrer un psychologue censé cerner sa motivation réelle à se faire implanter un corps étranger dans l’organisme, et sa capacité à le tolérer (certains ne supportent pas cette idée).


Un dispositif coûteux
La méthode a l'avantage d'être peu agressive et totalement réversible. Elle est de plus en plus souvent réalisée par voie percutanée (à travers la peau) et non chirurgicale. Elle s’adresse aux patients qui souffrent de douleurs neuropathiques : « des problèmes liés aux nerfs, à la moelle épinière, certaines artérites, quelques alogodystrophies, des douleurs angineuses... », énumère le Dr Challi.

Malgré cette importante avancée, il reste un paramètre à améliorer : le coût du dispositif, aux alentours de 10 000 euros.

Source : http://www.pourquoidocteur.fr/Un-implant-en-metal-pour-lutter-contre-la-douleur-8244.html

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #implant, #douleur

Repost 0
Commenter cet article