Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fatigue chronique : la faute aux gènes ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

 

Des gènes du stress ont un rôle dans le syndrome de fatigue chronique.

Une origine génétique au syndrome de fatigue chronique (SFC) a été mise en évidence par 4 équipes de chercheurs du Center for Disease Control and Prevention (CDC) d’Atlanta, en Géorgie (USA).

 

Le syndrome de fatigue chronique, identifié seulement depuis 1985, est aujourd’hui reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les principaux symptômes : une fatigue qui ne passe pas, des douleurs musculaires, la mémoire qui flanche, des difficultés à se concentrer et un sommeil perturbé et peu réparateur.

 

Pour mettre en évidence l’origine génétique de cette étrange maladie, les chercheurs de CDC ont regroupé 227 personnes souffrant de SFC. Hospitalisés durant deux jours, les volontaires ont permis aux scientifiques de rassembler une multitude de données concernant leur état de santé, leur sommeil, leur mémoire, le fonctionnement de leur système nerveux, leurs analyses sanguines et enfin l’activité de près de 20 000 de leurs gènes.

 

Ces informations ont d’abord permis aux scientifiques d’identifier les gènes impliqués dans la réponse au stress. « Chez les personnes atteintes du SFC, le niveau d’activité de ces gènes est différent d’une personne normale. Or ces gènes sont impliqués dans la capacité du corps à s’adapter aux événements et à des stress comme des infections, des blessures et des traumatismes » explique William Reeves du CDC.

 

Il existe des possibilités de forme de passage avec la fibromyalgie, la différence symptomatique est l'intensité de la fatigue et ses conséquences sociofamiliales.

 

Source : http://www.boutique-labrha.com/fr/content/107-fatigue-chronique-la-faute-au-stress

 

------------------ 

 

Article collecté sur Facebook via Martine Fargeix  

 

Edité le 31 août 2013 par,

 

   

Publié dans Articles collectés

Partager cet article

Repost0

La meilleure arme contre le stress : l'eau !

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

 

On dit souvent qu'écouter de la musique ou être au calme détend.

 

Oui... mais d'après une étude publiée dans Plos One, le plus efficace contre le stress serait le clapotis de l'eau.

Sport, carré de chocolat, musique zen... On a tous notre "truc" pour se détendre rapidement en cas de gros stress.

 

Mais les plus connus ne sont pas toujours les plus efficaces. C'est ce que prouvent des chercheurs de l'Université de Zurich dans une étude menée auprès de 60 jeunes femmes. Après les avoir réparti en trois groupes, ils leur ont fait écouter de la musique, le bruit de l'eau qui coule ou alors les ont mis dans le silence. Puis elles ont été exposées à une situation de stress en devant se présenter à l'oral puis effectuer un exercice de calcul mental. Les chercheurs ont mesuré la quantité de cortisol (hormone du stress) dans leur salive et ont constaté avec étonnement que les niveaux les plus élevés étaient enregistrés chez celles écoutant de la musique. A l'opposé, celles bercées par le clapotis de l'eau étaient les plus détendues. Selon les scientifiques, le cerveau aurait appris à associer l'environnement naturel à une source de vie, donc à l'apaisement. Ils nuancent cependant leurs résultats en expliquant qu'ils auraient pu varier en fonction du morceau de musique choisi.

 

Source : Thoma MV, La Marca R, Brönnimann R, Finkel L, Ehlert U, et al. (2013) The Effect of Music on the Human Stress Response. PLoS ONE 8(8): e70156. doi:10.1371/journal.pone.0070156

 

----------------

 

Article collecté sur le site :

http://sante.planet.fr/a-la-une-la-meilleure-arme-contre-le-stress-leau.446671.2035.html#comment-form

 

Edité le 31 août 2013 par,

 

 

 

Publié dans Articles collectés

Partager cet article

Repost0

Télémédecine : quel développement pour la médecine virtuelle? Interview

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

telemedecine

A l’heure des développements constants et toujours plus poussés dans le domaine des nouvelles technologies et de l’internet, nous avons voulu en savoir plus sur la télémédecine : la mise en pratique de la médecine via les nouvelles technologies.

Rencontre avec Sabrina Burgat, avocate et maître assistante à l’université de Neuchâtel, en Suisse, auteure d’une thèse sur La Télémédecine et le droit suisse.

 

Qu’est-ce que la télémédecine!

CK : Sabrina Burgat, expliquez-nous d’abord brièvement en quoi consiste la télémédecine?

Sabrina Burgat : La télémédecine est une sous-branche de l’E-santé (ou E-health). Elle désigne les activités qui impliquent une relation entre le médecin et le patient, pratiquée par les moyens technologiques d’aujourd’hui, internet ou le téléphone, donc sans contact physique entre le médecin et son patient, simplement grâce aux moyens modernes de communication.

La télémédecine en France et en Suisse

CK : Vous avez étudié la télémédecine et le droit suisse. Il semblerait que les sociétés de télémédecine aient intérêt à s’installer en Suisse. Pour quelles raisons?

Sabrina Burgat : La télémédecine n’est pas développée uniquement qu’en Suisse, mais je pense que ce développement tient peut-être au fait qu’il n’y a aucune législation spécifique sur ces pratiques. Le droit suisse ne connaît pas de réglementation particulière sur la relation patient-médecin, si bien que pour la télémédecine, les règles ordinaires du Code des Obligations, déjà connues, sont applicables.

 

CK : En France au contraire certains lobbys et législateurs souhaiteraient interdire la télémédecine. Pourquoi et pensez-vous que cela est raisonnable?

Sabrina Burgat : Ces personnes considèrent que l’application de la médecine sans contact physique avec le patient, ne constitue pas une manière correcte de pratiquer la médecine. Je peux comprendre ce point de vue, mais je sais aussi que certains médecins considèrent que l’anamnèse du patient (les antécédents médicaux et l’historique de la plainte du patient, NDLR)suffit à elle seule à poser un diagnostic dans la majorité des cas. A mon sens, la télémédecine doit être utilisée comme un instrument complémentaire à la médecine actuelle, mais elle ne doit évidemment pas priver le patient des moyens ordinaires. Cela étant, certains examens cliniques pourraient également s’envisager grâce à la télémédecine (examen à distance de radiographies, photographies d’une plaie, etc.) Il n’y a pas de situation absolue, la télémédecine peut aider dans certaines situations particulières, lorsque la médecine ordinaire est limitée, telle que dans les régions éloignées ou en cas d’engorgement des services d’urgence. Aussi je trouve que chercher son interdiction totale est franchement exagéré.

 

CK : La Suisse occupe par ailleurs une place essentielle dans les institutions médicales internationales. Pourquoi des associations comme la Croix-Rouge par exemple, ou médecins sans frontières sont-elles installées en Suisse?

Sabrina Burgat : Concernant la Croix-Rouge, je pense que cela est dû à la place historique de l’institution, puisqu’elle a été fondée par un Suisse. Je ne suis pas sûr que la présence de ces institutions soit liée à une question de droit médical. Lorsque Médecins sans frontières exerce en Iran par exemple, c’est la législation iranienne qui s’applique alors.

En revanche, mon sentiment est que cela est lié à des questions historiques, puisque Genève est le siège de nombreuses institutions de droit international.

 

CK : La Suisse offre-t-elle un terrain juridique favorable à la télémédecine ou à l’exercice international de la médecine d’urgence ou humanitaire?

Sabrina Burgat : Il me semble que la législation suisse favorise les initiatives privées dans le domaine de la télémédecine, puisqu’aucune loi n’interdit une telle pratique . Mon sentiment est qu’il y a eu pour ces raisons un développement de sociétés privées de télémédecine, comme Medi 24 ou Medgate à Bâle, compte tenu de la marge laissée par le droit suisse en la matière.


Contacter l'auteur 

 

-------------  

 

Article collecté sur le site : http://citizenkane.fr/telemedecine-quel-developpement-pour-la-medecine-virtuelle-interview.html  

 

Edité le 31 août 2013 par, 

 

 

Publié dans Articles collectés

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>