Aluminium dans les vaccins

Publié le 15 Juillet 2013

 

 

ALUMINIUM

Les effets délétères  sur la santé de l’aluminium contenu dans les vaccins n’est pas nouveau. Voici un point précis de ses dangers et le témoignage des patients portant plainte. Un dossier passionnant et… terrifiant.

Depuis 1998, environ un millier de malades atteints de myofasciite à macrophages ont été diagnostiqués en France. Un chiffre largement sous-estimé en raison d’une méconnaissance de cette maladie par le corps médical.

 

Plusieurs centaines de milliers de personnes pourraient en fait être atteintes de cette pathologie en se basant sur ce constat : 2 % de la population occidentale est atteinte du Syndrome de Fatigue Chronique (SFC), autrement dénommé Encéphalomyélite Myalgique (EM-SFC). Cela représente près de 1,2 million de personnes en France. Les centres nationaux de référence sur les maladies neuromusculaires (dont l’hôpital Henri Mondor) accueillent ce public. Près de 30 % des personnes atteintes d’EM-SFC consultant à l’hôpital Henri Mondor, lorsqu’elles sont à jour de leur vaccination, sont atteintes de MFM. Ces données ne sont bien sûr pas directement extrapolables, mais elles donnent un ordre de grandeur.

Cette perspective est suffisamment inquiétante pour ne pas rajouter de nouvelles victimes !

Chez ces patients, les sels d’aluminium présents dans les vaccins persistent. Une susceptibilité génétique expliquerait cette prédisposition chez une partie de la population. La recherche n’a pas encore permis d’identifier cette population à risque.

 

Les malades présentent un épuisement chronique, des douleurs musculaires et articulaires intenses et des troubles cognitifs. Près de 80 % d’entre eux ont dû cesser leur activité professionnelle ou leurs études pour les plus jeunes, et sont reconnus en invalidité par les juridictions compétentes.

 

Le DTPolio® est un vaccin obligatoire pour le grand public. Depuis 2008, ce DTPolio sans aluminium, commercialisé pendant plus de quarante ans, a été suspendu pour des raisons arbitraires. Ce vaccin peu cher n’a jamais été remis sur le marché. Depuis, plusieurs malades ont été diagnostiqués pour une MFM en raison de cette suspension. Ils ont été vaccinés avec d’autres vaccins adjuvés sur aluminium. Ces effets graves du vaccin auraient pu être évités si l’Agence de sécurité du médicament avait exigé le retour de ce DTPolio sans aluminium sur le marché.  L’Agence savait qu’il existait des risques pour une population présentant un terrain particulier.

 

Les personnes présentant un risque potentiel accru (familles dont un membre est atteint de myofasciite à macrophages, ou d’une maladie auto-immune) sont confrontées de fait à un dilemme inhumain : soit ne pas se faire vacciner (et donc se mettre en illégalité, de surcroît avec le risque de survenue de l’une des pathologies D, T, ou P), soit se faire vacciner (au risque de déclencher une MFM ou une maladie auto-immune pouvant potentiellement invalider le reste de leur existence). Ce dilemme est particulièrement insupportable lorsqu’il s’exerce chez des parents qui doivent décider pour leurs enfants.

 

L’autorisation de mise sur le marché de ce DTPolio sans aluminium, répondant à l’obligation vaccinale française (lire en annexe), est toujours valide.

 

Avant sa suspension, chaque année, 1 million de doses du DTPolio sans aluminium étaient vendues.

Il s’agissait d’une vaccination choisie par de nombreux français et leur médecin traitant.

 

-------------

 

Article collecté sur le site :

http://santecool.net/aluminium-dans-les-vaccins-les-victimes-portent-plainte-explication-dun-scandale/ 

 

Edité le 15 juillet 2013 par,

signature 1

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Commenter cet article