STRESS : Du cannabis, peut-être, oui mais pas trop !

Publié le 10 Juin 2017

https://www.santelog.com/uploaded3/images/Actu%2042/Fotolia_76320839_XS.jpg

Le THC (Δ-9-tétrahydrocannabinol), le cannabinoïde responsable de l'effet psychoactif du cannabis, peut, à faible dose, soulager le stress, confirme déjà cette étude de l’Université de l'Illinois. Cependant la dose a toute son importance : des doses très faibles peuvent en effet atténuer le stress, tandis que des doses même légèrement supérieures peuvent augmenter l'anxiété. Des bénéfices donc possibles contre l’anxiété et le stress mais à condition de respecter une limite de consommation qui apparaît ténue, et dépendantes de l'usager, selon ces dernières données, présentées dans la revue Drug and Alcohol Dependence.

Si de nombreuses personnes utilisent le cannabis pour ses effets de soulagement du stress, très peu d'études ont examiné les effets du THC, à différents niveaux de consommation, sur le stress, rappelle le Dr Emma Childs, Professeur de psychiatrie.

Son étude, menée auprès de 42 volontaires sains, âgés de 18 à 40 ans ayant une certaine expérience de l'usage du cannabis sans en consommer quotidiennement, confirme les témoignages de nombreux utilisateurs, soit que des niveaux faibles de THC contribuent à réduire le stress, mais révèle aussi que des doses plus élevées peuvent entraîner l'effet inverse : Les participants ont été répartis au hasard en 3 groupes, un groupe « faible dose » ayant reçu une capsule contenant 7,5 milligrammes de THC, un groupe « dose modérée » ayant reçu une capsule contenant 12,5 milligrammes de THC et un groupe placebo. Les doses utilisées dans l'étude équivalaient à seulement quelques bouffées d'un joint de cannabis, car les chercheurs souhaitaient éviter les effets indésirables possibles, dont les effets cardiovasculaires qui peuvent résulter de doses plus élevées. Les participants ont reproduit l’expérience 2 fois à l'Université de Chicago, à 5 jours d'intervalle. À chaque session, ils ont reçu leur capsule puis se sont reposés pendant 2 heures, le temps que le THC soit absorbé dans le flux sanguin. Au cours d'une session, les participants ont été invités à passer 10 minutes à se préparer à une entrevue simulée. Ils ont ensuite été soumis à une entrevue de 5 minutes, puis invités à compter en arrière à partir d'un nombre à 5 chiffres en soustrayant 13, pendant 5 minutes, bref 2 tâches ayant l’objectif d’induire un stress. Lors de leur deuxième visite, les participants ont été invités à raconter aux assistants un livre ou un film pendant 5 minutes, puis à jouer au solitaire pendant 5 minutes. Avant, pendant et après chacune des deux activités, les participants ont évalué leurs propres niveaux de stress. Les chercheurs ont également relevé leur pression artérielle, la fréquence cardiaque et les niveaux de cortisol, une hormone de stress clé, et cela à intervalles réguliers.


-Les participants du groupe « faible dose » signalent moins de stress après le test psychosocial que les témoins et leur taux de stress se dissipe plus rapidement après le test ;

-les participants du groupe « dose modérée » signalent une humeur plus négative avant et tout au long de la tâche et se montrent plus susceptibles d'évaluer la tâche psychosociale comme «difficile» et « stressante » au préalable.

-Aucune différence significative de pression sanguine, de fréquence cardiaque ou de niveau de cortisol n’est constatée chez les participants des différents groupes, avant, pendant ou après la prise des doses ou les tâches.

 

A dose trop élevé le THC peut également produire l'effet inverse : ces résultats suggèrent que le cannabis peut bien réduire le stress et soulager la tension et l'anxiété mais qu’à dose trop élevé, il peut aussi entraîner des augmentations mineures mais significatives de l'anxiété et de l'humeur négative : donc à dose trop élevé le THC peut également produire l'effet inverse.

Bref une étude intéressante qui montre aussi l’importance de pouvoir surmonter les obstacles réglementaires à ce type de recherche, alors que le cannabis est aujourd’hui plus largement disponible, notamment à des fins médicales.

Source: Drug and Alcohol Dependence May, 2017 DOI: 10.1016/j.drugalcdep.2017.03.030 Dose-related effects of delta-9-THC on emotional responses to acute psychosocial stress

 

Drug and Alcohol Dependence

 

Sourcehttps://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-stress-du-cannabis-peut-etre-oui-mais-pas-trop_17402_lirelasuite.htm

 

oOo

 

A T T E N T I O N !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension

 

 

 

 

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest - Evy, la blogueuse

Publié dans #Stress, #Canabis, #THC

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article