Douleur de l'adulte : mode d'emploi des antalgiques.

Publié le 27 Novembre 2013

21122011

 

Recommandations générales concernant les antalgiques

 
Suivez la posologie indiquée sur la notice et la dose maximale quotidienne.
  • Respectez un intervalle de temps suffisant entre 2 prises d'antalgique, comme indiqué sur la notice.
  • Pour limiter les risques de surdosage, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de composition différente.
  • Si vous prenez d'autres médicaments, vérifiez qu'ils ne contiennent pas également un antalgique (paracétamol, anti-inflammatoire ou aspirine).
  • Ne prenez pas d'antalgique si vous souffrez d'une maladie du foie ou des reins, voire du cœur pour les anti-inflammatoires et l'aspirine ou en cas de problèmes digestifs (ulcère d'estomac, du duodénum, etc.) : demandez l'avis de votre médecin.
  • N'utilisez pas d'aspirine pour calmer les douleurs de règles.
  • L'aspirine peut interagir avec de nombreux médicaments, notamment les anticoagulants, les anti-inflammatoires ou les médicaments de la goutte : demandez l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.
  • Pas d'anti-inflammatoire chez la femme enceinte ou qui allaite, ni d'aspirine : orientez-vous vers le paracétamol.
  • Le choix de l'antalgique dépend du type de douleur, de son intensité et de l'état de santé.
  • D'une façon générale, privilégiez toujours le paracétamol et les spécialités simples, c'est-à-dire ne contenant qu'un seul composant.

Prudence avec la codéine

 
Certains antalgiques sont associés à la codéine.
  
La codéine peut provoquer des troubles de la vigilance.
 
Elle est donc à éviter en cas de conduite ou d'utilisation de machine. L'alcool est aussi à éviter. La codéine peut interagir avec de nombreux autres médicaments : antidépresseurs, antitussifs, anti-allergiques…
  
Demandez l'avis de votre médecin si vous prenez un autre médicament.
 
Et enfin, il faut savoir que chez le sportif, la codéine peut entraîner des réactions positives aux tests antidopages.
 
A savoir :
Les spécialités contenant du dextropropoxyphène ont été retirés du marché, soit les médicaments contenant l’association dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine, suite à une décision de la Commission Européenne datant de juin 2010 (en raison de cas d'intoxications volontaires ou accidentelles).
Ces médicaments faisaient partie des antalgiques de palier II et étaient prescrits dans le traitement des douleurs modérées à intenses et/ou résistantes aux antalgiques de palier I tel le paracétamol simple disponible en automédication.
 
Stoppez votre traitement et demandez l'avis de votre pharmacien ou médecin si :

* la douleur persiste,
* le traitement vous semble insuffisamment efficace,
* la douleur vous réveille la nuit.

 


Isabelle Eustache le 01/09/2008
Sources : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), juin 2008. Afssaps, mise au point, mai 2011.  
 
 
-----------------  
 
Article collecté sur le site :
 
Edité le 27 novembre 2013 par, 
 
     
 
 ------------------

!!! ATTENTION !!!

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.

Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.

Ne prenez jamais un produit, quel qu'il soit,  sans l'accord express d'une personne compétente en la matière.  Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu.

Merci de votre compréhension.    

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article