Publié le 30 Novembre 2010

Je suis une maladie chronique
Ce qui fait que je possède ton corps.
Même si cela te rend un peu sceptique
N'aie pas peur, je n'irai pas jusqu'à la mort

Mais je peux te rendre très inconfortable
Et te rendre aussi très instable.
T'auras beau essayer n'importe quoi
Mais je suis le seul maître de ton toi.

Alors essaie de faire un compromis
Laisse toi guider même si je suis ton ennemi.
N'essaie pas de me combattre
Car tu ne pourras m'abattre

Tu vas te fatiguer et t'épuiser
Essaie donc d'avoir moins d'hostilité
Je ne sais pas si on va s'entendre
Mais il faudra apprendre à te détendre

Si tu veux être à l'aise
Il faudra que tu te complaises
Je sais que ce n'est pas facile
Mais il faut apprendre à être docile

Pour être en harmonie avec la fibromyalgie
Il faudra apprendre à devenir des amies
Et ainsi pouvoir concilier ensemble notre adversité.

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Documentations

Repost 0

Publié le 30 Novembre 2010

La HAS (Haute Autorité de Santé) organise des journées de rencontres entre les professionnels, les associations du monde de la santé et les institutionnels afin d’échanger et confronter leurs points de vue les 2 et 3 décembre à la Cité de Sciences à Paris.

FibromyalgieSOS y est convié et Ghyslaine et moi-même participerons aux plénières et à certaines tables rondes.

Vous trouverez ci-après le mail de la HAS qui nous fait part de la vidéotransmission des plénières et certaines tables rondes, en direct mais aussi en différé jusqu’au 24 décembre.

Donc pour celles et ceux que cela intéresse, nous vous invitons à vous connecter sur http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_978353/rencontres-has-2010-2-3-decembre

 

Comme vous le savez, ces Rencontres auront lieu au Centre des Congrès de la Cité des Sciences et de l'Industrie, Paris - La Villette de 9h15 à 17h45 le jeudi 2 décembre et de 9h15 à 14h le vendredi 3 décembre.

 

Afin que le plus grand nombre puisse suivre les débats en direct et accéder au contenu de ces deux journées d’échanges, nous avons décidé de mettre à disposition sur le site web de la HAS dans l’espace Rencontres HAS 2010 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_978353/rencontres-has-2010-2-3-decembre les vidéotransmissions des sessions suivantes : 

 

Jeudi 2 décembre

9h45 – 10h45 - Plénière 1 : Information du public sur la qualité des soins en établissement de santé : regard international

11h15 – 12h45 - Table ronde 2 : La V2010 à l’épreuve d’un an de déploiement : bilan et perspectives

14h15 – 15h45 - Table ronde 7 : Analyse des résultats d’indicateurs de qualité généralisés après deux ans de recueil : quels enjeux ?

16h15 – 17h45 - Table ronde 16 : Recommandations pour la mise en œuvre de la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé

Vendredi 3 décembre

9h30 – 10h45 - Plénière 2 : Internet, un atout pour la relation médecin-patient ?

11h15 – 12h45 - Table ronde 19 : Commissions et conférences médicales d’établissement de santé : quelles nouvelles missions dans le champ de la qualité et la sécurité des soins ?


Ces sessions seront retransmises en direct sur l’espace Rencontres HAS 2010, les 2 et 3 décembre prochains et disponibles en différé avant le 24 décembre.

De plus, en avant propos ou en complément des tables rondes consacrées à l’impact clinique des programmes d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, nous vous invitions à visiter l’espace Symposium HAS-BMJ de notre site http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_810280/symposium-has-bmj-impact-clinique-des-programmes-d-amelioration-de-la-qualite-clinical-impact-of-quality-improvement-nice-19-avril-2010

où vous trouverez l’intégralité des communications orales et écrites préparées pour ce symposium.

 


Michèle Hébert-Demay

Chef du Service Communication Institutionnelle

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2010

Synthèse
Se faire reconnaître travailleur handicapé permet d’avoir accès à un ensemble de mesures mises en place pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Les formalités de reconnaissance s’effectuent auprès de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).


A savoir
Etre reconnu travailleur handicapé n’est pas un préalable nécessaire à l’attribution de l’allocation aux adultes handicapés, de la prestation de compensation du handicap et de la carte d’invalidité.

Quelles sont les personnes concernées ?
Est considérée comme travailleur handicapé « toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychique ».
Une procédure de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé est désormais engagée à l’occasion de l’instruction de toute demande d’attribution ou de renouvellement de l’AAH.

Que signifie être reconnu travailleur handicapé ?
Demander la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, c’est faire reconnaître officiellement par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) son aptitude au travail, suivant ses capacités liées au handicap.
Cette reconnaissance s’accompagne d’une orientation vers un établissement ou service d’aide par le travail, vers le marché du travail ou vers un centre de rééducation professionnelle. L’orientation vers un établissement ou service d’aide par le travail, vers le marché du travail ou vers un centre de rééducation professionnelle vaut reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.
La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) peut ne pas reconnaître la qualité de travailleur handicapé. Dans ce cas, elle conclut soit à l’impossibilité d’accéder à tout travail soit, à l’inverse, à la possibilité d’accéder normalement à un travail (absence de handicap reconnu).

Quels sont les avantages liés à la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ?
Être reconnu travailleur handicapé permet, notamment, de bénéficier des mesures suivantes :
- * l’orientation, par la CDAPH vers un établissement ou service d’aide par le travail, vers le marché du travail ou vers un centre de rééducation professionnelle
- * le soutien du réseau de placement spécialisé Cap Emploi ;
- * l’obligation d’emploi
- * l’accès à la fonction publique par concours, aménagé ou non, ou par recrutement contractuel spécifique ;
- * les aides de l’Agefiph.

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé donne également une priorité d’accès à diverses mesures d’aides à l’emploi et à la formation.
En cas de licenciement, la durée du préavis légal est doublée pour les bénéficiaires de l’obligation d’emploi des personnes handicapées, sans toutefois que cette mesure puisse avoir pour effet de porter au-delà de trois mois la durée du préavis. Toutefois, ces dispositions ne sont pas applicables lorsque les règlements de travail, les conventions ou accords collectifs de travail ou, à défaut, les usages prévoient un préavis d’une durée au moins égale à trois mois.

Quelles sont les démarches à accomplir ?
Il appartient aux personnes intéressées de faire une demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé auprès de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées de leur département, en remplissant le formulaire de demande unique. Tous les renseignements sur ce point peuvent être obtenus auprès des « Maisons départementales des personnes handicapées » constituées dans chaque département et qui exercent, notamment, une mission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées et de leurs familles. Les coordonnées de ces maisons départementales peuvent être obtenues auprès des services du Conseil général.
Les parents de la personne handicapée, ses représentants légaux ou les personnes qui en ont la charge effective peuvent également présenter une demande à la CDAPH, de même que le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales, le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, l’ANPE (avec l’accord de la personne), l’organisme de sécurité sociale, etc

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2010

Pension d’invalidité, prise en charge à 100 %, etc. Quelles sont les formalités à effectuer pour être déclarés en invalidité?

Si, à la suite d'une maladie ou d'un accident d'origine non professionnelle ou encore d'une usure prématurée de l'organisme, vous avez perdu une partie (ou la totalité) de votre capacité de travail, vous pouvez sous certaines conditions être reconnu invalide.


Pour cela, vous devez remplir :


* les conditions d'ouverture de droits ;

* les conditions d'âge ;
* les conditions médicales.

La demande de pension d'invalidité


Dans la plupart des cas, la mise en invalidité peut être proposée par votre médecin à votre caisse d'Assurance Maladie.


Vous pouvez également demander vous-même à votre médecin d' établir un certificat médical et compléter le formulaire « Assurance invalidité - demande de pension ».


Délai de traitement de la demande de pension d'invalidité

Pour instruire le dossier et notifier sa décision d'accord ou de refus pour l'attribution d'une pension d'invalidité, la caisse d'Assurance Maladie dispose d'un délai de deux mois à compter :


* de la date à laquelle elle a notifié sa décision de procéder à la mise en invalidité ;

* ou de la date à laquelle la demande de pension lui a été adressée.

En cas d'accord


En cas d'accord du médecin conseil pour une mise en invalidité, votre caisse d'Assurance Maladie vous adressera une notification d'attribution d'une pension d'invalidité, précisant la catégorie et le montant de la pension, et vous informant de la prise en charge à 100 % de vos soins médicaux, à l'exception des médicaments à vignette bleue.

Vous bénéficierez alors d'une pension d'invalidité attribuée à titre temporaire ; cette pension peut être révisée ou suspendue pour des raisons d'ordre médical ou administratif, voire même supprimée.

A noter :

Le Service social de l'Assurance Maladie, dont la mission est de prévenir les situations de rupture administrative, sociale ou professionnelle, vous fera une offre de service afin de l'informer sur ses droits, la prise en charge de ses soins, les conditions d'une éventuelle reprise du travail.

En cas de désaccord
Si vous ou votre médecin n'êtes pas d'accord avec la décision du médecin conseil (exemple : la catégorie de la pension), il est possible de contester cette décision. Les démarches à effectuer seront indiquées dans le courrier de notification qui vous sera envoyé.


En cas d'absence de réponse
Vous ne recevez pas de réponse dans le délai de deux mois ? Cela signifie que votre demande est rejetée. Vous pouvez également contester cette décision en contactant votre caisse d'Assurance Maladie pour connaître les modalités de recours.


Les différentes catégories de pension d'invalidité
Le montant de la pension d'invalidité varie selon la catégorie d'invalidité dans laquelle est classé l'assuré par le service du contrôle médical. Il sera informé de la catégorie à laquelle il appartient par sa caisse d'Assurance Maladie.


1re catégorie : vous pouvez exercer une activité professionnelle rémunérée. La pension est égale à 30 % de votre salaire annuel moyen.


2e catégorie : vous ne pouvez plus exercer d'activité. La pension est égale à 50 % de votre salaire annuel moyen.

Ps: Juste une précision pour la 2ème catégorie, certaines personnes travaillent!!


3e catégorie : vous avez besoin d'une personne pour vous assister dans les gestes essentiels de la vie courante. Le montant de la pension équivaut à celui d'une pension de 2e catégorie augmenté d'un montant forfaitaire, appelé « majoration pour tierce personne ».

La facturation des actes pour un patient titulaire d'une pension d'invalidité
Tous les soins médicaux d'un patient titulaire d'une pension d'invalidité sont pris en charge à 100 % dans la limite des tarifs de la Sécurité sociale, à l'exception des médicaments à vignette bleue, remboursés à 35 %.


Sur la feuille de soins, dans la zone « Conditions de prise en charge », vous devez cocher la case « Maladie » / « Exonération du ticket modérateur » et sur la ligne suivante la case « Autre ».


Votre médecin doit impérativement facturer et percevoir ses honoraires auprès de ses patients titulaires d'une pension d'invalidité.

En effet, il n'existe aucune disposition conventionnelle relative aux médecins généralistes, médecins spécialistes ou chirurgiens-dentistes, qui prévoit le tiers payant pour les consultations et actes dispensés à des patients en invalidité sauf si le patient relève d'une situation où le tiers-payant est applicable (bénéficiaire de la CMU complémentaire, etc.).

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2010

Affection de longue durée exonérante

Une affection de longue durée exonérante est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à la prise en charge à 100 %. Il s'agit :


* des affections de longue durée inscrites sur une liste établie par le Ministre de la Santé (liste des A.L.D. 30) :

- accident vasculaire cérébral invalidant ;
- insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ;
- artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques ;
- bilharzioze compliquée ;
- insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
- maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
- déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l'immuno-déficience humaine (VIH) ;
- diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
- formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;
- hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères ;
- hémophilies et affections constitutionnelles de l'hémostase graves ;
- hypertension artérielle sévère ;
- maladie coronaire ;
- insuffisance respiratoire chronique grave ;
- maladie d'Alzheimer et autres démences ;
- maladie de Parkinson ;
- maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé ;
- mucoviscidose ;
- néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
- paraplégie ;
- périartérite noueuse, lupus érythémateux aigu disséminé, sclérodermie généralisée évolutive ;
- polyarthrite rhumatoïde évolutive grave ;
- affections psychiatriques de longue durée ;
- rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ;
- sclérose en plaques ;
- scoliose structurale évolutive (dont l'angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu'à maturation rachidienne ;
- spondylarthrite ankylosante grave ;
- suites de transplantation d'organe ;
- tuberculose active, lèpre ;
- tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique ;
* La liste des 30 affections de longue durée (ALD 30) est fixée par le code de la sécurité sociale (art. D 322-1) ;
* des affections non inscrites sur la liste et répondant aux critères suivants : forme évolutive ou invalidante d'une affection grave caractérisée pour des soins d'une durée prévisible de plus de six mois ;
* et des polypathologies invalidantes nécessitant des soins continus d'une durée prévisible supérieure à six mois.

Pour ces affections, l'Assurance Maladie rembourse à 100 % (du tarif de la Sécurité Sociale) les dépenses liées aux soins et traitements nécessaires.


Affection de longue durée non exonérante

Une affection de longue durée non exonérante est une affection qui nécessite une interruption de travail ou des soins d'une durée supérieure à six mois, mais qui n'entre pas dans l'une ou l'autre des catégories ci-dessus et qui n'ouvre pas les droits à la prise en charge à 100 %.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2010

QU ’EST-CE QUE C’EST ?


La KE est une méthode de traitement manuelle et douce, élaborée par Jean-Michel
DEMELT, kinésithérapeute en Alsace.
Elle part du principe que tout être vivant est animé par une circulation d’énergie qui
lui permet la vie et la bonne santé.
Il y a 5000 ans déjà, la médecine Chinoise faisait cette découverte et développait
l’acupuncture.
Cette énergie peut être bloquée par des chocs :
- Physiques : accidents, blessures, hyper sollicitation, rayonnements nocifs, etc.
- Psychiques : stress, chocs émotionnels, soucis affectifs ou professionnels.
Dans les deux cas, la palpation manuelle par la KE permet de mettre en évidence les
zones bloquées, de comprendre pourquoi elles sont bloquées et surtout de les libérer
afin de permettre à la personne de fonctionner avec un nouveau schéma positif pour
sa santé et son bien-être.

 

SUR LE PLAN PHYSIQUE


Sur le plan physique de très nombreuses pathologies sont dues à des tensions, des
contractures qui entraînent des douleurs et des inflammations dans diverses parties
du corps.
Ces points de tensions sont repérés et libérés énergétiquement par les mains du kiné
en collaboration avec le patient grâce au souffle et l’intention de libération.
On sent alors la tension “fondre” littéralement entre les mains du thérapeute.
Souvent l’origine de la douleur se trouve à distance du symptôme au niveau d’une
racine nerveuse, d’une vertèbre ou du trajet d’un axe énergétique. Là aussi, la KE
permet de remonter jusqu’à l’origine du problème, pour le corriger efficacement.

 

SUR LE PLAN PSYCHOLOGIQUE


Sur le plan psychologique, d’après des recherches récentes, l’on se rend compte
qu’un grand nombre de tensions internes sont liées au stress, aux chocs émotionnels
actuels, ainsi que ceux liés à l’enfance, à la vie foetale et quelques fois à notre
hérédité.
Une grille de lecture spécifique à la KE permet de reconnaître “avec qui ?” et
“quand ?” s’est passé le problème – “quel type d’émotion ?” est mis en jeu et
surtout de trouver des solutions immédiates pour la libération et la mise en place
d’une reconstruction positive à long terme.

Cette démarche permet à la personne de retrouver son équilibre physique et psychique
d’une manière durable.

 

QUELS SONT LES DOMAINES D’ACTION DE LA KE ?


Le travail simultané sur le côté physique et psychique permet de résoudre en très peu
de séances de nombreuses pathologies :
- corporelles de l’appareil locomoteur : post-traumatique, orthopédique,
rhumatismale, arthrose, lombalgie, tendinites, etc.
- des organes internes : respiratoire, digestif, uro-génital, sexuel, grossesse,
migraines, etc.
- de la sphère psychologique : gestion du stress, dépression, anxiété,
oppressions, insomnies, problème de concentration, hyperactivité, manque
d’énergie, séparations, conflits, deuil, changement de situation, etc.
Les seules contre indications au traitement sont les maladies psychiatriques graves.
Il peut s’appliquer dès le “premier âge” jusqu’à la gériatrie et il trouve son application
aussi bien chez la personne handicapée physique que chez le sportif de haut niveau.
Elle constitue d’une part un outil thérapeutique très efficace en complément à la
médecine classique.
D’autre part la finesse de la palpation permet de découvrir et de corriger les causes
profondes des maladies bien avant leur apparition, ce qui en fait une méthode de
prévention de tout premier choix.

 

LE NOMBRE DES SEANCES


Quelques fois une seule séance suffit à la résolution d’une problématique. Un traitement
d’entretien, une à deux fois par an juste avant les périodes difficiles peut s’avérer utile.
Par contre les cas complexes nécessitent souvent plusieurs séances.
Dans ces cas, on peut parfaitement commencer par une séance, pour voir ce qu’elle
apporte et décider ensuite librement, en accord avec le praticien, de la suite du traitement.

 

www.massageantistress.be

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2010

Définition

 
Substance chimique (appelée également neuromédiateur), fabriquée par l’organisme et permettant aux cellules nerveuses (neurones) de transmettre l’influx nerveux (message), entre elles ou entre un neurone et une autre variété de cellules de l’organisme (muscles, glandes). Les neurotransmetteurs constituent le langage du système nerveux, permettant à chaque neurone de communiquer avec les autres. C’est de cette façon que se fait le traitement de l’information : les messages passent à travers les cellules possédant la capacité de fabriquer ces substances dans l’organisme. La colère, la faim, le sommeil, mais également la pensée, la réflexion sont les résultats de l’action de ces molécules de communication. La liste des neurotransmetteurs est longue (plus de 60 substances).

Parmi les plus connus, on compte :

* L’adrénaline

* La noradrénaline
* La dopamine
* L’acétylcholine
* Les endorphines
* Les enképhalines
* La sérotonine
* L’acide gamma-aminobutyrique (GABA)

Chaque neurotransmetteur correspond à une partie bien précise du système nerveux ainsi qu’à des fonctions particulières, par exemple :


* Les endorphines ou l’enképhaline agissent comme des opiacés ou des euphorisants naturels en réduisant la perception de la douleur

* L’acétylcholine est un excitateur entre les neurones et les muscles du squelette mais un freinateur du muscle cardiaque.

Les neurotransmetteurs sont synthétisés dans les neurones puis libérés au niveau d’une synapse (zone de jonction avec un deuxième neurone ou une autre cellule de l’organisme). Le neuromédiateur est ensuite fixé sur une autre substance chimique spécifique du neurone, au niveau de la membrane de cette cellule réceptrice sur laquelle il est arrivé. Il agit à ce moment-là comme une clé dans une serrure : la réponse a lieu, la contraction d’un muscle ou le passage d’une sensation douloureuse par exemple. Les chercheurs ont copié les propriétés des neurotransmetteurs pour fabriquer des médicaments ayant le même type d’action qu’eux. Quand la molécule composant le médicament a une action comparable au médiateur, on l’appelle agoniste ; dans le cas contraire, elle est antagoniste.


Pathologie:


Un mauvais fonctionnement ou un déficit d’un neurotransmetteur est susceptible d’entraîner une pathologie.

 

Copyright © 2010 Association des Fibromyalgiques Espoir et Avenir Ile de France - Production. Tous droits réservés.

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2010

Bonjour à vous,

 

Aujourd'hui vous êtes nombreux à consulter le blog  Entraide-Fibromyalgie-Ouest et nous vous en remercions amplement. Cependant Evy a donné beaucoup de sa personne pour que ce blog soit top,limpide, facile d'accès etc... Vous pouvez constater que sur les pages ou l'on vous propose des informations certaines pubs apparaissent soit une bannière en haut de la page ou bien sur le coté gauche puis à la fin de l'article. Cela serait vraiment gentil de votre part  de cliquer sur l'une de ses pubs à chaque passage du blog.

Pour mieux comprendre le fonctionnement, vous cliquez sur l'une de ses pubs, une fenêtre s'ouvre puis vous pouvez la fermer après l'ouverture sans faire quoique ce soit, cela ne coute rien et ça vous prend 5 secondes.

Merci de votre compréhension.

 

Cordialement.

 

Philippe

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Mots de la blogueuse

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2010

Vous commencez à ressentir une petite gêne au niveau des lombaires ? N'attendez pas d'avoir vraiment mal et effectuez ces 5 exercices simples et rapides pour calmer, mais aussi prévenir la douleur.

1. En équilibre sur une jambe, prenez l'autre genou à 2 mains, pied fléchi. Servez-vous de ce point fixe (pied-genou) pour allonger le dos, descendre les épaules, serrer les omoplates et sortir la poitrine en avant. Répétez 4 fois en changeant de jambe.
Quel effet ? Un travail d'équilibre et de tonification des muscles du dos.


2. Debout, jambes tendues légèrement écartées. Relâchez doucement le corps en avant sans vous forcer à poser les mains au sol. Pendant cette posture, la pesanteur et la petite respiration détendent le tronc, les épaules et les bras. Répétez 3 fois.
Quel effet ? On prend conscience des zones détendues et contractées, ce qui permet de libérer peu à peu les tensions, de laisser circuler l'énergie.


3. Assis en tailleur, prenez vos pieds dans les mains. Servez-vous de ce point fixe (pieds-mains) pour allonger le dos, la nuque, baisser les épaules, serrer les omoplates, abaisser les genoux vers l'extérieur.
Quel effet ? Le renforcement des muscles du dos et l'assouplissement des hanches amènent à adopter un bon maintien.


4. Allongez-vous sur le dos, épaules décollées, jambes écartées à la verticale, bras tendus et doigts croisés. Poussez les paumes des mains vers le haut en entraînant le buste. Ecartez les jambes au maximum, pieds fléchis. Répétez 3 fois.
Quel effet ? Travail important des abdos, assouplissement des hanches.


5. Assis, jambes écartées, inclinez progressivement le dos vers le sol, épaules et bras très détendus. Pour éviter les tiraillements derrière les cuisses, vous pouvez fléchir légèrement les jambes. Gardez la position complète.
Quel effet ? Une détente complète.


(Article publié sur le site topsante.com)

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2010

Gastroentérologue et neuro-physiologiste au département Hépato-Gastroentérologie du CHU de Grenoble, le Professeur Bonaz conduit des recherches sur les effets du stress sur le cerveau et ses incidences sur le tube digestif.


Rappel sur les spécificités de la fibromyalgie :

 Syndrome caractérisé par des douleurs diffuses, chroniques et non expliquées, associées très fréquemment à des troubles du sommeil, à une fatigue et une fatigabilité musculaire, et à d’autres manifestations fonctionnelles diverses. L’examen général est normal en dehors des points douloureux à la palpation. Sur le plan épidémiologique : la fibromyalgie touche plus de 2 % de la population générale, avec une prévalence pour les femmes (3,4 %) par rapport aux hommes (0,5 %). Elle représente 2 à 5 % des consultations de médecine générale et10 à 25 % des consultations de rhumatologie (au 2ème rang après l’arthrose). On a pu noter une certaine prévalence familiale, mais sans mettre en évidence un gêne de susceptibilité ; en l’état actuel des connaissances, la fibromyalgie n’est pas considérée comme une maladie génétique.


Les causes de la fibromyalgie :

Elles sont encore inconnues aujourd’hui ; il existe des facteurs déclenchants : traumatisme physique, psychique, situation prolongée de stress.

On retrouve des signes associés presque constants :

- raideur matinale assez prolongée

- troubles du sommeil (non réparateur)

- fatigue générale, surtout matinale

- fatigabilité musculaire pour le moindre effort, le maintien d’une attitude, le stress

La fibromyalgie est invalidante : le patient la ressent comme une affection plus sérieuse que d’autres maladies chroniques. Le retentissement émotionnel et psychologique est également plus marqué.

Si l’on compare la fibromyalgie à la polyarthrite rhumatoïde, on constate :

- un niveau de douleur équivalent

- mais une dégradation de la qualité de vie plus importante dans la fibromyalgie


La recherche

Aujourd’hui s’oriente vers une origine centrale de la fibromyalgie :

1 – mise en évidence d’une diminution générale du seuil douloureux : 2 à 3 fois plus bas que la population générale

2 – à tout type de stimuli : mécanique, thermique, électrique : il existe un trouble de la modulation centrale de la douleur.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer l’origine de cette dysfonction :

- le défaut se situe à la périphérie, au niveau des tendons, des muscles, des articulations

- ça se passe au niveau de la moelle épinière qui reçoit la douleur

- c’est peut être le cerveau qui ne marche pas bien

- c’est peut être les voies descendantes qui viennent du cerveau et qui vont moduler tout ce qui arrive à la moelle.

On perçoit ce qu’on ne devrait pas sentir.  On sait que l’inflammation chronique peut favoriser la douleur dans la fibromyalgie. Elle va sensibiliser les afférences qui viennent du tube digestif, des tendons, des articulations, des muscles ; il va y avoir modification de la morphologie des cellules nerveuses qui vont alors éprouver la moelle épinière et augmenter les impulsions nerveuses. La moelle ne va plus jouer son rôle de filtre de la douleur.


Les troubles fonctionnels digestifs :

 Ce sont des troubles sans anomalies structurales : il n’y a pas d’inflammation, pas de cancer. Ils représentent 30 à 50 % des consultations de spécialité, et représentent un coût de santé publique important.

Le trouble fonctionnel le plus fréquent est le syndrome de l’intestin irritable (SII), autrefois appelé colopathie, avec une prévalence de 22 %, et une prédominance féminine (2/3).

Ce syndrome se caractérise par des douleurs abdominales qui en sont le principal symptôme.

Comme pour la fibromyalgie, des critères objectifs ont été établis pour qualifier un syndrome de l’intestin irritable :

1 – des douleurs abdominales ou un inconfort abdominal pendant au moins 12 semaines au cours des 12 derniers mois.

2 – associées à au moins 2 des 3 facteurs suivants : soulagement des douleurs par la selle, modification de la fréquence des selles, modification de la consistance des selles.

3 – en l’absence de toute anomalie structurale ou métabolique.

Dans le syndrome de l’intestin irritable, on a mis en évidence une hyper sensibilité viscérale à tous les niveaux du tube digestif.

On s’interroge sur la nature de l’anomalie primitive :

¿ Mise en cause de la sensibilité des afférences primaires, celles qui conduisent l’information ? On retrouve le rôle de l’inflammation/infection qui va sensibiliser les afférences

¿ Mise en cause du rôle de modulateur du système nerveux central ?

- anomalies dans le filtrage des stimuli douloureux par la moelle épinière

- sécrétion anormale de CRF (facteur neuromédiateur du stress) par le noyau hypothalamus dans le cerveau, dépression, anxiété, abus sexuels

¿ Mise en cause du rôle des voies excitatrices ou inhibitrices de la douleur ? En principe tout ce qui arrive au niveau de la moelle est filtré par elle ; ces voies descendent du cerveau vers la moelle pour moduler son action : bloquer un message douloureux ou le laisser passer.

On a démontré le rôle aggravant du stress suite à des évènements douloureux, qui provoque soit l’apparition, soit l’exacerbation des symptômes. Il existe une corrélation chronologique entre le stress et l’apparition des symptômes.


Quelle relation entre fibromyalgie et syndrome de l’intestin irritable ?

On retrouve très fréquemment des troubles digestifs dans la fibromyalgie. Les patients avec fibromyalgie présentent un tableau d’intestin irritable dans 48 % des cas en moyenne, et 33 % des patients atteints du syndrome de l’intestin irritable ont aussi une fibromyalgie.

Dans une étude regroupant des personnes atteintes de fibromyalgie, des personnes atteintes d’arthrose, et une population témoin, 64 % des patients avec fibromyalgie rapportent un effet du stress sur leur tube digestif, contre 39 % des arthrosiques et 48 % des témoins. Dans cette même étude, 60 % des patients avec fibromyalgie présentaient des anomalies digestives similaires à celles observées dans le SII, contre 13 % dans le groupe arthrosique et aucun dans le groupe témoin.

Résultats d’une étude menée en 2000 sur 75 patients avec syndrome de l’intestin irritable : 50 patients avec un syndrome de l’intestin irritable isolé, 25 patients avec un syndrome de l’intestin irritable et une fibromyalgie : on a constaté que l’index de sévérité des troubles fonctionnels intestinaux était plus élevé chez les patients syndrome de l’intestin irritable + fibromyalgie.

Il existe une association significative entre la présence d’une fibromyalgie et la sévérité des troubles : la coexistence d’une fibromyalgie modifie profondément la perception douloureuse chez les patients atteints du syndrome de l’intestin irritable.

On constate une co-morbidité entre ces deux affections, avec beaucoup de points communs. Les deux sous-groupes de patients ont des modifications significatives de leur perception douloureuse, avec une hyper vigilance aux stimulations douloureuses.

Ces altérations sont-elles la cause ou la conséquence ? Il semblerait qu’elles ne sont qu’un marqueur d’une anomalie de la régulation de la douleur. On n’a pas aujourd’hui d’explication sur la cause de ces anomalies, seulement des hypothèses.

Il existe des  points communs entre fibromyalgie et syndrome de l’intestin irritable :

- ils sont plus fréquents chez la femme

- ils sont déclenchés ou exacerbés par le stress

- ils sont associés à une fatigue chronique, des troubles du sommeil, de l’anxiété, de la dépression.


Quelle est l’influence du CRF (neuromédiateur du stress) dans la fibromyalgie ?

Une étude récente le place au centre de la fibromyalgie. A la suite d’un stress, il y a hyper sécrétion de ce CRF dans le noyau hypothalamus du cerveau, ce qui va entraîner des dérèglements multi-hormonaux


Le protocole d’étude mis en place en gastroentérologie au CHU de Grenoble :

 C’est dans ce contexte que le CHU de Grenoble a réalisé une étude IRMf (Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle) chez des patients fibromyalgiques avec un syndrome de l’intestin irritable, pour caractériser leur activation neuronale cérébrale au cours d’une distension rectale par ballonnet, et rechercher des anomalies d’activations cérébrales fonctionnelles. Cette étude conduite sur 11 patientes a mis en évidence des anomalies d’activation neuronale, qui peuvent être un marqueur d’un mauvais traitement du message douloureux. La finalité bien entendu est de mieux comprendre les mécanismes du traitement de la douleur chez les patients avec fibromyalgie et pouvoir proposer à terme des applications thérapeutiques.

Il ne faut bien sûr surtout pas en conclure que c’est psychologique, que ça se passe dans la tête. Le cerveau est effectivement en cause, mais il faut dire qu’on est en présence d’un trouble de la sensibilité, de l’intégration de la douleur.

 

Copyright © 2010 Association des Fibromyalgiques Espoir

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0