Bien choisir son ostéopathe

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Bien choisir son ostéopathe
Lombalgie, sciatique, torticolis, arthrose, douleurs articulaires mais aussi stress, maux de tête, vertiges, insomnies. L'ostéopathie peut vous soulager d'un grand nombre de maux… à condition de choisir un bon professionnel. Les conseils de Philippe Sterlingot, président du Syndicat français des ostéopathes.

• Kiné, médecin, qu’est-ce que ça change ?

Parmi les 17500 ostéopathes que compte notre pays, certains ont une formation initiale de kinésithérapeute ou de médecin, d’autres sont "seulement" ostéopathes. Avoir à faire à un kiné ou un médecin, est-ce une garantie de qualité supplémentaire ? Pas forcément.

Ce qui compte c’est de choisir un professionnel qui pratique cette discipline en exclusivité et pas occasionnellement. Ainsi, un médecin ou un kiné qui ne ferait que quelques consultations d’ostéopathie chaque mois ne serait pas en mesure d’acquérir un bonne technique manuelle ni suffisamment d’expérience clinique.

Comme on le dit souvent en médecine, "faire peu expose à faire moins bien". Avant de prendre rendez-vous chez un ostéopathe médecin ou kiné, vous pouvez vous permettre de lui demander s’il s’agit de son activité exclusive.


•  Syndicat, fédération, un critère de qualité

De nombreux ostéopathes appartiennent à des regroupements professionnels. Pour choisir votre praticien, consultez les annuaires de trois d’entre eux : le SFDO (Syndicat français des ostéopathes), le Registre des ostéopathes de France et la FFO (Fédération française d’ostéopathie).

Pour pouvoir s’inscrire auprès de ces trois instances, les ostéopathes doivent pouvoir justifier d’une formation d’au moins 4300 heures, dont 850 heures de pratique clinique. Ce qui correspond aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

La législation française, elle, se contente d’exiger 2660 heures de formation pour autoriser un ostéopathe à exercer… ce qui de l’avis de nombreux professionnels est nettement insuffisant. Là aussi, n’hésitez pas à interroger votre ostéopathe sur la longueur de sa formation.


•  Un interrogatoire et un examen sérieux

Lors d’une consultation, si l’ostéopathe se rue directement sur vos lombaires parce que vous souffrez d’une lombalgie, prudence!

Un bon ostéopathe prend toujours le temps d’un interrogatoire poussé sur vos antécédents (votre histoire médicale, chirurgicale, traumatique, les événements marquants de votre vie), puis vous examine des pieds à la tête (visuellement et en palpant les différentes zones de votre corps).

Ensuite seulement, il commence à vous soigner! Voilà pourquoi une consultation sérieuse doit durer de 30 à 45 minutes. C’est ainsi peut-être qu’il découvrira que votre lombalgie est due à une ancienne entorse mal soignée, que celle-ci entraîne une démarche modifiée et a pour répercussion une fatigue de votre bassin et donc de vos lombaires. Et il interviendra peut-être dans une toute autre zone que les lombaires.

 

•  Craquements, manipulations des cervicales: on s’inquiète?

Certaines idées sur l’ostéopathie ont la vie dure. Par exemple, les craquements sont forcément le fait d’un mauvais professionnel. Faux! Faire craquer une articulation est l’une des techniques dont dispose l’ostéopathe et elle est parfois indispensable pour libérer une articulation bloquée.

Autre peur fréquente : rester paralysé après une manipulation des cervicales. En réalité, ce risque est extrêmement faible. De toute façon, un professionnel sérieux s’abstiendra d’intervenir sur vos cervicales sans une radio ou un examen des artères vertébrales s’il a le moindre doute; par exemple, si vous venez de subir un coup du lapin dans un accident et qu’il suspecte une fracture des vertèbres. Ou si vous présentez les signes d’un accident vasculaire en cours, du fait de la détérioration des artères cheminant dans la colonne.

 

• Le prix, à surveiller

En moyenne, une consultation chez un ostéopathe coûte 50 €. Avec de grosses différences entre les villes (fréquemment 70 € à Paris) et les zones rurales (plutôt 40 €).

Il faut se méfier des tarifs trop éloignés de cette moyenne, dans un sens comme dans l’autre. Ainsi, une consultation à 20 € doit alerter: il est peu probable qu’elle soit suffisamment longue pour être efficace, sinon le professionnel ne pourrait assurer la rentabilité de son activité.

Quant aux praticiens qui demandent 100 ou 120 €, se fondant sur leur réputation, rien ne prouve qu’ils soient vraiment meilleurs que les autres… Une consultation d’ostéopathie n’est pas prise en charge par la sécurité sociale, sauf si l’ostéopathe est médecin. Mais beaucoup de mutuelles la remboursent, en totalité ou en partie.

Par Isabelle Gravillon le 11/05/12

 

Article récolté sur le site :

http://www.notretemps.com/sante/10010218-bien-choisir-osteopathe.html

 

Edité le 16 mai 2012 par :

signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article