Le sommeil des patientes fibromyalgiques, la clé du mal être ? (extrait)

Publié le 15 Juin 2015

 

Qui n’a pas fait l’expérience de lendemain difficile d’une mauvaise nuit de sommeil?

Pour les patients fibromyalgiques, c’est la réalité de toutes les nuits malgré des fluctuations de la dysomnie.

Les perturbations du sommeil  sont rarement au 1er plan des  plaintes, en raison semble t-il  de leur chronicité et de la prédominance du « couple douleurs diffuses-fatigue ».

Les troubles du  sommeil  mais aussi de l’éveil seraient en quelque sorte   « noyés »  parmi  les nombreuses plaintes exprimées. En effet, les malades se plaignent peu spontanément du sommeil lui-même mais plutôt de ses conséquences (fatigue, réveil pénible, raideur et  courbatures au réveil).

Pour certains auteurs(Mc Farlane, M.Rizzi, H.Moldofski) l’intensité des  douleurs diffuses et les points douloureux d’examen seraient corrélées à  la sévérité de la  dysomnie.

Ainsi, la correction des troubles du  rythme veille-sommeil des fibromyalgiques  deviendrait prioritaire dans la prise en charge thérapeutique de ces patientes.

Historiquement, dès 1976, le Dr H.Moldofski a bien démontré  la possibilité de reproduire  des symptômes de type fibromyalgie par des épreuves de privation du sommeil  chez  l’homme sain volontaire. Selon le psychiatre canadien, les sujets fibromyalgiques ont un sommeil fragmenté (sommeil entrecoupé de nombreux micro-éveils).Cette hypervigilance nocturne  cérébrale serait  destructrice  de l’architecture du  sommeil  principalement  du sommeil lent profond  (SLP : stade 4) réparateur.

Pour le Dr H  Moldofsky , ces anomalies ne sont pas dues à la douleur chronique mais en sont l'origine. Le sommeil n'a plus son rôle régénérateur.

La sérotonine, neuromédiateur cérébral  et médullaire, est impliquée  à la fois dans la régulation des voies de la douleur nociceptive et le  sommeil faisant le lien physiopathogénique entre  ces deux fonctions déréglées dans le syndrome de fibromyalgie (FMS).

Le FMS  état douloureux diffus  serait une sorte de « rhumatisme du  sommeil ».

Etre fibromyalgique sans troubles du sommeil n’est guère possible.

90 % à 100 % des patients fibromyalgiques ont des troubles du sommeil, mais pour autant la dysomnie est considérée comme un critère mineur non indispensable au diagnostic selon la définition actuelle du  FMS.

Pour les 10 % de patients  à  sommeil  réparateur, les symptômes diurnes  sont améliorés significativement confirmant le lien physiopathogénique entre  FMS et rythme  circadien veille-sommeil.

Il existe des anomalies quantitatives et qualitatives des troubles du sommeil des fibromyalgiques bien différentes d’autres pathologies du sommeil bien que non totalement spécifiques prises isolément (tracé « alpha-delta »)

L’architecture globale du sommeil fibromyalgique est quant à elle particulièrement perturbée témoignant de l’instabilité veille-sommeil et de l’incapacité du cerveau à maintenir un sommeil de qualité, réparateur.

Tableau récapitulatif des perturbations du sommeil de patientes fibromyalgiques, comparativement à un groupe témoin.

Source : http://www.labrha.com/sommeil-patientes-fibromyalgiques.aspx

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #sommeil, #clé, #mal-être

Repost 0
Commenter cet article