Des remèdes contre la bouche sèche

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Près d'une personne sur cinq se plaint de sécheresse buccale. Que le problème soit isolé, ou lié à des traitements ou des maladies, les médecines douces et quelques bons réflexes peuvent en venir à bout.

• Les symptômes 

Qui ne s'est pas un jour réveillé avec la bouche pâteuse, la langue qui pique, la gorge qui brûle et l'envie d'avaler des litres d'eau fraîche pour dissiper cette sensation désagréable? Parfois ces symptômes ne passent pas. Il est alors conseillé de consulter un médecin pour trouver l'origine du trouble, la xérostomie en langage médical. 

• D'où ça vient 

La sécheresse buccale découle d'une diminution anormale de la quantité de salive (hyposialie), voire de son absence (asialie). 
En cause: une maladie auto-immune, ou un dysfonctionnement du système nerveux après un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un traumatisme. Parfois, la diminution de production de salive est liée à l'âge, le phénomène pouvant être accru par de l'anxiété ou une dépression. 

Autre piste: l'effet secondaire d'un traitement, médicament ou radiothérapie. Des tests permettent de vérifier l'état des glandes salivaires. 

• Les objectifs 

- Soulager la gêne qui peut gâcher la vie. La sécheresse buccale modifie le goût des aliments, et certains patients vont jusqu'à éprouver des difficultés pour parler et pour avaler. 

- Éviter les répercussions sur la santé buccodentaire. La salive contient de nombreux éléments protecteurs (enzymes, immunoglobulines, produits antibactériens...). En manquer favorise les caries, l'inflammation de la gencive et les infections. 

• La solution: conjuguer les ressources

Ce trio améliore la situation, à condition de persévérer plusieurs mois.
 

  • Le jaborandi, arbuste d'Amérique du Sud dont les feuilles contiennent la même molécule, la pilocarbine, que le médicament commercialisé contre la sécheresse buccale. Cette substance végétale stimule le système nerveux parasympathique et augmente la production de salive, ainsi que la sueur. À prendre en infusion: faire bouillir 2 cuillerées à café de feuilles sèches découpées dans un litre d'eau et boire 2 tasses par jour loin des repas. Ou le demander au pharmacien sous forme de teinture mère, plus pratique et plus concentrée: prendre 20 à 30 gouttes 2 à 3 fois par jour. Attention! Ce remède est contre-indiqué en cas de glaucome.
  • Les feuilles de menthe sont conseillées en tisane ou simplement mâchées telles quelles. Une option simple pour stimuler la production de salive et lutter, au passage, contre la mauvaise haleine. 
  • L'eau bicarbonatée en bains de bouche alcalinise la cavité buccale et prévient la survenue de mycoses: à faire 2 fois par jour. En revanche, mieux vaut éviter les autres bains de bouche, qui ont tendance à acidifier, ainsi que les produits de rinçage contenant de l'alcool, car ils risquent d'accentuer les douleurs. 


• Ça marche aussi 

  • L'acupuncture. Des études suggèrent que certains points peuvent favoriser la production de salive, même dans les cas sévères (Meng et coll, Cancer, 9/11/2011). 
  • La sophrologie et l'hypnoseLeur efficacité joue sur la gestion du stress, de l'anxiété et de la douleur, qui accentuent les symptômes. 
  • L'homéopathie. Mieux vaut consulter un médecin spécialisé pour trouver le traitement adapté. Alumina quand la sécheresse touche la peau et toutes les muqueuses, et s'accompagne d'une tendance à la constipation; Arsenicum album si la sécheresse est améliorée par les boissons chaudes; ou encore Bryonia alba lorsqu'elle s'accompagne d'une soif intense et de constipation. Tous ces remèdes sont à prendre en 5 CH, à raison de 3 granules 3 fois par jour. 
  • Modifier son alimentationIl est conseillé de limiter le café et l'alcool, ainsi que tous les aliments acides, piquants et très salés qui peuvent augmenter la sécheresse et sensibiliser la muqueuse. Manger les plats tièdes peut limiter l'inconfort. 

• Deux maladies qui touchent surtout les femmes 

  • Le syndrome de Gougerot-Sjögren est une maladie chronique rare (de 0,2 à 3% de la population) dans laquelle l'organisme fabrique des anticorps qui neutralisent les glandes produisant la salive, les larmes et autres sécrétions. Cette maladie touche 9 femmes pour 1 homme, en général après 50 ans.
  • La polyarthrite rhumatoïdeautre maladie auto-immune pouvant entraîner un syndrome sec, concerne aussi trois fois plus fréquemment les femmes. 

• 5 astuces utiles 

  1. Oublier le tabac. C'est l'une des causes principales de l'assèchement buccal. 
  2. Boire beaucoup d'eau. Elle ne procure pas tous les bienfaits de la salive, mais elle aide à préserver l'humidité des muqueuses.
  3. Humidifier l'air ambiant, en particulier dans la chambre à coucher. 
  4. Éviter les dentifrices fluorés ainsi que ceux contenant du laurylsulfate de sodium. Ils aggravent l'irritation. 
  5. Sucer des pastilles sans sucre et mâcher du chewing-gum, de préférence à la menthe ou au citron, pour stimuler la salivation. 

• Les médicaments souvent responsables 

Les médicaments sont l'un des principaux facteurs responsables de l'assèchement buccal. C'est le cas de certains antihypertenseurs, anxiolytiques, antidiarrhée, antinausées, des somnifères et des antidépresseurs. Quand le désagrément semble coïncider avec la mise en place d'un nouveau traitement, il faut en parler à son médecin et envisager de le modifier.

Auteure : Christine Desmettre 

Avec le Pr Gwenael Raoul du CHR de Lille, secrétaire général de la Société française de stomatologie, chirurgie maxillo-faciale et chirurgie orale. 

Source : https://www.notretemps.com/sante/medecine-douce/remedes-contre-bouche-seche

 

 

!  A T T E N T I O N  !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable,a vant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.  Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension. 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article