Publié le 28 Avril 2012

Emission de Elise Lucet diffusée hier soir (vendredi 27 avril 2012)

smiley peurCes laboratoires qui inventent de toutes pièces une pathologie pouvant correspondre à la nouvelle molécule qu’ils viennent de mettre au point, parfois malgré des effets secondaires avérés, pour lesquels ils ont déjà prévu de nouveaux médicaments.
Oui, vous avez bien lu !

Ce vendredi en deuxième partie de soirée, le nouveau magazine d’information d’Elise Lucet se penche sur un sujet qui dérange et ce, dans le but d’alerter l’opinion publique. Il est temps que les gens sachent ! Il est en revanche dommage de constater qu'une fois de plus, ce documentaire est diffuser en 2eme partie de soirée.

Le but :

"Nous montrons ce que cachent le marketing et la communication bien lissés de ces géants. Il est notoire que journalistes et attachés de presse travaillent ensemble alors que, parfois, leurs intérêts divergent. Je voulais casser ce ronronnement"

Casser ces interviews entendues et faire dériver le sujet vers des questions plus sensibles et carrément dérangeantes. Montrer comment ces professionnels des relations avec la presse et le public cherchent parfois à nous piéger, journalistes et citoyens. Après notre enquête, nous terminons le magazine par le portrait d’une personne ayant réussi par sa force de conviction et son obstination à faire plier un de ces grands groupes. On les appelle aux États-Unis : les “lanceurs d’alerte"


Sujet traité cette semaine : Les vendeurs de maladies

Il s’agit, commente Elise Lucet, de certains laboratoires qui inventent de toutes pièces et avec une force de frappe étonnante une pathologie pouvant correspondre à la nouvelle molécule qu’ils viennent de mettre au point. Les laboratoires Merck et Sanofi seront mis en cause dans cette enquête inédite.
Pour ce premier numéro, elle s’intéresse aux « vendeurs de maladies », ces laboratoires qui inventent de toutes pièces une pathologie pouvant correspondre à la nouvelle molécule qu’ils viennent de mettre au point, parfois malgré des effets secondaires avérés, pour lesquels ils ont déjà prévu de nouveaux médicaments
Elle évoque également Shanti Senthikuma, une Indienne de 34 ans vivant dans le Kerala, un État du sud ouest de l’Inde qui s’est battue pendant des années contre la compagnie Coca Cola qui, pour les besoins de production de son soda, privait la population d’accès à l’eau potable !

 

Article collecté sur Facebook.

 

Edité le 28 avril 2012 par :

signature 1


Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Avril 2012

image6600Les antidépresseurs semblent faire plus de mal que de bien, selon les auteurs d'une étude canadienne publiée dans la revue Frontiers in Psychology qui examine l'impact de ces médicaments sur l'organisme dans son ensemble.

"Nous devrions être beaucoup plus prudents en ce qui concerne l'utilisation répandue de ces médicaments", dit le biologiste évolutionniste Paul Andrews de l'Université McMaster (Hamilton, Ontario).

Les antidépresseurs visent à soulager les symptômes de la dépression en augmentant les niveaux du neurotransmetteur sérotonine dans le cerveau où il régule l'humeur. Mais, soulignent les chercheurs, la plus grande proportion de sérotonine produite par l'organisme est utilisée à d'autres fins, dont la digestion, la formation de caillots sanguins dans les sites des plaies, la reproduction et le développement.

Les antidépresseurs, ont constaté le Pr Andrews et ses collègues, ont des effets négatifs pour la santé sur presque tous les processus régulés normalement par la sérotonine, incluant ces risques:

- problèmes de développement chez les nourrissons
- problèmes de la fonction sexuelle et du développement des spermatozoïdes chez les adultes
- problèmes digestifs comme la diarrhée, la constipation, l'indigestion et les ballonnements
- saignements anormaux et accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les personnes âgées.

Les auteurs ont analysé trois récentes études qui montrent que les personnes âgées qui prennent des antidépresseurs sont plus susceptibles de décéder que celles qui n'en prennent pas, même en tenant compte dans l'analyse d'autres variables importantes. Ce taux plus élevé de décès montre que l'effet global de ces médicaments sur l'organisme est plus dommageable que bénéfique, concluent-ils.

"La sérotonine est une ancienne substance (du point de vue de l'évolution, ndlr). Elle régule intimement plusieurs processus différents, et quand vous interférez avec ceux-ci vous pouvez vous attendre, dans une perspective évolutionniste, que cela cause du tort", dit Andrews.

"Ce qui a manqué dans les débats sur les antidépresseurs est une évaluation globale de tous ces effets négatifs par rapport aux bénéfices potentiels", dit-il. "La plupart des éléments sont disponibles depuis des années mais personne ne s'est penché sur cette question fondamentale", ajoute-t-il.

Dans une étude précédente, Andrews et ses collègues ont montré que même en ce qui concerne la fonction pour laquelle ils sont indiqués, les antidépresseurs augmentent le risque de récidive de dépression.

Alors que même la fonction prévue des antidépresseurs est en question, il est important de porter un regard critique sur leur utilisation continue, estime le chercheur.

 

Article collecté sur le site :

http://batizen.blogspot.fr/2012/04/les-antidepresseurs-font-plus-de-mal.html#.T5uordm_nAI

 

Edité le 28 avril 2012 par :

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Avril 2012

fatigue 0

L'insomnie est un trouble caractérisé par la difficulté à s'endormir. Son origine peut être d'ordre physique ou psychologique, et connaît une variation selon les individus. Ses conséquences peuvent être néfastes, et entraver certaines activités du quotidien. C'est pourquoi, la sophrologie propose certaines méthodes douces, à travers des techniques de respiration et de visualisation, afin de retrouver un sommeil apaisé.

Qu'appelle-t-on insomnie ? C'est la privation totale ou partielle de sommeil. Elle est définie comme aigüe lorsqu'elle dure quelques semaines, et devient chronique au-delà d'un mois. Les causes sont multiples et différentes selon les cas. Ce trouble peut être lié à un facteur corporel, mais il est souvent associé à un désordre psychique. En effet, les aléas de l'existence pèsent fréquemment sur la qualité du sommeil, et peuvent entraîner des désagréments dans la journée.

Certains procédés de la sophrologie, basés sur des techniques de respiration et de visualisation, visent à rétablir de façon naturelle, un cycle d'endormissement plus régulier. Cette méthode permet d'accéder à une détente corporelle et mentale directement liée au sommeil. Voici quelques indications pour s'y initier.

Commencez par prendre une position la plus confortable possible, dans une ambiance paisible et reposante. Inspirez en gonflant la paroi abdominale, puis retenez l'air quelques instants. Appliquez ensuite la technique de visualisation, en formant des mots positifs (calme, bien-être...), sur le temps d'expiration. Ce procédé doit être appliqué pendant cinq minutes avant le coucher. Il peut être renouvelé aussi souvent que nécessaire. Cette méthode aspire à retrouver un cycle de sommeil plus régulier.

Pour conclure, l'insomnie est une pathologie entraînant un manque de sommeil, dont l'intensité évolue selon les personnes. Cette altération peut être d'origine multifactorielle, et avoir des répercussions nuisibles sur nos capacités et notre humeur dans la journée. Les méthodes de respiration et visualisation procurées par la sophrologie permettent de lutter contre ce trouble, par des exercices respiratoires et l'imagination. Elles cherchent de manière naturelle à restaurer un équilibre dans l'endormissement, qui est à la base d'une nuit sereine.

Carole Gabay

 

Article collecté sur le site :

http://sante.journaldesfemmes.com/expert/51093/la-lutte-contre-l-insomnie-par-la-sophrologie.shtml?utm_source=benchmail&utm_medium=mail&utm_campaign=ML328_E10221667&f_u=3040920

 

Edité le 28 avril 2012 par :

signature 1

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Fatigue

Repost 0

Publié le 27 Avril 2012

45826 107421135982218 100001429958073 64353 990606 nBonjour, atteinte de Fibromyalgie depuis plus de 7ans, comme beaucoup, je me suis demandée ce qui se passait; moi, habituée à faire des tas de choses, hyperactive, cela est vrai, j'ai un très gros souci, tout le monde m'a toujours vue comme étant une femme forte, ayant passé beaucoup d'épreuves au niveau santé, je m'en suis toujours sortie; j'ai 47ans, un fils de 22ans, que j'ai élevé quasiment seule; ma fibromyalgie a démarré ,alors qu'il était encore à la maison, il poursuit des études en école de commerce à Bordeaux depuis 4 ans; nous étions complices, mais là, il désire couper le lien car il ne supporte plus de me voir dans cet état, alors même qu'il reconnaît que je ne me plains jamais; je suis en grande souffrance, et lui aussi; c'est comme si, en face de moi, ne nous étant pas vus depuis des mois, il faisait un blocage, je le ressens , c'est jusqu'à en être physique, comme si se développait chez lui une allergie à mon encontre! que des conflits!!! j'avoue que je suis au bout, il est dans la contestation, la provocation, il dit que nous avons des torts tous les 2, sûrement, et je suis consciente de ce que je lui impose, mais il est extrêmement nerveux (de famille, chez moi); de plus, pour tout le monde, il a été l'"Enfant Modèle" toute sa vie, il ne le supporte plus, je suis pourtant très axée sur la psychanalyse, la psychologie depuis toujours! mais avec ses proches, son fils, que faire?... Tous les psys que j'ai vus, ont voulu arrêter mes thérapies, car ,tous ont eu le sentimentv que j'avançais, bien, toute seule, mais avec Thibault, mon fils, je ne sais plus!! merci de m'avoir lue!

 

Article collecté sur Facebook.

 

Edité le 27 avril 2012 par :

signature 1

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Témoignages

Repost 0

Publié le 26 Avril 2012

Femme douloureuseStress, solitude, cas de harcèlement, de burn-out… La vie au travail n’est pas toujours facile. Et la souffrance, les désillusions, sont fréquentes. Mais s’il est difficile de transformer notre monde professionnel, il est en revanche possible pour chacun d’entre nous de fixer des limites. De se protéger. Les conseils d’Anne-Catherine Sabas, psychothérapeute, pour « travailler pour vivre, et non pour survivre ».

Margaux Rambert

« Toujours plus »… Voici le credo qui semble régir le monde professionnel. Combien d’entre nous sont soumis à des impératifs - parfois inatteignables - de rapidité, de productivité, de rentabilité ? Un cercle vicieux, pour Anne-Catherine Sabas, psychothérapeute et sophrologue. « Prise dans ce tourbillon, la personne court après le temps pour essayer de faire toujours mieux. Ce faisant, elle se déconnecte de son corps. Et n’a plus le temps de sentir comment elle va ».

Résultat : nombreux sont ceux à ne pas s’apercevoir qu’ils souffrent. Et à se retrouver, quelques semaines ou quelques mois plus tard, au bord du gouffre, du burn-out ou de la dépression. Mais il est possible d’agir avant qu’il ne soit trop tard. La clé ? Prendre le temps de s’arrêter, et surtout, de s’écouter.

 

Article collecté (extrai) via Facebook ce jour,

 

Edité par :

signature 1

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2012

375917 280791405292981 127315313973925 843201 554540550 nAvoir une maman fibro et SFC, c’est être triste parce qu’elle ne peut pas faire …un  tas de choses.

Avoir une maman fibro, c’est ressentir une vive injustice : elle ne l’a pas mérité, moi non plus.

Avoir une maman fibro, c’est souffrir de la pousser en fauteuil roulant quand elle ne peut plus marcher et/ou qu’elle ne peut marcher et s’occuper de choisir des vêtements ou des chaussures ou se concentrer sur un choix.

Avoir une maman fibro, c’est se débrouiller seul pour accueillir son correspondant avant qu’elle ne me rejoigne : elle arrive, mais en retard parce qu’elle à dû se reposer avant de conduire seulement 12 mn et que ses pas sont très lents.

Avoir une maman fibro, c’est être énervé lorsqu’elle me pose la même question 3 fois de suite et qu’elle ne se souvient ni d’avoir posé la question, ni de mes réponses réitérées.

Avoir une maman fibro, c’est passer beaucoup de temps en transport en commun le jour où une consultation médicale s’impose et qu’elle n’est pas capable de conduire assez longtemps pour se rendre en ville.

Etre une maman fibro, c’est à la moitié d’un traitement, se tromper de nombre de prise d’un médicament et donner trop d’antibiotique pendant 3 jours, ne pas réagir à l’annonce de la boite terminée. Heureusement que le papa est là !

Etre une maman fibro, c’est ne pas reconnaître la maman d’un copain de son fils, ni celui-ci.

Etre une maman fibro, c’est devoir demander à ses enfants des tas de choses que je ne peux pas faire, ou pas faire longtemps.

Etre une maman fibro, c’est dire à son ado : « ne fais pas confiance à ta maman, vérifie l’ordonnance».

Etre une maman fibro, c’est constater quelque chose et ne pas réagir, ne pas en tirer les conséquences, avoir l’impression de se comporter parfois comme une adolescente.

Etre une maman fibro, c’est avoir mal de se comporter parfois ainsi, même en sachant que son cerveau lui joue  des tours à certains moments.

Etre une maman fibro, c’est être fière de ses enfants, qui ont grandis un peu plus vite, et qui ne se plaignent que très rarement de cette situation.

Posté par moni883

 

Témoignage recueilli sur le site :

http://atelieridees.canalblog.com/

 

Article édité le 260412 par :

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2012

 (Je communique l'information mais je ne suis pas responsable de son contenu)

 

110 F 6059143 ewsCD1ICZuGQqlRMGFK1cLrQQv9tqOzKLa technologie de l'infrarouge lointain (IRL) Réduit les toxines – vital pour une bonne santé!

Qu’est-ce que l’infrarouge lointain?
L’infrarouge lointain (IRL) est une partie de la lumière émise par le soleil. Les ondes IRL pénètrent la peau sans dommage et réchauffent les tissus du corps de façon semblable au soleil mais sans la radiation nuisible d’ultraviolet. 

Comment il fonctionne...
La même énergie à infra-rouge lointain qui est émise par le soleil est aussi émise par nos corps, chaque jour. La technologie d’infra-rouge lointain de T-ZONE utilise l’énergie IRL du corps, ainsi que d’autre énergie émise sous forme de chaleur. Une couchede bio-céramique activée par la lumière (sa formule est un secret commercial) est insérée entre la mousse et le tissu sur la néoprène,en plus d’être imprimée sur le tissu. Cette poudre de céramique réfléchit l’énergie émise vers le corps sous forme d’énergie IRL. L’énergie réchauffe la partie du corps, ce qui augmente la circulation et dégage les toxines. La combinaison de la technologie IRL au tissu de néoprène réchauffe et isole le corps, donnant ainsi un bienfait maximum.

Les toxines causent les maladies…
Les toxines sont reconnues comme étant la cause de plusieurs maladies comme diverses formes de cancer et la rhume. Les toxines pénètrent nos corps par l’intermédiaire de pollution environnementale et deviennent coincées. Il est très difficile de libérer les toxines une fois qu’elles sont dans le corps et le résultat inévitable est la maladie. L’accumulation de toxines dans le corps vient de multiples sources comme la fumée de cigarette, des gaz d’échappement, les désinfectants, les insecticides, les hormones ajoutées aux viandes, le mercure du poisson, l’eau chlorée etc. Les métaux lourds diminuent la vigueur du système immunitaire et le fonctionnement des neurones. Les solvants organiques et pesticides augment le risque de certains cancers. La pollution par le monoxyde de carbone augment avec plus de véhicules sur la route et affecte les systèmes nerveux, immunitaire et respiratoire. On a démontré que beaucoup d’autres produits chimiques nuisent à notre corps, s’accumulant dans les tissus et dérèglent des organes.

Cette source précieuse d'énergie peut aider votre corps à éliminer les toxines qui s'y trouvent bloquées.

Comment les toxines sont dégagées...
Simplement dit, l’énergie IRL augmente la chaleur du corps et ainsi brise les agglomérations importantes de molécules d’eau en plus petits regroupements. Ainsi les toxines qui étaient bloquées sont libérées. L’énergie infrarouge pénètre les tissues du corps jusqu’à une profondeur d’environ 4 cm. Son énergie correspond à la propre énergie radiante du corps de sorte que près de 93% des ondes infrarouges qui atteignent la peau sont absorbées par les tissus.

C’est là que la thérapie d’IRL est très efficace. En chauffant directement les tissus, la thérapie d’IRL mobilise les toxines et augmente la circulation. En ôtant les résidus toxiques du corps, le fonctionnement les cellules augmente et s’améliore, ce qui améliore la santé le bien-être général.

L’histoire de la technologie IRL . . .
Les médecins allemands ont utilisé et développé indépendamment une forme de thérapie d’infrarouge pour tout le corps depuis plus de 80 ans. Des chercheurs chinois et japonais depuis plus de 25 ans ont rapporté plusieurs découvertes provocatrices après avoir complété des recherches poussées sur les traitements à l’infrarouge. Au Japon, il existe une société d’infrarouge composée de médecins et physiothérapeutes impliqués dans la recherche sur l’infrarouge.

La NASA (Agence nationale d’aéronautique et de l’espace) a ouvert la voie à la recherche moderne sur l’usage de l’infrarouge et cette recherche a permis la création et le développement de produits qui ont un effet surprenant sur la santé et le bien-être des gens.

Vêtements et bandes – Une excellente façon de ressentir les bénéfices de l’énergie d’IRL!
En injectant une poudre spéciale de biocéramique dans les fibres, elles peuvent s’utiliser dans les bandes et vêtements pour différentes parties du corps. En portant simplement ces produits, vous profiterez de cette source précieuse d’énergie pendant des heures. Aucune batterie n’est requise – le corps émet de la chaleur ce qui convertit les rayons IRL et est re-radié vers le corps. Le processus continue aussi longtemps que vous portez le produit.

Les bénéfices des bandes et vêtements IRL

- Force et santé améliorées
- Réparation accélérée des cellules du corps
- Circulation sanguine améliorée
- Réduction du stress et de la fatigue musculaires
- Adoucissement de la douleur et raideurs articulaires (sans effets secondaires toxiques)
- Soulagement des spasmes musculaires
- Soulagement de la douleur en brisant le cercle vicieux spasme/douleur
- Augmentation de la circulation périphérique

La radiation d’IRL est sûre…
Il n’y a pas de création de champs électromagnétiques comme ceux qu’on retrouve des téléphones cellulaires et ordinateurs – l’infrarouge lointain est une énergie naturelle émise constamment par notre corps et n’est pas reliée aux rayons ultraviolets ou à l’énergie atomique. En fait, la technologie d’IRL peut s’utiliser comme un antidote aux toxines environnementales.

Les bénéfices de santé de l’énergie d’IRL…
Des études cliniques ont confirmé les nombreux bénéfices thérapeutiques de l’infrarouge lointain ou chaleur radiante. La radiation IRL aide dans le cas de beaucoup de maladies, y compris:

arthrite

bursite

développement cardiovasculaire

syndrome de canal carpien crampes

constipation

syndrome de fatigue chronique diabète

fatigue oculaire

fatigue

fibromyalgie

guérison accélérée

maux de tête

hémorroïdes

circulation améliorée

impotence

niveau d’énergie augmente

enflure des articulations

lumbago

migraine

dérèglement du système nerveux

obésité

douleur

syndrome de Raynaud

réduction des toxines

rhumatisme

varices

 

L’encyclopédie de science et technologie de McGraw-Hill rapporte que les médecins utilisent la chaleur radiante infrarouge pour traiter les entorses, tensions, bursites, maladies vasculaires périphériques, l’arthrite et la douleur musculaire.

La chaleur infrarouge détend et relâche les muscles tendus et douloureux. Elle est aussi très efficace pour soulager la douleur et la raideur liée à l’âge. Les muscles qui manquent d’oxygène cause un manque d’oxygène dans tout le corps. Les combustibles naturels du corps viennent rapidement à manquer et l’activité cesse douloureusement. Un traitement d’IRL permet à l’oxygène de retourner plus rapidement dans les tissus et ainsi, la circulation peut s’améliorer et la guérison des entorses et de la douleur musculaire peut être encouragée.

 

Article communiqué par Simone que nous remercions infiniment.

 

Edité le 26 avril 2012 par :

signature 1

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 25 Avril 2012

px001043

L'expérience corporelle est sensitive (agression) et motrice (fuite, prostration).
La douleur qui existe à l'intérieur du corps en signal les limites.
Ce signal d'un dysfonctionnement produit une association douleur-maladie et maladie-douleur et fait perdre les valeurs protectrices de la douleur.
Autrement dit dans nos sociétés la douleur ne comporte plus qu'un aspect très négatif qu'il faut combattre.
L'expérience corporelle de la douleur suit les mêmes considérations que les représentations données au corps en général dans notre société et donc bute sur les mêmes écueils.
DR ActuKine
Rédigé par JCEVD le Jeudi 30 Juillet 2009

Article collecté sur le site :
http://www.actukine.com/Serie-d-ete-la-douleur-experience-corporelle_a809.html

Edité le 25 avril 2012 par :
signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 25 Avril 2012

dossier douleur 2Voici une notion très importante qui ne nous échappe pas dans notre exercice professionnel (voir l'AND par exemple) mais qui est parfois difficile à cerner: le contexte émotionnel.
La douleur s'inscrit dans un contexte psychique qui peut balayer tout le registre des émotions : joie, tristesse, peur, soulagement, culpabilité, colère, etc. Cet état émotionnel va tout à la fois moduler l'expérience de la douleur et être modulé par elle.
Autre notion capitale : les émotions présentent au moment de la douleur semblent déterminer en grande partie la mémorisation de l'expérience de la douleur.

Corolaire immédiat : le sentiment ou les capacités à contrôler les émotions peut atténuer la douleur et l'anxiété.
La douleur sera mieux supportée si on sait l'existence d'un remède ou si on peut avoir une action sur elle.
A contrario ne pas s'étonner de la majoration de l'anxiété de celui qui sait sa douleur incurable ou à l'issue fatale (cancer).
DR ActuKine

Article récolté sur le site :
http://www.actukine.com/Serie-d-ete-la-douleur-experience-emotionnelle_a807.html

Edité le 25 avril 2012 par :
signature 1

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 24 Avril 2012

373578 324566317558690 154237824 nLe septième congrès européen annuel de rhumatologie a porté en partie sur la fibromyalgie qui, d'après les médecins, semble être mieux comprise.

Si nous ne possédons toujours pas la possibilité de porter un diagnostic de certitude grâce aux analyses biologiques (prise de sang entre autres), certaines études génétiques préliminaires ont permis de montrer que cette affection est associée à une perturbation génétique qui porte sur plusieurs gènes ayant une relative importance quant à la fabrication (synthèse) de la monoamine.

Rappelons-le, un gène est une zone bien précise du chromosome, qui a pour rôle de donner des ordres à l'organisme et plus précisément à chaque cellule de notre organisme de fabriquer certaines protéines. Les monoamines sont un groupe d'acides aminés (éléments qui composent les protéines). Ces monoamines comprennent la sérotonine et les catécholamines, c'est-à-dire la dopamine, l'adrénaline et la noradrénaline. Il s'agit d'un neuromédiateur (sorte d'hormone, plus précisément de neuro-hormone) autrement dit de substance ayant un rôle pour transmettre l'influx nerveux (entre autres).

Il est important de comprendre la chimie de ces substances, car la thérapeutique de la fibromyalgie passe par des médicaments qui ont un rapport étroit avec les monoamines. En effet, la dégradation des monoamines utilise 2 enzymes (substances qui "cassent" les protéines) : la catécholo-méthyltransférase et la mono-amine-oxydase (MAO). Leur rôle est particulièrement important niveau de la substance grise du système nerveux central (cerveau, cervelet, moelle épinière) et joue un rôle de premier plan pour réguler l'émotion et les phénomènes d'intégration en ce qui concerne la vie de relation et la vie végétative (système nerveux neurovégétatif).

L'autre nouvelle provenant de ce 7ème congrès européen annuel de rhumatologie est le fait que la fibromyalgie serait le résultat de l'action de certains facteurs génétiques et de facteurs environnementaux susceptibles de favoriser son développement.

Il n'est donc pas remis en question que des événements stressants, tels qu'une infection, un traumatisme, un choc émotionnel, etc... soient susceptibles de provoquer ou d'aggraver les fibromyalgies.

Il existerait, et ceci est important mais pas nouveau, une perturbation de fonctionnement ou des anomalies du système nerveux autonome (neurovégétatif). Les relations entre l'hypothalamus et l'hypophyse seraient également perturbées. Ceci aurait pour conséquence le phénomène suivant : un individu fibromyalgique présenterait une réponse inadaptée au stress, accentuant ainsi l'évolution de sa maladie.

Plus du domaine de la neurologie que de la rhumatologie, les spécialistes réunis au cours de ce congrès européen ont insisté sur le fait qu'au cours de la fibromyalgie il existerait des phénomènes d'hyperalgésie et d'allodynie. Ceci correspond à une avancée dans le domaine de la connaissance de la fibromyalgie. En effet, l'hyperalgésie peut être mise en évidence grâce à divers moyens, par exemple les échelles de la douleur, les potentiels évoqués et la imagerie (I.R.M., scanner,TEP scan, etc...) permettent d'objectiver en quelque sorte la sensibilité plus importante à la douleur des individus souffrant de fibromyalgie. Toujours dans le domaine des examens complémentaires (c'est ainsi que l'on appelle entre autres l'imagerie obtenue grâce au scanner et à l'I.R.M.), certaines études d'imagerie magnétique fonctionnelle ont permis de montrer une activation plus importanteque du cortex (c'est-à-dire la partie périphérique du cerveau, la substance grise) et du système limbique (autre partie du cerveau), si l'on provoque ce que les spécialistes en neurologie appellent un stimulus douloureux, ou dit plus simplement une douleur, chez les individus fibromyalgiques, par rapport à des sujets ne présentant aucune perturbation de la douleur.

Il a été également mis en évidence, et ceci n'est pas nouveau, des concentrations anormales d'un neuromédiateur jouant le rôle de transmission de la douleur. C'est ainsi qu'il est objectivé une diminution des voies inhibitrices sérotoninergiques et noradrénergiques de la douleur pouvant entraîner l'apparition de phénomènes douloureux ou augmenter les phénomènes douloureux chez le fibromyalgique. Soyons plus clair : les voies inhibitrices sont des structures qui inhibent, c'est-à-dire qui freinent normalement, physiologiquement, le processus douloureux chez un individu « normal ». Chez les individus fibromyalgiques, il existerait une diminution de ces voies qui inhibent normalement l'accentuation de la douleur. Ces voies, c'est-à-dire ces structures neurologiques, fonctionnent avec de la sérotonine et avec de la noradrénaline. Il semblerait donc que ces deux molécules ne soient pas convenablement utilisées par l'organisme soit parce qu'elles-mêmes présentent des anomalies, soit parce que les structures qui les utilisent présentent des anomalies.

Toujours en ce qui concerne les neuromédiateurs, il a été prouvé qu'une augmentation des neuromédiateurs excitateurs, c'est-à-dire des substances qui excitent au niveau du cerveau, est susceptible d'entraîner une accentuation de la douleur.

Pour rester dans le domaine moléculaire du cerveau, des données récentes concernent les cytokines. La cytokine est une glycoprotéine (en chimie : association d’un sucre et d’une protéine) sécrétée par les lymphocytes et les macrophages, qui sont les cellules de défense de l'organisme chargées d'absorber des particules étrangères. Les cytokines sont impliquées dans le développement et la régulation du système immunitaire, entre autres . Ces petites glycoprotéines agissent spécifiquement par l’intermédiaire de récepteurs disposés à la surface des cellules. Donc, la grande découverte est qu'il existerait une cause de survenue de fibromyalgie mettant en cause un phénomène immunologique en relation étroite avec un phénomène neurologique. Ceci rejoint ce que j'ai souvent dit en ce qui concerne la fibromyalgie : cette affection est sans doute plus du ressort du neurologue que du rhumatologue. Pour être plus précis, il semblerait même qu'elle devient de plus en plus une spécialité immunologique.

En ce qui concerne le traitement, peu de choses nouvelles sont sorties de ce congrès. Il est toujours question d'utiliser des antidépresseurs ayant pour rôle d'inhiber la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline. La molécule dont nous avons parlé il y a maintenant trois mois, la gamma henkin, un anticonvulsivant (pour lutter contre les épilepsies) est maintenant prescrite plus fréquemment dans le traitement des douleurs neuropathiques (liées à une atteinte réelle des nerfs) en France et pour la fibromyalgie.

L'Eular (congrès européen annuel de rhumatologie) devrait apporter des recommandations en ce qui concerne la prise en charge la fibromyalgie dans les prochains mois... Attendons.

 

Dr Richard Martzolff, docteur en médecine et docteur en ostéopathie à Perpignan.

 

Article collecté sur le site :

http://www.vulgaris-medical.com/a-la-une/fibromyalgie-du-nouveau-dans-la-comprehension-de-la-maladie-100.html#.TwWckzoQ4qM.facebook

 

Edité le 24 avril 2012 par :

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0