Belgique : "la Fibromyalgie: un mal à prendre au sérieux" (pour info !)

Publié le 21 Juillet 2017

https://www.orteo.fr/img/cms/cms/douleurs-articulaires-2.jpg

oOo

! ATTENTION !

CET ARTICLE NOUS VIENT DE BELGIQUE

MAIS JE L'AI TROUVE INTERRESSANT

PARCE QUE LES IDEES DE CETTE MINISTRE 

POURRAIENT INSPIRER NOS DEPUTES

ET DONC ...NOUS NUIRE !!!

oOo

Le Dr Maggie De Block (ministre Belge)

a encore opéré…

En diminuant drastiquement le nombre

de séances de kinésitérapie pour les fibromyalgiques, 

le ministre de la Santé (Belgique)

ignore la douleur d’au moins 300.000 Belges.

oOo

À partir du mois de janvier, le nombre de séances de kinésithérapie auquel les patients atteints de fibromyalgie ont droit, va baisser.

En annonçant cela, la ministre Maggie De Block a soulevé un tollé dans le milieu médical !

Et pour cause : la kinésithérapie est l’un des traitements essentiels pour les personnes atteintes de cette pathologie qui souffrent, sans lésions apparentes (radios et prises de sang ne révèlent rien), de douleurs dans tout leur organisme.

La fibromyalgie, maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 1992, est en effet une atteinte inflammatoire chronique et essentiellement mécanique des muscles et de leurs tendons suite aux excès d’état de stress.

En fait, c’est l’ensemble de l’organisme qui vit en surtension.

L’on retrouve souvent, dans le passé de ces patients, des épisodes de spasmophilie (hyperventilation) à l’adolescence. Ils se sont manifestés par des vertiges, syncopes, crises de tétanie, maux de tête et de dos, nœuds dans la gorge et/ou dans le ventre, irritabilité… qui s’estompent le plus souvent. Mais si le mal-être persiste à l’âge adulte suite, par exemple, à des événements traumatisants, physiques ou psychiques, avec le temps d’autres troubles vont s’ajouter qui faciliteront le développement d’une fibromyalgie, comme des problèmes musculaires, digestifs, maux du sommeil et de l’anxiété, fatigue chronique… Les symptômes principaux pouvant déjà alerter sont les migraines, les céphalées de tension (notamment au niveau des trapèzes), les douleurs ostéo-articulaires et les tendinites.

Pour confirmer le diagnostic, l’Association américaine de rhumatologie a répertorié 18 « points » sur le corps, où le médecin exercera une pression. Si au moins onze de ces points se révèlent douloureux et que tous les autres tests cliniques sont négatifs (prises de sang et radios), le patient sera alors diagnostiqué « fibromyalgique », d’autant plus s’il présente un état de fatigue chronique et un passé de spasmophilie.

Tout peut commencer par une crise d’hyperventilation à l’adolescence (spasmophilie). (Isopix) Invalid Scald ID.

L’esprit détruit le corps et vice-versa

« Cette pathologie résulte d’une hyperréactivité émotionnelle liée au stress, qui se manifeste d’abord sur le plan physique puis mental », nous explique le Dr Michel Debelle, rhumatologue. Les fibromyalgiques sont en effet des personnes très émotives et les situations négatives répétées ont sur elles un impact rapide et profond. À tel point que, si elles n’y prennent garde, leur organisme tout entier s’en ressent : des douleurs invalidantes finissent par se généraliser et des coups de fatigue apparaissent et se prolongent de plus en plus souvent. « La fibromyalgie est le résultat d’un déséquilibre important au niveau de nos dialogues intérieurs corps-esprit-cœur, donc un bel exemple de maladie somatopsychique », écrit le Dr Debelle. Suite à une situation de stress, les patients basculent et s’enferment dans un monologue négatif, à effet boule de neige. La chronicité de la douleur s’installe. Cette situation s’aggrave souvent par le fait que les fibromyalgiques enfouissent leurs émotions sous une apparente solidité. Ce sont des personnes généralement accueillantes et sensibles, qui sympathisent volontiers avec les problèmes des autres. À leur détriment, en fin de compte.

Traitements doux obligés

« La population de fibromyalgiques comprend près de 90 % de femmes, précise le Dr Michel Debelle. Pour traiter cette maladie liée au processus d’hypersensibilité au stress et aux émotions, il faut donc s’occuper aussi bien du corps que de l’esprit. »

L’état de tension chronique que prennent les muscles est aussi lié à un manque de magnésium dans leurs cellules. À chacune de nos réactions émotionnelles, notre organisme décharge en effet de l’adrénaline (hormone du stress) qui vide nos cellules de cet élément, pour les rendre plus réactives.

La prise de magnésium s’avère donc importante, comme celle de vitamine D qui refixera le magnésium dans les tissus.

« Il faut corriger ces carences, insiste le rhumatologue. Non pas pendant un mois, mais en cure prolongée et souvent même à vie. » L’immobilité ne fait qu’aggraver la pathologie. Un accompagnement kinésithérapeutique doux, progressif et régulier visant à induire un relâchement musculaire et tendineux, est un élément essentiel pour stabiliser puis améliorer la santé des personnes fibromyalgiques.

« Des patients qui, aujourd’hui, après la conquête longue et difficile de la reconnaissance de leur maladie, se sentent à nouveau incompris et injustement pénalisés par les mesures De Block », regrette le Dr Debelle.

Tout moment de mieux-être active notre physiologie de récupération, contrepoids idéal à celle du stress : relaxation, soins de spa, massages bien-être, marche, tennis… chacun choisira l’activité qui lui convient le mieux dans le but d’évacuer l’énergie négative et de trouver la sérénité.

Par ailleurs, ne vous ruez pas sur n’importe quelle association : certaines vous proposent des séances de thérapie de groupe qui peuvent devenir le théâtre de véritables psychodrames où, à force de parler de ses malheurs et d’entendre ceux des autres, on entretient le stress plutôt que de l’évacuer. Le Dr Michel Debelle conseille plutôt la sophrologie authentique, qui se pratique aisément au quotidien, telle que l’enseigne le neuro-psychiatre Alfonso Caycedo.

Enfin, l’utilisation d’appareils à ondes électromagnétiques constitue un espoir très prometteur en matière d’effet relaxant et anti-inflammatoire. Actuellement, des études sont développées (notamment en Belgique) sur la production d’émetteurs miniaturisés et facilement utilisables par chacun.

« On ne peut pas faire faire sa vie comme tout le monde ! »

Patrick, 65 ans, fibromyalgique, ancien délégué commercial, a vu sa vie affectée au quotidien par une multitude de troubles. « Il m’a fallu du temps avant de trouver un médecin qui comprenne ce dont je souffrais, nous dit-il. Maintenant, je sais qu’à l’origine de tous mes maux, il y a ma sensibilité au stress, les angoisses que je véhicule, mais aussi le fait de porter les malheurs des autres. Je me suis donc tourné vers le magnésium et la vitamine D, la respiration abdominale, la kiné, le shiatsu, le yoga, la sophrologie et aujourd’hui l’hypnose. »

Sophie, auteur du « Journal d’une spasmophile » : « Cela fait des années que l’on me croit malade imaginaire. (…) Je pense que la vie serait si simple si je n’étais pas toujours fatiguée et emprisonnée dans un corps qui me fait mal continuellement. »

Économie… ou pas ?

L’idée de la ministre de la Santé Maggie De Block est d’économiser plus de 4 millions d’euros.

Comment ? En n’autorisant plus aux fibromyalgiques (sauf s’ils souffrent d’une autre pathologie) que 18 séances de kiné de 45 minutes chaque année.

Sera-ce une réelle économie ? Rien n’est moins sûr : traités de façon insuffisante, les patients auront sans doute recours à de nouvelles consultations et à d’autres traitements.

Ils auront aussi tendance à augmenter leur consommation d’antidouleurs, ainsi que le nombre de jours d’absence au travail.  

Maggie De Block

http://www.lesoir.be/sites/default/files/damarchives/20170716/d-20170124-GDHK17_thS.jpg

Source : http://www.lesoir.be/archive/d-20170124-GDHK12?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3Dfibromyalgie

oOo

 A T T E N T I O N !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension. 

 

oOo

 

 

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article