Publié le 30 Avril 2011

Le sommeil peut se produire dans des parties du cerveau alors que le reste de celui-ci est éveillé, selon une étude américaine publiée dans la revue Nature. Lorsqu'une personne manque de sommeil, certaines cellules nerveuses se mettraient en pause.

Les chercheurs en psychiatrie Guilio Tononi et Chiara Cirelli de l'Université Wisconsin-Madison ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec des rongeurs réveillés mais privés de sommeil. Ils ont constaté, au moyen d'électrodes implantés profondément dans les cortex frontal et pariétal et de l'électroencéphalographie (EEG), que des neurones (cellules nerveuses) au hasard à travers tout le cortex se désactivaient brièvement, se mettant dans un état similaire aux stades du sommeil non paradoxal. Plus l'animal était privé de sommeil, plus les « absences neuronales » étaient fréquentes.

  • Ce phénomène est différent de celui du micro-sommeil, qui est un bref moment de sommeil qui affecte le cerveau dans son ensemble sans que la personne fatiguée s'en rende compte, auquel on attribue par exemple les accidents de la route, explique Cirelli. (Somnolence au volant lors de longs trajets: étude choc!)

La présente étude suggère, dit-il, que même avant d'atteindre ce stade de micro-sommeil, le cerveau présente une activité s'apparentant au sommeil qui diminue ses capacités.

Alors que des études suggèrent qu'un sommeil local peut se produire pendant l'éveil et qu'un éveil local peut se produire pendant le sommeil (dont le somnambulisme est un exemple), nos concepts sur l'état de sommeil sont à repenser, commente Peter Achermann de l' Université de Zurich (Suisse). Selon Tonini, ces travaux devraient conduire à mieux comprendre la fonction du sommeil. "Nous faisons l'hypothèse qu'elle concerne les synapses (zone de communication entre les cellules nerveuses au moyen des neurotransmetteurs.) car nous avons observé un net renforcement des synapses durant le sommeil", dit-il. Le sommeil semble être un temps de recalibration de l'activité synaptique.

 

Source:

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 29 Avril 2011

Si oui, quelles sont les démarches à entreprendre ?

 

Réponses apportées

Le contrat unique d'insertion (CUI) est destiné à faciliter l'insertion sociale et professionnelle des personnes rencontrant des difficultés particulières d'accès à l'emploi, dont notamment les titulaires du RSA.

 

La règle selon laquelle il est possible de bénéficier du RSA dans le cadre d'un CUI de 20 heures hebdomadaires est confirmée, pour l'année 2011, par une circulaire de la DGEFP relative à la politique et aux objectifs en matière de conclusion de contrats aidés (Circ. DGEFP n° 2010-25 du 20 déc. 2010).

 

Le RSA étant conçu comme un complément de revenus à caractère subsidiaire, l'ensemble des ressources du foyer est pris en compte pour son calcul.

 

Dans le cas présent, seront donc pris en compte les salaires perçus en application du contrat de travail (CAE ou CIE) signé dans le cadre du CUI.

 

Source:

http://www.guide-familial.fr/question-159747-962-dans-le-cadre-d-un-cui-de-20-heures-hebdomadaires-peut-on-beneficier-du-rsa-.html

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Avril 2011

 
 
  Newsletter n°2  - Mars 2011
 
Connaissez vous la Fibromyalgie ?

  

     Reconnue officiellement comme maladie depuis 1992 par l’Organisation Mondiale de la Santé, la fibromyalgie est un syndrome caractérisé notamment par des douleurs musculaires chroniques et un sommeil non réparateur. Cette maladie musculaire est la conséquence d’une hypersensibilité à la douleur.

     Depuis plus de trois ans, nos établissements thermaux de Dax et St-Paul-Lès-Dax, proposent un accompagnement spécifique et adapté à la symptomatologie particulière des patients fibromyalgiques.
En savoir plus...

 
 
Le Groupe Thermes Adour certifié
 

    4ème société thermale française à obtenir le certificat ISO 9001 (la première dans le Grand Sud Ouest, et la première en France pour une certification « multi-site »), et fort de son renouvellement obtenu jusqu’en 2012, le Groupe THERMES ADOUR s’engage plus que jamais à satisfaire en permanence ses clients et à respecter ses exigences réglementaires, contractuelles et internes

 

      La certification ISO 9001 vous garantit :
- l'identification de vos besoins, la satisfaction de vos exigences, et l'anticipation de vos attentes.
- la conformité, l'efficacité et l'homogénéité des processus thermaux (suivi bactériologique, maîtrise des forages...)
 
 
99,3% de nos curistes se disent satisfaits de nos services*

  

 *Résultat de l'ensemble des questionnaires de satisfaction rendus par nos curistes ayant séjourné dans nos établissements en 2010. 

 
 
Quand venir en cure en 2011 ?

 

       La fréquentation des curistes dans nos établissements  diffère fortement selon  les centres thermaux et les périodes de l'année.
    Vous recherchez le calme et la tranquilité? Pour votre cure, nous vous conseillons le mois d'avril dans nos établissements de Dax, et le mois de juin dans nos établissements de St-Paul-Lès-Dax!

 

Article communiqué par Annie que nous remercions

 

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Avril 2011

 

Femme dépressive-copie-1La fibromyalgie, mal méconnu

Mal connue, la fibromyalgie fait pourtant des dégâts. Et certains sont même allés jusqu'au suicide. « Quatre personnes sont passées à l'acte, depuis septembre dernier », s'inquiète Mme Hoët, présidente de l'Association belge de lutte contre la fibromyalgie (ablf). Douleurs diffuses, affaiblissement général et troubles du sommeil sont les symptômes les plus caractéristiques de cette pathologie affectant les tissus fibromusculaires. D'aucuns la résument en disant que les patients « ont mal partout, tout le temps ».

Fondée en 2000, et forte de quelque 1.200 membres en Wallonie, l'ASBL tire la sonnette d'alarme, suite à cette récente vague de suicides. « Je viens de rencontrer Christiane Vienne (ministre de la Santé) pour lui confier le peu de reconnaissance accordé à la fibromyalgie, poursuit la présidente. Nous réclamons une meilleure prise en charge des traitements, et des efforts accrus de la recherche en faveur de cette maladie ».

« L'ablf doit nous remettre un dossier prochainement, confirme le cabinet. Il sera épluché et relayé auprès du cabinet Demotte ». En contact avec des patients d'autres pays, l'ASBL souhaite aussi rencontrer le commissaire européen à la Santé.

Les douleurs ressenties par les patients ne correspondent pas à des anomalies anatomiques. L'absence de critères scientifiques très tranchés ne plaide donc pas en faveur d'une écoute idéale. Et les médecins-conseils sont souvent sceptiques face aux symptômes évoqués. D'où les difficultés rencontrées par les malades pour convaincre leur entourage de la gravité de leur mal. « L'état d'épuisement physique est tel que nous ne pouvons résister à des rythmes de vie normaux, d'où les licenciements, d'où la vertigineuse spirale négative », explique Mme Hoët.

Face à ce mal complexe, la médecine ne propose pas de solution radicale. Les traitements combinent antidépresseurs, séances de kiné, voire de sophrologie. La meilleure formule passerait par la fréquentation régulière d'un centre de la douleur chronique. « Nous souhaiterions davantage de ces centres, insiste la présidente, parce qu'économiquement fragilisées, les personnes concernées éprouvent aussi des difficultés pour s'y rendre ».

DE VRIESE,THIERRY

-----------------

Source : http://www.lesoir.be/

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 27 Avril 2011

 

1219331460HHzvY8-copie-1

 

Découvrez ci-dessous le classement des meilleurs établissements de santé des régions Bretagne, Pays de la Loire, Limousin et Poitou-Charent sur 30 actes médicaux majeurs. Cliquez sur les actes en bas de tableau pour consulter ces classements.

 

 

           
           

.

Rang Etablissement Ville Volume URL

.

1 Centre hospitalier universitaire de Limoges Limoges 289 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/870000064.html

.

2 Centre hospitalier Bretagne Atlantique Vannes 247 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/560000127.html

.

3 Centre hospitalier Georges-Renon Niort 219 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/790000087.html

.

4 Centre hospitalier des Pays de Morlaix Morlaix 198 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/290000033.html

.

5 Centre hospitalier régional universitaire de Brest Brest 194 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/EntiteJuridique/290000017.html

.

5 Polyclinique Saint-Laurent Rennes 194 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/350002192.html

.

7 Centre hospitalier universitaire de Rennes Rennes 183 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/350000741.html

.

8 Centre hospitalier d'Angoulême Saint-Michel 171 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/EntiteJuridique/160000451.html

.

9 Centre hospitalier de Saumur Saumur 163 http://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Etablissements/490001765.html

.

10 Centre hospitalier Loire-Vendée-Océan Machecoul 138 http://www.le



L'analyse des résultats par Martine Betti-Cusso:

Une fois n’est pas coutume, nous avons choisi pour illustrer ce palmarès régional de distinguer la clinique Bretèche-Viaud, à Nantes, pour ses performances en chirurgie du rachis. Avec 130 lits de court séjour et 50 lits de soins de suite, cette clinique de proximité du centre-ville nantais dispose d’une forte notoriété et d’une attractivité incontestable : 70 % de ses patients résident hors de Nantes. Familière de nos palmarès où elle se classe régulièrement parmi les meilleurs établissements en chirurgie du rachis, elle est aussi reconnue pour la qualité de sa prise en charge des douleurs chroniques. C’est, enfin, une des plus anciennes maternités de la ville : elle pratique quelque 1 500 accouchements par an.

Le service public se distingue également pour ses performances et dans plusieurs spécialités. Le CHU de Rennes l’emporte dans la prise en charge de l’accident vasculaire cérébral. Situation qui exige une intervention immédiate. Dans 85 % des cas, il s’agit d’accidents ischémiques, où une artère cérébrale est obstruée par un caillot, et dans 15 % des cas il s’agit d’accidents hémorragiques caractérisés par la rupture d’une artère et l’apparition d’un hématome à l’intérieur du cerveau. C’est la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence et la troisième cause de mortalité en France. Ce résultat est tout à l’honneur du CHU de Rennes, quand on sait que son unité neurovasculaire a été inaugurée en mars 2009. Elle compte 14 lits, répartis en 6 lits de soins intensifs et 8 lits dédiés aux urgences neurovasculaires, avec un accueil des patients 24 heures sur 24. L’établissement s’illustre aussi en chirurgie majeure colorectale et en chirurgie des carotides. Il se montre par ailleurs novateur en suivi des patients atteints de cancer. Il a mis en place un programme d’entraînement à l’effort adapté à chaque cas, dispensé par son unité de médecine du sport.

Toute personne traitée pour un cancer à l’Institut régional de cancérologie de Rennes, qui regroupe le centre Eugène-Marquis, le CHU et la clinique mutualiste La Sagesse, peut en bénéficier, après accord de son médecin.

En cancérologie, le centre Nantes Atlantique René-Gauducheau, rattaché à la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, se distingue en chirurgie du cancer du sein. Rien de surprenant. Cet établissement privé à but non lucratif est un pôle d’excellence, membre fondateur du réseau régional de cancérologie, qui regroupe le centre René-Gauducheau, le CHU de Nantes et l’Onco Pays de la Loire. De façon générale, les centres de lutte contre le cancer dominent dans ce champ d’activité par leur capacité à offrir une prise en charge pluridisciplinaire et globale, en assurant sur un seul site les diagnostics, les traitements et le suivi des patients pendant et après la maladie.

Cependant, le secteur privé sait aussi se distinguer en cancérologie. La clinique Jules-Verne, à Nantes, prend la première place en chirurgie cancérologique pelvienne chez l’homme. Elle a assuré 269 prises en charge en 2009.
En chirurgie cardiaque, le CHRU de Nantes tient le haut du pavé. Il figure en tête du classement pour la chirurgie des coronaires et pour la chirurgie des valves cardiaques. En décembre 2008, l’équipe médico-chirurgicale de l’institut du thorax du CHU de Nantes a réalisé les deux premières implantations de valves aortiques par l’artère fémorale chez deux patients souffrant de rétrécissement aortique calcifié. Cette pathologie se caractérise par une accumulation progressive de dépôts calcaires faisant obstacle au passage du flux sanguin. La technique mise au point par le Pr Alain Cribier du CHU de Rouen et son équipe a été reprise avec succès au CHU de Nantes. Moins invasive et moins traumatique qu’une chirurgie conventionnelle, elle permet un rétablissement plus rapide. Mais elle ne s’adresse, pour le moment, qu’aux patients à très haut risque.

Le centre hospitalier privé Saint-Grégoire, à Saint-Grégoire, près de Rennes, excelle de son côté en chirurgie arthroscopique et en chirurgie prothétique du genou, tandis que la clinique Jeanne-d’Arc, à Nantes, reste la référence régionale en chirurgie de la main et du canal carpien, avec 3 545 interventions dans cette spécialité. Cette dernière s’était déjà classée numéro un au niveau national lors de notre dernier palmarès. Depuis septembre 2007, l’établissement, qui appartient à l’Association hospitalière de l’Ouest de la congrégation des s¦urs Augustines, se dédie uniquement à la chirurgie de la main et du membre supérieur. Avec un succès incontestable.

En chirurgie de la cataracte, c’est encore un établissement nantais, la clinique Sourdille, qui creuse l’écart avec les autres structures de la région. Elle a effectué 7 730 actes en 2009. Elle prédomine également en chirurgie de la rétine, avec 1 690 interventions. Il faut dire qu’elle s’est spécialisée en ophtalmologie... et ce choix stratégique est une réussite.

 

Article collecté sur le site :

http://www.lefigaro.fr/sante/classement-hopitaux/ouest.php

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 27 Avril 2011

Fotolia
De la nuque aux lombaires, on peut souffrir à tous les étages du dos ! 

La colonne vertébrale est à la croisée de tous les chemins articulaires. Elle soutient le squelette entier... et crie souffrance quand elle est mal utilisée. Conseils pour mieux faire.


Les racines du mal

Le rachis (la colonne) est fait d'un empilement de vertèbres dont le corps, grossièrement cubique, est relié à un arc osseux en arrière, lui-même prolongé par une épine que l'on sent au toucher. Entre les corps, se trouvent les disques « amortisseurs » qui assurent la souplesse du système, en se déformant en fonction des mouvements. Ce sont eux qui subissent la plus grande partie de la pression infligée à la colonne.

Or, limité en avant par le corps vertébral, en arrière par l'arc osseux, le canal vertébral abrite la moelle épinière, le liquide céphalo-rachidien et les racines des nerfs qui sont destinés au tronc et aux membres. Ces nerfs sortent de la colonne par les trous de conjugaison, de petites ouvertures ménagées sur les côtés dans l'os.

C'est là, à cet endroit stratégique, relativement étroit, que les nerfs peuvent être coincés, à la faveur d'un mouvement mal adapté qui écrase brusquement le disque et le fait glisser vers le trou où chemine le nerf...

Un réflexe, la bascule du bassin


Tous les muscles sont idéalement... musclés et souples, abdominaux en particulier pour ménager la colonne. Celle-ci doit être gardée toujours verticale et les jambes plus ou moins fléchies pour atteindre la position souhaitée. La pression exercée sur les disques devient sinon insupportable.

Ainsi, pour monter une charge, on fléchit les genoux, on ramène la charge sous la ceinture le plus possible à proximité de son ventre entre les genoux pour diminuer cette pression et on se redresse en gardant l'objet contre soi et ses abdominaux légèrement contractés. On ne tord pas son dos pour attraper l'objet, mais on déplace ses pieds pour se mettre en bonne position de portage.

En se relevant enfin, on bascule le bassin vers l'avant pour remettre sa colonne plus sûrement dans l'axe. C'est cette bascule, bientôt automatique qui « verrouille » le dos en bonne position même si l'on ne peut pas fléchir ses genoux perclus d'arthrose.

Au quotidien


On évite de manipuler des objets placés au-dessus de la hauteur des épaules ou en dessous de la hauteur de sa taille. En position assise, on doit avoir les pieds posés à plat, les genoux plus hauts que les hanches, les épaules relâchées et le dos droit.

Debout, un pied sur un repose-pieds permet de réduire la pression sur le dos et les jambes. Idem si l'on est posté près d'un évier, afin de ne pas cambrer sa colonne. On fléchit la jambe de devant et on tend la seconde pour passer l'aspirateur. On se chausse le pied sur un tabouret. Gaffe, tout changement de position est indissociable de cette bascule en avant du bassin, fesses et abdominaux contractés.


Dr Brigitte BLOND.
Source: http://www.ouest-france.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 27 Avril 2011

La médecine non conventionnelle est de plus en plus populaire auprès des Français. À quel coût et pour quelle prise en charge ?


Homéopathie, acupuncture, ostéopathie... ces pratiques alternatives n'ont pas fait les preuves de leur efficacité au sens médical du terme, mais sont reconnues par les autorités sanitaires. Quel est le coût d'une consultation d'un professionnel habilité à exercer dans une de ces disciplines et comment les soins sont-ils remboursés ?

Tarifs variables

Seuls les médecins sont autorisés à pratiquer l'homéopathie et l'acupuncture. Pour revendiquer ce titre, qui pourra figurer sur leur plaque, ces professionnels doivent avoir apporté aux autorités dont ils relèvent la preuve qu'ils ont suivi une formation. Dans les faits, la plupart sont des généralistes. Si celui-ci est installé en secteur 1, la consultation est facturée 23 € et prise en charge à 70 % par l'Assurance-maladie.

Certains médecins sont autorisés à pratiquer des dépassements d'honoraires (secteur 2). Le remboursement reste le même. À condition que le professionnel soit conventionné. Dans le cas contraire, la Sécurité sociale ne prend pas les soins en charge.

Dépassementsdans le Grand Ouest

Les tarifs pratiqués par les médecins conventionnés sont pour la plupart disponibles sur le site web de l'Assurance-maladie (www.ameli.fr, rubrique ameli-direct).

Comptez par exemple 47 € en moyenne pour la consultation d'un homéopathe en secteur 2 à Angers ou encore 32 € pour une séance d'acupuncture à Rennes. Attention : les professionnels non conventionnés ont tendance à avoir la main plus lourde. C'est ainsi qu'à Nantes, le montant facturé peut grimper jusqu'à 90 €.

Le cas de l'ostéopathie

Le cas de l'ostéopathie est différent, cette pratique n'étant pas réservée aux détenteurs d'un diplôme de médecine. Les ostéopathes sont libres de leurs honoraires et aucune prise en charge n'est prévue par la collectivité. Jean Fancello, président du syndicat national des ostéopathes de France, estime que le coût d'une séance oscille entre 55 et 80 €. Quant à la chiropractie, qui vient tout récemment d'être reconnue par le ministère de la Santé, elle est exclusivement pratiquée par des non-médecins. Les tarifs ne sont pas réglementés et varient de 30 à 50 € par séance, d'après un professionnel exerçant à Rennes.

L'offre complémentaire

En 2009, près des deux tiers des contrats individuels assuraient la prise en charge des médecines dites douces, selon la Mutualité française, porte-voix de la plupart des complémentaires mutualistes. La couverture des actes d'ostéopathie est prévue dans la quasi-totalité de ces contrats (98 %). Suivent, la chiropractie (68 %) et, dans une moindre mesure, l'acupuncture (39 %).

La prise en charge est généralement exprimée sur la base d'un montant plafonné annuellement ou d'un forfait par séance. Dans ce dernier cas, le montant moyen reversé au patient est de 23 €, toujours selon les chiffres fournis par la Mutualité.

Erwan LE FUR.
source: http://www.ouest-france.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2011



Il est urgent de s’attaquer au problème que constituent la douleur et ses effets induits. Photo P. RIEDINGER

Malgré trois plans nationaux depuis 1996, la lutte contre la douleur s’avère insuffisante. Plus ciblé sur le vécu des malades, un 4 e plan est en préparation. par Didier ROMAND
D ’un point de vue international, l’année scientifique 2 011 sera placée sous le signe de la chimie. Mais en France, c’est la douleur qui sera au centre des priorités de santé. En ligne de mire : la mise en place du 4 e plan spécifique. En effet, malgré trois plans mis en œuvre depuis 1996, la lutte contre ce fléau sociétal n’est toujours pas efficace. Pour preuve, les résultats de trois études menées ces trois dernières années.

« J’ai du mal à me déplacer, à continuer à travailler partiellement. Je ne sors pratiquement plus de chez moi. Je ne peux plus aller au cinéma, au spectacle, rendre visite à mes amis, ni même les inviter. La douleur a détruit 80 % de ma vie sociale… » Ce témoignage poignant est celui d’un Français ayant participé à l’étude menée dans treize pays européens sur quelque 300 cas douloureux. Chacun a accepté d’être suivi une année durant, afin d’évaluer non seulement sa souffrance, mais aussi l’impact qu’elle a sur la qualité de sa vie ainsi que sa prise en charge .

Fatigue, solitude, retrait social, tourments personnels, vie professionnelle tronquée… « Insuffisamment ou mal prise en charge, la douleur peut retentir gravement sur la qualité de vie, commente le Pr Alain Serrie, président de la Société Française d’Etude et de Traitement de la douleur (SFED). Ses victimes souffrent physiquement, mais aussi psychologiquement. A fortiori quand la douleur dure dans le temps. Ces douloureux se trouvent dans l’incapacité de travailler, sortir, s’amuser, bref de mener une vie normale pour 40 % d’entre eux. S’agissant des douloureux chroniques aigus (plus de deux millions de personnes en France), on s’aperçoit que 39 % traversent des phases de dépression sévère, 19 % reconnaissent même avoir eu envie de se suicider. »

Après une enquête menée en 2008 par la Haute Autorité de Santé sur la douleur chronique (quand celle-ci persiste au-delà de six mois) et une précédente ciblée sur les douleurs neurologiques supervisée par la SFED en 2007, cette étude européenne d’envergure montre, non seulement que 30 % de ces malades ne sont pas complètement soulagés par les médicaments existants, mais que plus de 60 % souffrent d’effets indésirables (constipation, nausées, somnolence, état confusionnel…), parfois lourds. « Ces études montrent aussi que la prise en charge inadéquate de la douleur génère des coûts directs et indirects majeurs, précise le Pr Serrie. Dans le contexte du vieillissement de la population induisant plus de douloureux, il est urgent de s’attaquer à ce qui est non seulement un sérieux problème de santé publique, mais un grave problème de société tout court. Et ce, en ciblant au plus juste les réalités de vie des malades. »

Le 3 e plan Douleur achevé fin décembre, les spécialistes de la SFED dressent un état des lieux négatif. Ils stigmatisent la prise en charge : manque de structures spécialisées, délais d’attente trop longs. « Seulement 245 centres de prise en charge existent à ce jour. Le manque de structures est patent. Notamment en matière pédiatrique, puisque seules quatorze consultations ont vu le jour alors que le dernier plan en promettait une par département ! » C’est pourquoi ils réclament au plus tôt la mise en œuvre du 4 e plan national, en cours de préparation de source ministérielle.

Source :

http://fibromyalgie.xooit.com/t12882-La-douleur-mal-traitee.htm?q=
http://www.republicain-lorrain.fr/fr/info/article/4398161/La-douleur-maltra…

le 02/01/2011

 

http://fibromyalgieckoi.blogspot.com/2011/01/le-cercle-vicieux-de-la-douleur.html

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2011

Le 12 Mai 2011 

La 18ème Journée Mondiale de la Fibromyalgie

Le 12 mai approche ….


Voici donc ce qui est prévu cette année pour informer et sensibiliser sur notre pathologie.

Nous comptons sur vous pour diffuser l’information au plus grand nombre ; à vous d’être aussi acteurs !

Ø  Le Vendredi 6 mai de 17 h à 21 h à LILLE (59)

Avec l’Association Française du Syndrome de Fatigue Chronique et de Fibromyalgie (AFSFCF), notre association FibromyalgieSOS et sous l’égide du Conseil Régional du Nord - Pas de Calais est organisée une

Réunion d’information sur la Fibromyalgie et le SFC

Traitements non médicamenteux et douleur chronique :

Thermalisme, Gestion du stress et Sophrologie

Avec la participation de la Chaîne Thermale du Soleil

A 20 h « le verre de l’amitié » en présence de Nadine, la présidente.

Venez nous rejoindre (nombre de places : 300) :

Salle Québec au Nouveau Siècle – Place Mendès France – 59000 LILLE

Métro Rihour- Parking souterrain

Ø  Le Samedi 7 mai de 11 h à 12 h émission sur la radio 96.2 FM www.rvvs.fr
 

Interview par Stéphanie Maury, animatrice radio bénévole et fibromyalgique, de Ghyslaine Baron, vice-présidente.

Témoignages et échanges avec des fibromyalgiques et participation d’un médecin par téléphone.

Rediffusion de cette émission le lundi 9 mai de 13 h à 14 h et téléchargement légal pendant une semaine sur le site www.rvvs.fr.

Vous trouverez également cette émission sur notresite www.fibromyalgiesos.fr

ØLe Jeudi 12 Mai de 13 h 30 à 17 h à TOULOUSE - Place St Georges (31)

Présentation et informations sur la fibromyalgie

Stand tenu par des bénévoles de l’association : Marie-Jo et Marie-Françoise, responsables des groupes du Sud-Ouest, Isabelle (Bellou) et Claire (Tortuga)

Un lâcher de ballons clôturera l’après-midi
De l’animation avec de la musique et la diffusion de « La Cavalière »

Venez nombreux si possible afin que cette manifestation ait un réel impact.

ØLe Jeudi 12 mai de 16 h 30 à 18 h 15 à VILLENEUVE D’ASCQ (59)

Après le cours de sophrologie, nous accueillerons les adhérents de la région autour d’un verre de l’amitié et nous pourrons discuter et échanger.

Ce sera l’occasion de faire connaissance et de discuter avec Marie Flaust, la sophrologue ; Nadine, la présidente, sera également présente.

Nous vous attendons en nombre !

Salle LCR des Cygnes – Rue du Colibri – 59650 Villeneuve d’Ascq -

Métro Pont de Bois-  Bus 41 –Arrêt Musée d’Art Moderne (LAM)

ØLe Jeudi 12 Mai à partir de 18 h à ARGENTEUIL (95)

Depuis 2010, FibromyalgieSOS collabore avec l’association RDMSP (association de médecins) par l’intermédiaire du Docteur Khorassani, médecin ostéopathe et le Centre Anti Douleur de l’Hôpital d’Argenteuil (95107).
Le Dr Khorassani a demandé à FibromyalgieSOS de participer aux groupes de paroles et d’échanges qui se mettent en place à raison d’un par mois au sein de l’hôpital.

La réunion annuelle de l’association RDMSP
qui présente les derniers travaux du Dr Khorassani est fixée au
12 mai 2011 à partir de 18 h, dans l’amphithéâtre de l’Ecole d’infirmiers de l’hôpital,
en l’honneur de la 18ème Journée Mondiale de la Fibromyalgie.

Cette présentation se terminera par le E-concert de notre parrain Damien Desseine.

Les techniques utilisées par le Dr Khorassani, qui agissent sur la mémoire du muscle, apportent beaucoup d’améliorations aux fibromyalgiques qui témoignent régulièrement lors de ces réunions.

Si vous habitez la région parisienne, vous pouvez venir nous rejoindre lors de cette présentation ; Ghyslaine, la vice-présidente sera présente (voir programme en annexe).

Amphithéâtre de l’Ecole d’infirmiers de l’hôpital d’Argenteuil

ØLe Jeudi 12 Mai à 20 h chez vous ou chez des amis devant votre ordinateur

Concert de notre parrain Damien Desseine

Il interprétera bien entendu «La Cavalière », notre hymne pour les fibromyalgiques qu’il a composé pour le 12 mai 2010 à partir de vos témoignages, mais aussi de nouvelles chansons.

Ce sera un moment de détente et de bonheur, où nous serons ensemble à travers la musique.

La durée du concert est d’environ 30 minutes.

Ce concert sera diffusé sur le blog de Damien http://desseine.musicblog.fr/, donc avec une large diffusion auprès des non fibromyalgiques, mais aussi sur notre site www.fibromyalgiesos.fr

Afin que le plus grand nombre puisse l’entendre en cas d’indisponibilités, le concert sera de nouveau diffusé les  Jeudi 19 et 26 mai à 20 h.

ØLe samedi 14 mai de 9 h à 12 h - Marché de Mantes-la-Jolie

Tenue d’un stand d’information et d’échanges par une bénévole fibromyalgique Stéphanie Maury.

v

Afin de sensibiliser l’opinion publique, les médias et les instances médicales et administratives, nous contacterons, comme tous les ans, presse, radios, télévisions ….

Et une fois, de plus, nous écrirons au Ministre de la Santé !

Nous comptons également sur votre participation aux différents évènements, si cela vous est possible, mais aussi à la diffusion de cette information afin que le mot « fibromyalgie » soit mieux connu et que cette journée du 12 Mai soit aussi une fête !

Voici les affiches (en pièces jointes) ; vous pouvez les imprimer et les distribuer vous-même ; mais si vous le désirez, vous pouvez nous en demander, nous vous en enverrons. (Format A4 ou A5).

Un grand MERCI d’avance…….et merci aux adhérent(e)s qui ont des initiatives comme par exemple demander à leur ville de mentionner la journée du 12 mai sur leur site mais aussi sur les panneaux lumineux (quand elles en sont équipées)

 

L’équipe de FibromyalgieSOS

 

Article collecté sur le site de mon amie  :

http://unelouvecombat.canalblog.com/archives/2011/04/25/20977442.html


Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2011

1--2-

publiée dans le JO Sénat du 21/04/2011 - page 1010

M. Rachel Mazuir attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur la méconnaissance de la fibromyalgie et les difficultés qui en résultent pour les patients.
Cette pathologie, qui regroupe un ensemble de symptômes, mais surtout une douleur chronique, n'est toujours pas reconnue aujourd'hui, en dépit des avancées des travaux de l'Organisation mondiale de la santé depuis 2006 et ceux de la Haute Autorité de santé, fondés sur un rapport de 2007 édité par l'Académie de médecine.
Le patient se trouve désarmé, ne sait vers quel spécialiste se tourner (rhumatologue, neurologue, gériatre…), lequel n'est guère plus informé sur l'état de cette affection. Les remboursements des divers frais induits par les examens prescrits sont en outre très aléatoires, et la recherche afférente ralentie ; certains médicaments prescrits pour atténuer la douleur ont même été retirés du marché (Diantalvic ou Propofan).
La fibromyalgie était pourtant concernée par le plan d'amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010.
Par conséquent, il souhaite connaître quelles mesures entend prendre le Gouvernement pour agrémenter la vie de ces patients

 



En attente de réponse du Ministère du travail, de l'emploi et de la santé

 

Article récolté sur le site :

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ110418259&idtable=SEQ110418259&rch=gs&_c=fibromyalgie&al=true

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Documents officiels

Repost 0