Centre hospitalier Émile-Roux

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

291749 285745108117102 100000448454243 1032336 678938328 aEtude sur le syndrome de fibromyalgie


L’équipe multidisciplinaire de la consultation de la douleur chronique du centre hospitalier Emile-Roux a lancé en 2011 une prise en charge multimodale du syndrome fibromyalgique.
Ce projet innovant fera l’objet
d’une publication dans 3 ans.

«Je n'arrive pas à dormir, la douleur me réveille. Je n'ai plus de vie professionnelle… ».


Isabelle fait partie des quelque 680.000 personnes qui, en France, souffrent du syndrome de fibromyalgie. Son quotidien est rythmé par un ensemble de symptômes dont le principal se traduit par une douleur chronique persistante depuis plus de trois mois, étendue et diffuse, permanente, fluctuante et majorée, notamment par les efforts.


Prise en charge multimodale

Un horizon bien sombre qu'une lueur d'espoir vient de percer depuis qu'Isabelle et d'autres personnes atteintes de fibromyalgie en Haute-Loire suivent une prise en charge multimodale, conforme aux dernières recommandations de la Haute autorité de santé, au centre hospitalier Emile-Roux au Puy-en-Velay.


Constituée de dix demi-journées d'hospitalisation, chaque séance se décompose en une séquence de balnéothérapie qui peut s'effectuer au sein de l'établissement grâce à la piscine du centre de médecine et de réadaptation, puis un temps réservé à l'éducation thérapeutique qui aborde un terme de ce syndrome fibromyalgique (douleur, sommeil, gestion de l'activité, relaxation). Enfin, les techniques de relaxation se tiennent en fin de chaque demi-journée. Les personnes sont ensuite revues 3 mois et 6 mois après les 10 séances.


« Ce que nous voulons, explique le docteur Gilbert André, médecin à la consultation douleur chronique, c'est améliorer la qualité de vie. Ce syndrome est complexe, il commence à être bien étudié ».

Justement, dans la continuité et la complémentarité d'études réalisées au Canada, aux États-Unis et en Allemagne, le centre hospitalier Émile-Roux, avec l'aide de la fondation Apicil, s'engage dans une démarche de publication d'ici trois ans des résultats

de cette prise en charge.


 « Durant ce projet, complète le docteur André, l'équipe multidisciplinaire, avec les premières patientes, a élaboré un carnet d'éducation thérapeutique du syndrome fibromyalgique ».


En s'engageant dans la prise en charge de la douleur chronique,

« notre hôpital est à l'avant-garde de la lutte contre la douleur, s'est félicité le directeur Olivier Servaire-Lorenzet. Cette volonté s'inscrit dans le projet de notre établissement pour une recherche constante de nous améliorer. Ce que je trouve aussi intéressant, c'est que le patient est acteur de sa prise en charge. Nous appelons ça l'éducation thérapeutique et à chaque fois, je trouve que l'hôpital est gagnant ».


Pour Olivier Servaire-Lorenzet,

« il y a aussi une dimension territoriale » dans ce projet, dont il a salué « le remarquable travail d'équipe ». Le docteur André est en effet entouré d'une infirmière, de deux kinésithérapeutes, d'une psychologue, d'une psychomotricienne, d'une diététicienne et d'une secrétaire.


Fondation Apicil

Les patientes, unanimes pour reconnaître les bienfaits de cette prise en charge de la douleur chronique, souhaitent que ces soins s'inscrivent dans la durée. « D'où l'importance de faire des études pour en démontrer la nécessité », a insisté Nathalie Aulnette, directrice de la Fondation Apicil contre la douleur qui a financé une partie du projet pour un montant de plus de 11.000 euros. Reconnue d'utilité publique, la Fondation Apicil soutient en France des équipes médicales, de recherche ou des associations engagées dans l'évolution des pratiques. Elle encourage des techniques qui participent au soulagement de la douleur à tous les âges

de la vie en humanisant les soins.

Jean-Luc Chabaud

 

Edité le 09 juillet 2012 par :

signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article