Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Handicap : une rentrée noire ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

ASSOCIATION DES PARALYSES DE FRANCE

17, bd Auguste-Blanqui – 75013 Par is
Tél : 01 40 78 69 00 – Fax : 01 45 89 40 57 – www . apf .asso. fr
Le mercredi 25 août 2010
COMMUNIQUE DE PRESSE
Handicap : une rentrée noire ?
Début 2010, l’Association des Paralysés de France (APF) déclarait l’année 2009 « année noire du
handicap » et dénonçait les régressions sociales auxquelles elle assistait. Á la veille du mois de
septembre, malgré les promesses de « nouveau souffle » du Premier ministre le 5 février dernier
(cf. encadré), la situation est plus que préoccupante !
C’est en effet une rentrée noire qui s’annonce pour les personnes en situation de handicap et
leurs proches. Ressources, retraites, dépendance, compensation, santé, accessibilité…et tout
cela avec comme toile de fond la crise économique et sociale qui pèse sur les budgets publics.
L’APF prépare cette rentrée 2010 avec les plus grandes inquiétudes et réaffirme sa colère noire !
Elle demande au premier ministre une table ronde avec les associations représentatives des
personnes handicapées et de leurs familles pour aborder l’ensemble de ces sujets.
Inquiétude et indignation d’abord face à l’annonce au début du mois de juillet par le ministre du budget
du projet d’étaler l’augmentation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) de 25% sur une période
de six ans au lieu de cinq ans. Une telle mesure viendrait encore une fois fragiliser ses bénéficiaires,
vivant déjà sous le seuil de pauvreté1. L’APF est intervenue tout au long de l’été auprès du
gouvernement et du chef de l’Etat pour qu’ils maintiennent leurs engagements et répondent à la
demande de création d’un revenu d’existence portée par le mouvement « Ni pauvre, ni soumis » 2.
Elle continuera à se mobiliser jusqu’à l’obtention de garanties.
Inquiétude ensuite sur la question des retraites. L’APF déplore la non prise en compte de la situation
particulière des personnes en situation de handicap et des aidants familiaux dans le projet de loi
portant réforme des retraites, présenté le 13 juillet. Elle demande le maintien de leurs droits actuels
et les aménagements encore nécessaires liés à leur condition particulière.
Craintes encore, quant au projet de réforme sur la perte d’autonomie. La réforme du « 5e risque », est
en voie de se réduire au recours à une assurance privée pour financer la dépendance des personnes
âgées. Une telle disposition irait à l’encontre du principe de reconnaissance du risque social de
perte d’autonomie et d’un financement de sécurité sociale, quel que soit l’âge. L’APF est d’autant
plus inquiète, que depuis plusieurs années, le gouvernement renvoyait vers cette future réforme pour
améliorer le dispositif de prestation de compensation du handicap.
Une prestation de compensation et un plan personnalisé de compensation mis en danger par la baisse
des budgets des collectivités territoriales. Certains conseils généraux alertent déjà sur leur
impossibilité d’honorer le paiement des aides sociales cet automne : une situation sociale impensable !
Dans ce contexte budgétaire tendu, certaines maisons départementales des personnes handicapées
(MDPH) réduisent leurs moyens en personnel et réduisent arbitrairement les aides alors que les
besoins sont de plus en plus importants et complexes !
1 Au 1er septembre 2010, le montant de l’AAH ne sera que de 711, 95 €.
2 Plus d’informations sur http://www.nipauvrenisoumis.org/
2/3
Dans le domaine de la santé, l’association s’inquiète de la réduction de l’évolution des objectifs
nationaux des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) et de ses conséquences pour les
personnes en situation de handicap. Déjà touchées par les franchises médicales, l’augmentation du
forfait hospitalier et le déremboursement de certains médicaments, ce ralentissement risque de peser
une fois de plus sur elles par une augmentation probable de la participation financière à leurs frais de
soin, ce que ne peut accepter l’APF !
Pour les établissements et services sociaux et médico-sociaux, les conséquences sont également
préoccupantes puisque le taux de reconduction des charges financières (3,5%) est supérieur au taux
annoncé de l’ONDAM (2,9%). Quelles seront dans ces conditions, les répercussions sur le financement
de l’offre d’accueil et d’accompagnement actuel et sur le développement prévu dans le cadre du plan
pluriannuel national de création de places? Déjà, certaines agences régionales de santé (ARS)
« annoncent la couleur »…
Dans le cadre de la préparation des lois de finances 2011, les annonces se multiplient pour remettre en
cause certains avantages fiscaux et sociaux, voire de « raboter » l’ensemble de ces dispositifs.
Certaines annonces ont été faites relatives à l’emploi des aides à domicile et des services à la
personne. L’APF s’inquiète qu’une telle orientation soit prise « à l’aveugle » sans discerner les
conséquences financières et sociales majeures pour les personnes les plus fragilisées.
En matière d’emploi également des restrictions sont déjà engagées et devraient se développer en
2011. Les dispositifs d’aide et d’accompagnement à l’emploi des personnes les plus éloignées du
marché du travail se réduisent. Le gouvernement a annoncé la baisse du nombre de contrats aidés
pour l’année 2011. Et l’AGEFIPH, au regard des pressions financières subies sur son budget, est
amenée à réduire voire arrêter certaines de ses aides. Alors que le taux de chômage des personnes en
situation de handicap a progressé de 9,5% en 2009, l’Etat doit prendre des mesures d’aides
concrètes pour favoriser l’accès et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de
handicap.
L’APF dénonce également les multiples interventions pour tenter d’atténuer, voire repousser les
obligations de mise en accessibilité des bâtiments publics, de la voirie et des transports,
pourtant prévus par la loi du 11 février 2005. Revenir sur l’accessibilité universelle serait contraire à la
convention des Nations unies pour les droits des personnes handicapées ratifiée par la France, ainsi
qu’au principe de libre circulation de la Constitution française.
Enfin, au-delà de cette rentrée sociale très préoccupante, l’APF espère que les élèves et les étudiants
en situation de handicap ne seront pas pénalisés lors de cette rentrée scolaire et universitaire dans ce
contexte de réduction des dépenses publiques à tous les niveaux. L’APF sera très attentive,
notamment, aux conditions des moyens humains et matériels pour l’accueil et la scolarité de tout
élève ou étudiant en situation de handicap.
L’accumulation de tous ces sujets impacte brutalement les personnes les plus fragilisées par
leur handicap. Leur situation risque fortement de s’aggraver encore plus, à court et à moyen
terme. L’APF alerte l’ensemble des pouvoirs publics - Etat, organismes de protection sociale,
collectivités territoriales – à être attentifs aux conséquences sociales de leurs décisions
budgétaires ! Celles-ci ne peuvent être prises uniquement sur des bases économiques : les
droits fondamentaux de l’homme constituent également une obligation légale et humaine.
L’APF demande également au premier Ministre d’organiser une table ronde dès cet automne
avec l’ensemble des associations pour un état des lieux de la situation et les orientations à
prendre, afin de garantir les principes de citoyenneté et de participation sociale concrétisés par
la loi du 11 février 2005.
L’Association des Paralysés de France est dès à présent très mobilisée pour cette rentrée.
3/3
Contacts :
Evelyne Weymann : 01 40 78 56 59 – 06 89 74 97 37
Sylvaine Séré de Rivières : 01 40 78 69 60 – 06 07 40 16 65
Extrait de la déclaration de François Fillon le 5 février 2010 :
« La loi de 2005 est ambitieuse qui nous demande de faire évoluer notre regard et certaines de nos manières de vivre. Elle appelle
des évolutions structurelles de long terme. Je veux dire à ceux qui prétendent que la loi de 2005 est menacée dans ses fondements
qu’ils se trompent et je veux aujourd’hui affirmer avec force qu’ils peuvent compter sur mon engagement. Aucun des principes
fondateurs de la loi de 2005 ne sera remis en cause. 2010 sera au contraire l’année d’un nouveau souffle dans l’accomplissement
des objectifs qui sont les nôtres depuis plusieurs années. En 2010, la réalisation des objectifs de la loi va entrer dans une deuxième
phase à laquelle nous voulons, avec Nadine Morano, donner encore plus de cohérence et encore plus de force. Au fond il ne s’agit
plus maintenant de faire des textes de loi ou des règlements, mais il s’agit de les mettre en oeuvre et de veiller scrupuleusement à
leur application. »

 

Article envoyé à EFO35 par Jean-Yves LAUNAY (CISS)

 

 

Publié dans Documentations

Partager cet article

Repost0

Contre les troubles musculo-squelettiques, les experts se réunissent à Angers

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Vendredi 27 août 2010

L'Institut de veille sanitaire (InVS) et le LEEST (Laboratoire d'Ergonomie et d'Épidémiologie en Santé au Travail) de l'Université d'Angers organisent la 7e édition de la conférence internationale pour la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) : PREMUS 2010, à Angers, du 29 août au 2 septembre 2010.

 

Sous le terme générique de "TMS" se cachent une quinzaine de maladies reconnues comme des maladies professionnelles. Mais la définition même de ces troubles reste malaisée tant elle est vaste et recouvre des affections de l'épaule, du coude, du poignet, de la main et des doigts, mais aussi du genou, de la cheville et du pied.

La fréquence des TMS augmente avec l'âge et les secteurs d'activité les plus concernés sont les secteurs industriels (automobile, agroalimentaire...), l'agriculture et l'administration. Les ouvriers non qualifiés sont les touchés. Outre des origines mécaniques, des facteurs psycho-sociaux comme une fragilité psychologique ou un isolement social pourraient contribuer à pérenniser ces troubles.

Organisé tous les 3 ans, le congrès PREMUS rassemble les meilleurs spécialistes mondiaux des TMS (biomécaniciens, physiologistes, épidémiologistes, médecins du travail, ergonomes, préventeurs, cliniciens, psychologues, sociologues, économistes de la santé, spécialistes de gestion, etc.) ainsi que des médecins et praticiens confrontés à leur prévention. Il constitue le principal congrès scientifique international consacré au problème majeur de santé publique que sont les TMS des membres et du rachis liés au travail. Après Zurich en 2004 et Boston en 2007, il se tient cette année en France pour la première fois.

Près de 600 professionnels réunis

Cet événement regroupera pendant cinq jours près de 600 participants du monde entier, professionnels de la recherche, de la surveillance et de la prévention. Ils pourront partager leurs expériences, faire le point sur les connaissances scientifiques les plus récentes concernant les mécanismes physiologiques en jeu dans la survenue des TMS et les mécanismes qui pèsent dans l'évolution vers la chronicité, ou encore les rôles conjoints des facteurs de risque individuels et des facteurs de risque professionnels.

Les travaux présentés devraient permettre de préciser les secteurs d'activité et les professions les plus à risque, les populations de travailleurs les plus vulnérables, de repérer les inégalités vis-à-vis du risque et de ses conséquences. L'objectif, à terme, étant de mieux prévenir les TMS et de favoriser l'élaboration de stratégies et de politiques de prévention adaptées.

Le congrès devrait aborder les différents aspects de la prévention des TMS, de la prévention la plus précoce à la question du retour au travail et du maintien en poste, une préoccupation de première priorité.

Amélie Pelletier

 

Article collecté le 28 août 2010 sur le site :

http://www.news.doctissimo.fr

Source :
Communiqué de l'InVS - août 2010

Publié dans Documentations

Partager cet article

Repost0

La fibromyalgie soulagée par des séances de tai-chi-chuan

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

La fibromyalgie soulagée par des séances de tai-chi-chuan

Des effets positifs, à la fois physiques et mentaux © Image Source/Corbis

'); ]]> Click here to find out more!

Selon les estimations, de 3 à 6 % de la population mondiale souffrirait de fibromyalgie. Cette maladie rhumatologique, reconnue par l'Organisation mondiale de la santé depuis 1992, se caractérise par des douleurs chroniques rebelles, une grande fatigue et de nombreux troubles associés. Elle est malheureusement difficile à prendre en charge et une mobilisation physique des personnes atteintes est essentielle. D'où l'intérêt d'une étude, récemment publiée dans le New England Journal of Medicine, qui prouve l'intérêt d'une pratique régulière du tai-chi-chuan.

Chenchen Wang et ses collègues de la Tufts University à Boston (Massachusetts) ont évalué cette forme de méditation combinée à des mouvements lents et à une respiration profonde, qui "intègre des éléments physiques, psychosociaux, émotionnels, spirituels et comportementaux". En raison de sa spécificité d'associer le corps et l'esprit, ils l'ont estimée particulièrement adaptée à la fibromyalgie qui comporte à la fois des problèmes physiques et psychologiques. L'étude a été conduite chez 66 patients. Durant 12 semaines, les uns ont pratiqué le tai-chi-chuan, les autres ont bénéficié d'une intervention incluant une éducation sur le bien-être et des étirements, lors de sessions d'une heure, deux fois par semaine.

Résultat : les personnes ayant pratiqué le tai-chi-chuan ont signalé une nette amélioration sur l'échelle FIQ (Fibromyalgia Impact Questionnaire, qui va de 0 à 100). Elles sont passées d'un score initial de 63 points en moyenne à 35 points après les 12 semaines d'étude. Dans le même temps, les contrôles étaient passés seulement de 68 à 58,6 points. Les effets positifs étaient à la fois physiques et mentaux. L'amélioration était toujours présente au bout de 24 semaines.

Les chercheurs indiquent que le mécanisme de ce bénéfice reste à déterminer. Mais l'exercice physique augmente la force musculaire, alors que la composante mentale du tai-chi-chuan doit contribuer à améliorer le bien-être, augmenter la confiance et aider les patients à dépasser leur peur de la douleur. Prudents, ces auteurs estiment néanmoins qu'il faut réaliser des études sur un plus grand nombre de patients et sur un temps plus long avant de proposer le tai-chi-chuan comme "traitement" de la fibromyalgie.

 

Article collecté le 27 août 2010 sur le site :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc

Par Anne Jeanblanc

 

Publié dans Articles collectés

Partager cet article

Repost0

1 2 3 > >>