Soigner le corps par l’esprit : une technique qui fait ses preuves

Publié le 18 Mars 2017

Soulager la douleur

Depuis longtemps, la médecine s’intéresse à la connexion corps-esprit. Des découvertes récentes semblent démontrer que le mental peut aider à soulager le corps, et ce, pour un grand nombre de pathologies.

De plus en plus d’études prouvent que le cerveau peut avoir une influence positive sur la santé. Grâce aux pensées et aux émotions, on peut réussir à soulager le corps et l’aider à guérir. Différents éléments peuvent soulager le corps :

– Les relations humaines

Les études prouvent que les personnes qui sont dans une union heureuse sont moins sujettes à différentes pathologies, telles que la pneumonie, le cancer, les infarctus ou encore la démence. En effet, grâce au sentiment de bien-être intérieur procuré par le couple, le mental parvient mieux à protéger le corps et à le défendre face aux attaques extérieures.

De même, entretenir des relations de qualité avec ses proches et avoir une vie sociale animée aide le corps à rester en bonne santé. Les hormones sécrétées lors de moments de douceur déclenchent l’activité « parasympathique » (ralentissement des fonctions de l’organisme pour économiser de l’énergie). Dans ce cas là, le corps est plus fort pour combattre la douleur et renforce son immunité.

– La psychanalyse

C’est prouvé, le stress psychologique a un effet néfaste sur le corps. Lorsque nous sommes stressés, le corps se sent agressé. Cela lui demande de fournir beaucoup d’efforts pour tenir le coup, il s’épuise et peine à conserver ses défenses immunitaires.  En parvenant à réduire le stress psychologique, on aide donc le corps à aller mieux. La psychanalyse est un très bon moyen pour y arriver.

– La rééducation du cerveau

A l’instar de la rééducation des membres grâce à la kinésithérapie, il est possible de rééduquer son cerveau. En effet, en utilisant les mécanismes de fonctionnement du cerveau avec le corps et en se focalisant sur des visualisations (construites, structurées et personnalisées à chacun), dans le cadre d’exercices stimulant la neuroplasticité, on arrive à atténuer la douleur. Cette technique, appelée Lightning Process, est à la portée de tous. Elle peut s’apprendre facilement et à force de pratiquer ces exercices, on parvient à soulager la douleur sans trop de difficultés.

Source : L’express – Comment l’esprit soigne le corps

 

Il existe plusieurs aspects à la connexion corps esprit. Par exemple, comment vous pouvez contrôler vos pensées, ou comment réagir à votre environnement et comment influencer votre neurophysiologie (Réponse Physique aux Menaces).

Un de ces aspects est l’effet Placebo et Nocebo.

LA DEFINITION DU PLACEBO

La plupart d’entre nous ont entendu parler de « l’effet placebo », les effets de guérison dont font l’expérience les patients dans les essais cliniques quand ils croient qu’ils testent un tout nouveau médicament ou une nouvelle chirurgie de pointe, alors qu’en fait, ils ont le traitement placebo. L’effet placebo est réel, il fonctionne environ entre 20 et 80% du temps, et ce n’est pas seulement dans votre tête – il dilate réellement et effectivement les bronches, guérit les ulcères, fait disparaître les verrues, baisse votre tension artérielle et rend même des patients chauves parce qu’ils croient qu’ils testent cette nouvelle chimiothérapie !

Un placebo est donc une « fausse drogue » qui n’a aucune propriété chimique active et qu’on ne peut pas distinguer de l’extérieur de la vraie drogue. Le placebo ne peut en soi causer aucune guérison ou amélioration des symptômes. Si cela devait arriver, ce serait grâce à l’action de prendre ce placebo qui vous permet alors de croire fortement que vous prenez la vraie drogue.

effet placebo

Traduction : Si vous croyez que ça va faire effet, alors ça fera effet / Si vous n’y croyez pas, alors, ça ne marchera pas

Pour faire court, dans un contexte médical, l’effet placebo ou nocebo est ce qui arrive quand votre cerceau s’occupe lui-même d’un problème au lieu de se reposer sur une drogue, une thérapie ou un traitement pour y arriver (cependant, nous utilisons l’effet placebo et nocebo régulièrement dans la vie de tous les jours dans d’autres contextes).

Les patients qui prennent des placebos témoignent non seulement des effets désirés mais aussi des effets indésirables ou effets secondaires. Ce phénomène signifie que les préparations, même sans substances actives, peuvent avoir des effets dommageables. Ces effets, par analogie avec l’effet placebo, ont été attribués à l’effet nocebo. Une attitude négative ou pessimiste de la part des patients, de mauvaises expériences avec d’autres drogues similaires, une mauvaise information que le patient aurait reçu des docteurs, pharmaciens, les médias ou Internet, peut être la cause des effets secondaires ou indésirables, tout aussi sûrement que lire les dépliants ou la longue liste jointe avec le médicament.

LES MECANISMES DU PLACEBO

Selon les théories les plus souvent citées à l’heure actuelle, les principaux mécanismes impliqués sont les réflexes programmés/conditionnés et les attentes des personnes. Ceci veut dire que des phénomènes inconscients et conscients sont à l’œuvre dans l’effet placebo.

Les réflexes programmés/conditionnés

Quand nous parlons de réflexe programmé/conditionné, nous pensons tout de suite à Pavlov. Dans cette expérience, quand on présentait aux chiens en même temps de la nourriture et un signal sonore, cela faisait saliver les animaux.

Nous avons tous fait l’expérience dans nos vies de prendre des médicaments et que ces médicaments ont permis l’amélioration des symptômes. En conséquence, quand nous avons développé de nouveaux symptômes et que l’on nous a donné un nouveau médicament, nous avons tout simplement supposé que cela marcherait aussi. Le résultat de cette attitude nous mène logiquement à penser qu’un placebo peut être tout aussi efficace.

Par contre, si le patient remarque que le nouveau médicament n’est pas aussi efficace que le précédent ou s’il remarque une résistance corporelle (que ce soit réellement à cause du nouveau médicament ou que ce soit dû à une cause extérieures dont il n’est pas conscient), son attitude positive diminue, ainsi que l’effet de la prochaine prise du placebo. En un mot, le patient est « déconditionné » ou « déprogrammé ».

Les attentes

Contrairement à ce qu’il se passe pour les réflexes programmés/conditionnés, la personne qui prend un médicament à des attentes conscientes et précises. Ces attentes sont construites à partir de ce que dit le docteur, ce qu’il prescrit, des instructions du pharmacien, des informations et commentaires de la famille ou des amis, ainsi que toutes les informations que la personne a pu glaner et qui l’amènent à former une attente concrète des améliorations qu’il peut attendre.

Ce qui est significatif dans ces attentes c’est la force et résilience de cette attitude d’espoir. Dans une étude utilisant un placebo, les informations données mentionnaient ouvertement qu’ils recevraient une pilule sans aucune substance active. Un commentaire autorisé ajoutait ensuite que « ce médicament avait toutefois aidé beaucoup de gens ». Malgré l’information objective sur le manque de composant actif, la seule observation positive a permis au placebo de bien fonctionner sur 13 personnes sur 14. Cela a aussi permis de réduire les symptômes de 41 %.

Les facteurs additionnels

Différents facteurs peuvent influer sur l’effet placebo. Par exemple, il a été démontré que la couleur, la taille ou la forme des médicaments pris par voie orale peuvent avoir un effet. Les couleurs jaune, orange et rouge ont un effet apaisant. Le prix a aussi une influence : un médicament cher marche mieux qu’un médicament bon marché. Cette manifestation se retrouve bien au-delà de l’effet placebo, dans des situations de consommation courante par exemple.

Dans une étude publiée en 2008 (Hilke Plassmann, John O’Doherty, Baba Shiv et Antonio Rangel), on a fait goûter des vins à l’aveugle à un groupe de personnes. La seule indication était leur prix supposé. En test à l’aveugle, le même vin a recueilli un meilleur avis que ce même vin affichant un prix moindre. L’influence du médecin (généraliste ou spécialiste) est un autre facteur important dans l’effet placebo et les résultats sur un patient. Cela inclut l’information médicale et les croyances même du médecin, sa personnalité et l’environnement dans lequel le traitement se fait. Une étude sur 262 personnes souffrant du Syndrome du Côlon Irritable.

Dans une étude publiée en 2008 aussi, un groupe de 262 personnes souffrant du Syndrome du Côlon Irritable ont participé à un test (Kaptchuk et coll). Trois groupes ont été constitués. Le premier groupe a juste eu une visite médicale, le second groupe a reçu de l’acupuncture (fausse acupuncture) et le troisième groupe a reçu une fausse acupuncture associée à un entretien confidentiel et empathique. Le groupe 2 a amélioré d’une manière significative leurs symptômes par rapport au groupe 1. Et le groupe 3 a montré encore plus d’améliorations que le groupe 2, la différence entre le groupe 2 et 3 étant majeure.

La définition de l’effet Nocebo

effet noceboBien moins de recherches ont été faites sur l’effet Nocebo. Il ne serait en effet pas très éthique de provoquer une maladie chez des gens sains en utilisant le nocebo. Le nocebo, comme le placebo, repose sur une attitude consciente d’attente et d’espoir (ou pas). L’anticipation du futur et la force des attentes ont de l’influence sur la réponse nocebo. Une personne qui aura peur que des évènements, produits, environnements extérieurs le rendent malade peut développer des symptômes (lire sur le blog Anglais l’article en Anglais appelé « The backfire effect » qui donne un exemple de nocebo relié à une croyance chinoise). Le terme utilisé pour ce phénomène est prédiction auto-réalisée.

Il existe énormément de parutions à propos des placebos mais dans ce site, vous pouvez lire d’autres exemples dans le livret d’information du Lightning Process.

Le Lightning Process, parmi tous les outils qu’il propose, vous aidera à repousser les effets nocebo indésirables. La structure même de l’exercice mental propose une manière puissante et sûre de contrecarrer la mauvaise utilisation de votre cerveau. Elle vous donne aussi les outils pour re-câbler votre cerveau en choisissant des réflexes programmés/conditionnés qui seront positifs et résistants, des attentes tournées vers une amélioration de la qualité de vie, et des facteurs spécifiques et personnalisés.

Source https://michele-therapies.com/fr/?gclid=CjwKEAjwtbPGBRDhoLaqn6HknWsSJABR-o5sfnoUkbMuCeJJD-QuNZjxK5-SXlgp1OqvvRiwQJiPphoCbCPw_wcB

oOo

A T T E N T I O N !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.

oOo

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest - Evy

Publié dans #soigner,, #corps, #connexion, #corps-esprit, #placebo, #nocebo

Repost 0
Commenter cet article