Conduire sous antidépresseurs

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

smiley peur

Attention danger !

 

S’appuyant sur les informations provenant de trois bases de données nationales (le Système national d’information inter-régime de l’Assurance maladie, les bulletins d’analyse des accidents corporels et les procès-verbaux établis par les forces de l’ordre), des équipes françaises ont évalué le risque d’accident corporel de la circulation lié à la prise de médicaments antidépresseurs (AD). L’étude menée à cet effet a inclus, de juillet 2005 à mai 2008, 72 685 conducteurs, dont 4 % étaient traités, au moment de l’accident, par au moins un AD ; 71 % prenaient simultanément d’autres médicaments (hypnotiques et anxiolytiques en particulier) potentiellement perturbateurs des capacités de conduite, et 10 % des conducteurs étaient, lors de l’accident, sous la double emprise d’AD et d’alcool. Après ajustements, l’analyse montre, sous AD, une augmentation du risque d’être responsable d’un accident ; les odds ratios étant de 1,30 (1,16-1,46) sous inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, de 1,51 (1,25-184) sous inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline. L’accroissement de risque a été observé aussi sous IMAO, miansérine, mirtazapine et viloxazine. Si la mise en route du traitement AD n’est pas apparue, dans ce travail, associée au risque d’accident, il n’en était pas de même pour les modifications du traitement, associées, elles, à un accroissement de 32 % du risque d’accident de la route (OR = 1,32 ; 1,09-1,60).

 

Dr Julie Perrot


Orriols L et coll. : Risque d’accident corporel de la circulation suite à une prescription d’antidépresseurs. 5e Forum scientifique de pharmaco-épidémiologie (Paris)

 

Source : http://www.jim.fr/

 

Edité le 03.12.2011 par Evy,

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article