Publié le 31 Mars 2013

 

légumes

 

Si vous êtes souffrant de fibromyalgie, nous devons descendre pour les bases de la nutrition. Oui, cela signifie que régime alimentaire. La douleur est habituellement causée par une ou plusieurs formes d’inflammation et de l’alimentation correcte peut démonter que l’inflammation. Se débarrasser ou restreindre sévèrement les aliments/boissons suivant.

 

- Café
- Thé
- Bicarbonate de soude avec la caféine ou pop
- Chocolat
- Alcool
- Aliments frits
- Farine  blanche
- Sucre

 

Nous voulons plus de ces aliments :


- Légumes
- Fruits
- Eau
- Yogourt
- Fruits de mer

 

Lorsqu’il s’agit de nutrition de la fibromyalgie, nous devons tout d’abord commencer avec un régime équilibré base comme indiqué ci-dessus et ensuite passer à quelques suppléments qui peuvent aussi aider à faire baisser l’inflammation et aider à réduire la douleur. Malheureusement dans la société actuelle, lorsqu’une personne commence à ressentir des douleurs qu’ils immédiatement ruisseler pour obtenir des médicaments de leur médecin. Les médicaments habituellement juste masquent la douleur et apportent un éventail d’effets secondaires. Vous arrêtez de prendre les médicaments et la douleur revient. Suppléments peuvent en revanche apporter nutrition dans le corps qui est exactement ce que le corps était manquant.

 

Un tel supplément est MSM ou méthyl sulfonyle méthane. MSM est un soufre organique qui est connu pour aider à soulager la douleur de la douleur de l’arthrite et des muscles. Vous pouvez trouver le MSM dans le lait de vache, viande, fruits de mer, fruits et des légumes. Vous pouvez prendre le MSM sous forme de capsule ou en poudre, et il existe certaines crèmes sur le marché. MSM est également connu pour être un detoxifier. Ce que cela signifie, c’est qu’il aide à se débarrasser de la mauvaise. Lors de la prise de MSM, vous remarquerez peut-être certains effets secondaires initiaux. Cela peut venir sous la forme d’une éruption cutanée, des maux de tête légère, se sentant wigged out ou sentiment comme vous avez la grippe comme symptômes léger. Ne freak out bien. C’est habituellement seulement du corps, la façon de vous dire que c’est se débarrasser de la mauvaise choses…. C’est mauvais ce qui est dans votre corps. Vous sentirez c’est que si vous commencez à 1000mg ou 2000mg (1 gramme ou 2 grammes) de MSM, mais elles disparaissent après quelques jours, vous pouvez augmenter la dose de MSM et obtenir plus avantages moins la douleur.

 

MSM est un cousin très proche du DMSO, alors si vous désirez une aide supplémentaire, assurez-vous que vous demandez de DMSO.

 

----------------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.articles-lib.com/la-fibromyalgie-nutrition.html

 

Editée le 31 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 31 Mars 2013

 

image6437

 

 

Les réponses avec le Dr Alain Braconnier, psychiatre au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière :


"Il existe deux traitements médicamenteux : un traitement ponctuel qui est le petit médicament anxiolytique que beaucoup de personnes mettent dans leur poche, notamment quand ils sont agoraphobes.

 

Cela les rassure. Quand ces gens sont trop angoissés, on leur conseille donc de prendre un anxiolytique. Et il existe également un autre médicament considéré comme un médicament de fond qui est le traitement fait d'antidépresseurs.

 

Ce traitement fonctionne sur beaucoup de personnes, mais pas sur tout le monde."

 

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

 

-----------------------------------------

 

Pour voir la vidéo, cliquez sur le lient ci-dessous :

http://www.allodocteurs.fr/article.asp?idarticle=9260

 

Edité le 31 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 31 Mars 2013

fatigue 0


Quand l’insomnie guette, le meilleur moyen pour s’en prémunir consiste à prendre un somnifère. Utilisés pour permettre aux personnes ayant un sommeil difficile de dormir, certains de ces médicaments, tels que le zolpidem (Stilnox®), pourraient avoir des effets bien après le réveil. C’est ce que révèle une étude menée par le Centre pour la recherche et l'évaluation des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA).

 

Contenant du zolpidem, une molécule apparentée aux benzodiazépines, le Stilnox® est un médicament psychotrope prescrit dans les troubles sévères du sommeil. Afin d’étudier l’impact de ce type de traitement sur notre vigilance au lendemain de la prise, des membres du Centre pour la recherche et l'évaluation des médicaments de la Food and Drug Administration (FDA) ont réalisé plusieurs tests en simulateur de conduite, en collaboration avec plusieurs automobilistes.

Les premiers résultats ont montré que les personnes ayant pris la veille au soir des médicaments pour dormir, avaient des risques importants de perte de vigilance, bien qu'elles n'en aient pas ressenti les signes annonciateurs. Ainsi, la prise de traitement contenant du Zolpidem, molécule la plus prescrite, en France comme aux Etats-Unis, pour aider au sommeil, pourraient non seulement entraîner une addiction importante à terme, mais aussi des pertes de vigilance au-delà du réveil.

En effet, 8 heures après la prise du Stilnox®, les chercheurs ont constaté que 10 à 15 % des femmes et 3 % des hommes participant à l’étude présentaient un taux de zolpidem dans le sang encore suffisant pour modifier leur vigilance.

Face à ce constat, la FDA a demandé aux laboratoires pharmaceutiques produisant ce type de médicament de modifier sa posologie afin de réduire de moitié la dose maximale prescrite, notamment pour les femmes…


 

Article écrit le 2013-01-17 par Olivier Frégaville-Arcas _ Information hospitalière
Source: AFPAccéder à la source

 

----------

 

Article collecté sur le site :

http://www.informationhospitaliere.com/actualite-21440-somniferes-effets-dela-nuit.html

 

Edité le 31 mars 2013 par,

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 30 Mars 2013

bxp27144

 

Souffrez-vous des symptômes de la ménopause ? Si elles comprennent des symptômes comme la raideur musculaire et la douleur, la sensibilité autour des genoux, coudes, hanches et autres articulations, ou douleur et engourdissement dans les mains ou les pieds, vous devrez peut-être le début de ce qui est connu comme la fibromyalgie.

 

Qu’est-ce que c’est? Il n’est pas une maladie en tant que telle, mais une condition qui affecte les articulations  et les tissus mous, y compris les muscles et inclut également la fatigue dans la plupart des cas. Il affecte également la principalement des femmes, qui mène de nombreux médecins de croire qu’elle pourrait être liée à la ménopause.


 

La raison pour laquelle que beaucoup de médecins et d’autres croient que la fibromyalgie est liée à la ménopause, c’est que la majorité des malades sont non seulement les femmes, mais les femmes âgés de plus de 40 (environ 80 % selon les statistiques).

 

Comment sont-ils liés ? Qu’il reste à voir, mais de nombreux chercheurs pensent qu’un déséquilibre des hormones est en partie responsable, même s’ils ne trouvent pas le témoignage de ceux qui précisément encore. Actuelle porte sur les substances chimiques du cerveau qui contrôlent les cycles de sommeil et l’humeur, hormones libérés par l’hypophyse, qui sont sensibles aux oestrogènes, et peut-être même des changements dans les hormones de croissance.

 

Ce lien est sans doute parce que beaucoup de femmes qui souffrent de fibromyalgie approche de la ménopause, ont récemment eu un bébé et plus de 35 ans, et les femmes qui ont subi une ligature des trompes ou une hystérectomie.


 

Le pire sur la fibromyalgie est qu’il n’y a pas de remède à ce jour, seulement des traitements qui peuvent aider à soulager les symptômes. Les traitements varient en fonction des symptômes mais les spécifiques à certains exercices les zones touchées, les médicaments destinés à soulager la douleur ou décontractants musculaires afin de faciliter un malaise et quelques injections de cas d’analgésiques à des domaines spécifiques.

 

Il y a des autres traitements thérapeutiques telles que la massothérapie, thérapie de la chaleur et un nouveau traitement appelé hydrothérapie qui implique des mouvements dans l’eau qui aident à la circulation et n’impliquent de faire pression sur les articulations comme les autres formes d’exercice.

 

Certains médecins et spécialistes de la santé pensent que l’alimentation peut jouer un rôle en aidant à prévenir la fibromyalgie, manger plus d’aliments holistiques qui sont remplis de nutriments tels que les composés phytochimiques et des antioxydants, par exemple. Manger des aliments plus organiques tels que les fruits frais, légumes frais et même de fruits secs. Buvez beaucoup d’eau chaque jour, dont beaucoup de gens entendu parler mais ne parviennent pas à suivre à travers, prenez l’habitude.


Certains diététiciens pensent que réduire votre consommation d’aliments riches en sodium et en éliminant complètement les additifs tels que le glutamate monosodique (MSG) et édulcorants artificiels comme l’Aspartame peut aider à soulager les symptômes de la fibromyalgie. Des études récentes montrent que la pratique de manger un régime végétalien peut aider même à atténuer les symptômes.

 

Apprendre la terminologie de la ménopause

 

Vous connaissez tous les termes liés à la ménopause ? La plupart des femmes savent ce que la ménopause est, ou du moins l’idée de base de ce qui est impliqué. Ils savent que cela ne signifie pas plus des bébés, beaucoup de bouffées de chaleur et irritabilités jours et nuits et beaucoup d’autres effets secondaires. Mais permet d’obtenir des droites sur la terminologie afin que tout le monde est sur la même page.


 

Premières choses en premier lieu, le début de ce qui est considéré comme la ménopause est effectivement appelé périménopause (certains parlent de pre-menopause) et est quand commencent les premiers symptômes visibles de la ménopause. Ces symptômes comprennent l’irrégularité menstruelle, les bouffées de chaleur, sautes d’humeur, diminue de capacité de concevoir, changements dans l’excitation sexuelle, perte de densité osseuse, entre autres. Périménopause normalement commence en moyenne vers l’âge de 51 aux États-Unis cependant il peut commencer dès le début comme 40 ou aussi tard que 60 dans certains cas.

 

 -----------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.articles-lib.com/

 

Edité le 30 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 30 Mars 2013

 

fatigue medecines douces

 

Les doses doivent être coupées de moitié pour les femmes (FDA)


L'agence américaine du médicament, la Food and Drug Administration (FDA) a annoncé le 10 janvier qu'elle exigeait que les fabricants de somnifères qui contiennent du zolpidem, tels que Ambien, Zolpimist et Edluar (Stilnox en France), réduisent de moitié la posologie recommandée pour les femmes, après que des études en laboratoire aient montré que ces médicaments peuvent laisser les gens encore endormis le matin et à risque d'accidents. Les femmes éliminent le zolpidem plus lentement que les hommes.


L'agence oblige les fabricants à diminuer la posologie recommandée pour les femmes de 10 mg à 5 mg pour les versions à libération immédiate et de 12,5 mg à 6,25 pour celles à libération prolongée. L'agence recommande aussi d'abaisser les doses pour les hommes.


 

Mais les médecins pourront prescrire des doses plus élevées si les plus faibles ne fonctionnent pas.

 

Il est estimé que 10 à 15 % des femmes ont un niveau de zolpidem dans le sang qui altère la conduite automobile huit heures après la prise du somnifère comparativement à 3 % des hommes.

 

 Psychomédia avec source: New York Times

--------------------

 

Article collecté sur le site :

http://unelouvecombat.canalblog.com/archives/2013/01/13/26133565.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=unelouvecombat

 

Edité le 30 mars 2013 par,

 

signature 2

 

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 30 Mars 2013

 

EFO - Logos asso 050310

 

 

 

BONJOUR A TOUT LE MONDE,

 

AUJOURD'HUI


 

72

 

 

 

de blogrank

 

 

 

MERCI !!!



Nous attendons toujours avec plaisir

 

vos commentaires et vos critiques,

 

et vous remercions d'être fidèles à notre site.

 

 

La blogueuse,


EVY.

 

 

Signature - Evy bleugif

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Mots de la blogueuse

Repost 0

Publié le 29 Mars 2013

 

Un sondage a révélé que ces médicaments plongent dans l'estime des Français. Le récent rapport de l'Igas apporte des éléments en leur faveur.


Les génériques ont moins la cote aujourd'hui en France.

Les génériques ont moins la cote aujourd'hui en France.

Moins 5 points en un an. La cote d'amour desmédicaments génériques vient de baisser auprès des Français. D'après le sondage Ifop commandé par le groupe GPR (qui représente 11 % des pharmaciens), les Français ne sont plus désormais que 72 % à penser qu'un générique a la même efficacité qu'un médicament princeps. Pourtant, depuis 2006, la Sécurité sociale rembourse deux fois plus de boîtes de génériques - 700 millions par an -, pour une économie estimée à 1,3 milliard d'euros par an.

  • Des doutes sur la sécurité

Cette soudaine allergie a peut-être des origines économiques, les patients restant conscients que la pression de plus en plus grande exercée par les pouvoirs publics en faveur des génériques n'est pas d'origine sanitaire. L'obligation imposée aux patients de choisir le générique pour bénéficier du tiers payant rebute, selon l'étude de l'Ifop, 46 % des Français. Plus de un Français sur deux estime que cette disposition porte atteinte à sa liberté. Parmi ceux-là, les 35-49 ans sont les plus déterminés. Ce qui n'empêche pas 82 % des personnes interrogées de trouver les génériques moins chers.


Autre aspect mis en cause par les Français : la sécurité du générique. Ils ne sont plus que 61 % à estimer les génériques aussi sûrs que les princeps, alors qu'ils étaient 71 % il y a dix ans. En 2009, 54 % des génériques mis sur le marché étaient fabriqués en France, 41 % dans le reste de l'Europe et seulement 5 % dans le reste du monde.


Ce n'est pas la fabrication du générique qui est délocalisée en Chine ou en Inde, mais celle des matières premières qui le composent. La plupart des principes actifs (API) qui concourent à la fabrication des médicaments sont désormais produits en Inde ou en Chine, des pays qui détiennent 60 % du marché européen des principes actifs.


Comme le constate Laurence Weber, chez Ethypharm, « le marché des principes actifs s'est retourné en trente ans. 80 % des substances actives utilisées en Europe sont fabriquées hors de l'espace économique européen. » De plus, les sous-traitants se multiplient, ce qui ne laisse pas d'inquiéter l'ANSM.

  • Suspension pour 29 sites

On sait, d'après ce qu'elle a elle-même indiqué, que la direction européenne de la qualité du médicament a mené en 2011 18 inspections en Asie et abouti à la suspension d'autorisation de 29 sites. L'Igas (Inspection générale des affaires sociales) a proposé récemment d'indiquer, sur les boîtes de médicaments, la provenance des matières premières et le pays de fabrication du générique.


L'Académie de médecine, qui avait publié en février dernier un rapport très défavorable au sujet des génériques, ne cache pas non plus que ses réticences sont partagées par des études étrangères de haut vol. D'après l'une d'entre elles, menée par les pharmacologues de l'université de Harvard, 23 % des 506 médecins interrogés émettent des opinions négatives quant à l'efficacité des génériques, tandis que 50 % formulent des doutes sur la qualité des produits.


Le développement du générique en France est une longue histoire. À partir de 1999, les chiffres ont été très vite encourageants. La consommation avait presque doublé en trois ans, permettant d'économiser 380 millions d'euros en 2004. Et le fait que, sur la liste des 270 médicaments indispensables établie par l'organisation mondiale de la santé (OMS), 265 soient « généricables » ouvrait de vastes perspectives.


Depuis, le développement des médicaments génériques s'essouffle,leur vente ayant reculé en 2011 de 3 % pour la première fois.

  • L'Igas conseille une relocalisation de la fabrication

C'est dans ce contexte que l'Igas vient de rendre public un rapport prêt depuis septembre, mais qui aujourd'hui a l'avantage de servir à relancer un nouveau souffle. L'Inspection générale des affaires sociales constate que la France est très en retard par rapport à l'Allemagne et à l'Angleterre, des pays où le taux de vente des génériques s'élève respectivement à 80 et 60 %.


Un certain nombre de leviers sont donc suggérés. Tout en insistant sur le fait que « les études démontrent globalement une absence de supériorité des princeps par rapport aux médicaments génériques »,l'Igas conseille une relocalisation de la fabrication - une mesure de nature à pouvoir rassurer les patients -, ainsi qu'une baisse de 10 % du prix des génériques, ceux-ci étant de cinq à quatorze fois plus élevés qu'aux Pays-Bas, en Espagne, en Angleterre, et une lutte contre « les fausses innovations » des laboratoires.

Il s'agit des « me-too » (moi aussi en anglais), une molécule un peu modifiée, bon marché à fabriquer, qui se prétend porteuse de quelque chose de plus.


Ce qui n'est pas forcément vrai, mais contribue à encombrer l'armoire à pharmacie.

 

 

---------------------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.sudouest.fr/

 

Edité le 29 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 29 Mars 2013

 

image aiejpg

La revue Douleurs (Elsevier-Masson) publie un article intéressant intitulé « Éducation thérapeutique, fibromyalgie et thermalisme ».
 
En effet, il présente l’évolution des pratiques des « Thermes des Arènes » (Dax) pour contribuer à une meilleure prise en charge de certaines douleurs chroniques, dont celles du syndrome fibromyalgique.

Évolution oui, mais comment ? Progressivement, l’équipe pluridisciplinaire de ce centre thermal s’est formée à l’éducation thérapeutique du patient (ETP) : un programme complet, structuré, adapté aux besoins du patient lors de consultations dédiées aux « bilans éducatifs » a pu être développé.

Évolution oui, mais pourquoi ? Avant tout parce que la durée de séjour habituelle (3 semaines) et la présence d’une équipe pluri-professionnelle sont propices à la mise en place d’un tel programme.


Ainsi, l’ETP « représente une toute nouvelle approche de la médecine thermale, jusqu’ici cantonnée à la délivrance de soins d’hydrothérapie et d’applications de boue ».

Évolution oui, mais pour quels résultats ? L’objectif affiché « vivre mieux avec sa fibromyalgie en devenant un partenaire compétent sachant augmenter et adapter ses activités » fait basculer la médecine thermale vers une approche active et démédicalisée, tout à fait adaptée à la fibromyalgie.


Sans rentrer dans les détails, les auteurs affirment, à la lecture des questionnaires remplis par les patients, constater une « très nette amélioration de la qualité de vie, (une) diminution des douleurs et (une) resocialisation globalement très largement supérieures à toutes thérapeutiques jusqu’ici proposées pour cette pathologie ».

Au total, la médecine thermale, « thérapeutique millénaire », est manifestement en capacité d’intégrer les nouvelles technologies de la santé : ainsi, elle entend confirmer auprès des payeurs sont intérêt, notamment pour la prise en charge de la fibromyalgie, encore peu codifiée…


Cette perspective est prometteuse, l’évaluation chiffrée des bénéfices obtenus par les patients est la prochaine étape…

 

Source :

Dr Florentin CLERE - son blog : "Chronique de la douleur"

 

-------------

 

Article collecté sur le site :

http://fleur14.canalblog.com/archives/2013/03/24/26725636.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=fleur14

 

Edité le 29 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 29 Mars 2013

Capture-d-e-cran-2013-03-28-a--09.19.15.png

 

 

La FIBROMYALGIE en 2013


Cette pathologie doit être évoquée devant un syndrome polyalgique. Sa prise en charge est complexe et doit bénéficier d’un abord pluridisciplinaire.

 

La fibromyalgie (FM) est un syndrome caractérisé par des douleurs diffuses et chroniques associées à de la fatigue et à des troubles du sommeil ainsi qu'à des troubles somatiques variés, sans maladie sous-jacente individualisable. Il s'agit d'une affection fréquente touchant 3.4 % des femmes et 0.5 % des hommes. La FM serait à elle seule aussi fréquente que les rhumatismes inflammatoires chroniques et les arthrites micro-cristallines réunies. Selon une enquête française, chaque rhumatologue suit en moyenne 30 FM et chaque généraliste 6 (1).


PATHOGÉNIE

Elle est pour l'instant mal connue mais certaines hypothèses ont été privilégiées ces dernières années :


Le rôle du système nerveux central

. Afférent : au niveau des neurones médullaires, qui seraient responsables d'un phénomène de "wind-up" ou perception anormale et douloureuse de stimuli répétés par rapport aux sujets normaux.

. Efférent : le système inhibiteur descendant de la douleur paraît altéré et ne module pas suffisamment l'activité des neurones médullaires, phénomène mieux connu sous le terme de sensibilisation centrale.


Les techniques de neuro-imagerie fonctionnelle par IRM ont montré que, lors de stimulations non douloureuses les patients FM ont une activité plus importante que les contrôles dans les dans les zones insulaires, pré-frontales, motrices accessoires et cingulaires.


Le rôle du système neuroendocrine et autonomique

L'activité insuffisante du système sérotoninergique entraînerait une dysfonction du système corticotrope. L'hormone de croissance est diminuée pendant la nuit. La perturbation de la phase 4 du sommeil dans la FM, période où elle est normalement secrétée, en serait l'explication. Le système sympathique est hyporéactif au stress.


Le rôle des facteurs génétiques

L'allèle S (short) du gène du transporteur de la sérotonine (neuromédiateur important dans cette affection) est plus fréquemment retrouvé chez les FM que dans la population générale.


TABLEAU CLINIQUE

Le début est le plus souvent progressif mais peut aussi être brutal chez une femme de la trentaine, souvent hyperactive par le passé. Divers facteurs déclenchants sont répertoriés : accident, deuil, stress, infection virale…

À la phase d'état, la plainte est essentiellement douloureuse. Les douleurs sont principalement axiales mais une impression de gonflement articulaire, des troubles vasomoteurs et un enraidissement matinal sont possibles. Ces douleurs sont majorées par le froid et le stress et sont peu sensibles aux antalgiques et aux anti-inflammatoires non stéroïdiens.


A part la douleur, d'autres symptômes sont très évocateurs et doivent être recherchés attentivement : fatigue, sensation de muscles noués, paresthésies, anxiété, troubles du sommeil, perte de mémoire, troubles digestifs (Tableau I).


L'examen clinique retrouve des points douloureux d'insertion qui peuvent se situer dans des zones spontanément douloureuses ou non (Figure 1). Il n'y a jamais de gonflement ou de limitation articulaire objectivable.


CRITERES DIAGNOSTIQUES

En 2010, le Collège Américain de Rhumatologie (ACR) a actualisé les critères diagnostiques de FM datant de 1990 (2).


Pour satisfaire à ces critères, une patiente doit avoir les 3 conditions suivantes réunies :


- Douleur diffuse et sévère : au moins 7 points douloureux d'insertion à la pression et score de sévérité des symptômes* (fatigue, sommeil non réparateur, troubles cognitifs, troubles somatiques divers [digestifs, paresthésies, troubles vaso-moteurs…]) supérieur ou égal à 5 OU entre 3 et 6 points douloureux et un score de sévérité des symptômes supérieur ou égal à 9.

- Symptômes évoluant depuis plus de 3 mois.

- Pas d'autre pathologie susceptible d'expliquer les douleurs.


* chaque item pouvant être coté entre 0 et 3


DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL

La FM est un diagnostic d'élimination et d'autres pathologies doivent être systématiquement discutées avant de l'envisager (Tableau II). Lors d'une première consultation, un bilan biologique et immunologique doit être réalisé et comprendra : numération formule sanguine, protéine C-réactive, calcémie, phosphorémie, enzymes musculaires, fer sérique, hormones thyroïdiennes, facteur rhumatoïde, anticorps anti-nucléaires.


TRAITEMENT

Les buts thérapeutiques sont l'amélioration de la douleur, du sommeil et des capacités fonctionnelles.


Traitements pharmacologiques

› Les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les corticoïdes ne sont pas efficaces dans la FM, ce qui est d'ailleurs un argument diagnostique. Les morphiniques de niveau 3 sont peu efficaces, mal tolérés et non recommandés (3).

› Le tramadol, utilisé seul ou associé au paracétamol, est un antalgique de niveau 2 ayant une activité d'inhibiteur du recaptage central de la sérotonine et de la noradrénaline, dont l'effet antalgique et sur l'amélioration du sommeil a été démontré dans la FM (4).


› Les antidépresseurs inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline ont le meilleur rapport efficacité/tolérance dans la FM. La duloxétine et le milnacipran ont démontré une activité antatalgique significative dans des études contrôlées (5). La duloxétine est préférée en cas de dépression patente à la dose de 60 mg/j. Le milnacipran est plutôt indiqué chez les patients ayant des troubles cognitifs et de la fatigue comme symptômes prédominants. La posologie doit être augmentée progressivement de 12.5 jusqu'à 100 mg/j en 2 prises.


› Les anticonvulsivants , gabapentine et prégabaline, sont des inhibiteurs des canaux calciques qui agissent en modulant le récepteur alpha2-delta. Ils ont également des propriétés anxiolytiques et antalgiques. Les effets secondaires sont fréquents à type de prise de poids, de somnolence, de vertiges et d'?dèmes. Pour la prégabaline, la prescription initiale est de 50 à 75 mg en une prise au coucher, pouvant être augmentée, selon tolérance, jusqu'à 300 mg/j.


Traitements non pharmacologiques

› Le principal problème rencontré au cours de la FM est le désentraînement à l'effort. La rééducation doit comporter initialement des étirements et de la balnéothérapie en eau chaude puis de la gymnastique aérobique et du renforcement musculaire (6). Certaines stations thermales se sont orientées récemment vers la prise en charge conjointe, crénothérapique et rééducative, de la FM.


› Les techniques cognitivo-comportementales (TCC), associées ou non à la relaxation, peuvent permettre une amélioration du sommeil et de la douleur (7). Il s'agit d'enseigner au patient la compréhension de l'effet de leur comportement sur leurs symptômes et notamment de lutter contre le catastrophisme et la peur du mouvement (kinésiophobie).


› La stimulation magnétique transcrânienne a récemment été introduite dans l'arsenal thérapeutique de la FM. La stimulation répétitive de l'aire motrice cérébrale M1 a un effet modulateur significatif de la douleur. Une étude récente portant sur des patients FM a montré qu'une séance quotidienne de stimulation magnétique cérébrale pendant 10 jours entraîne un bénéfice prolongé (plusieurs mois) sur la douleur et la qualité de vie (8).


CONCLUSION

La fibromyalgie est un syndrome complexe dont le diagnostic peut être difficile devant un syndrome polyalgique. D'autres pathologies doivent être systématiquement évoquées et éliminées, par un bilan complémentaire adapté, avant de l'envisager. La pathogénie, encore mal comprise, fait probablement intervenir une dysfonction du système nerveux central, bien mise en évidence par les techniques de neuro-imagerie fonctionnelle. Le traitement est difficile et doit bénéficier d'un abord pluridisciplinaire du patient. En effet, médicaments, rééducation, relaxation, thérapies cognitivo-comportementales, voire techniques de stimulation cérébrale doivent être essayées en association.

 

Dr Eric Thomas (PH, responsable équipe médicale pathologies mécaniques du rachis et des articulations, département de rhumatologie, CHRU Lapeyronie, 34295 Montpellier cedex 5).

http://www.legeneraliste.fr/layout/Rub_FMC.cfm?espace=FMC&id_rubrique=101835&id_article=36079

 

-------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.dorffer-patrick.com/article-fibromyalgie-c-est-quoi-exactement-116596384.html

 

Edité le 29 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0

Publié le 28 Mars 2013

 

1828_623134857702932_1844119724_n.jpg

 

A regarder absolument, 

 

la vidéo concernant l'émission diffusée

 

le 18 mars 2013


 "Parlons en"

 

à la tv locale de ST DIZIER (52)

 

Les invitées étant Lisbeth PREVOT (trésorière) 

 

et Nadia HUGUIN (présidente)


membres de l'association créée le 19 novembre 2011

 


"ALLO FIBRO"


-----

 

 

CLIQUER CI-DESSOUS

 

 

 

 

http://www.territorialtv.fr/video.php?key=3GJiMjFMUg

 

----------------------

 

Merci à Fleur 14 pour cette vidéo sur son site :

 

http://fleur14.canalblog.com/archives/2013/03/28/26757852.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=fleur14

 

Edité le 28 mars 2013 par,

 

signature 2

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0