Fibromyalgie et troubles dentaires

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

382366181_a54ad89340.jpg

 

La fibromyalgie n’est pas une maladie comme les autres. C’est un état, un syndrome qui associe plusieurs symptômes.


Elle atteint un nombre très important de personnes : plus de 2 % de la population, avec une très grande prédominance féminine. Elle toucherait environ 1,3 million de personnes en France, sans compter les nombreux cas non diagnostiqués.


La douleur diffuse, persistante, musculaire et en apparence inexpliquée est le symptôme majeur et constant. Elle est associée à une fatigue rebelle, à un sommeil perturbé et altère la qualité de vie. D’autres symptômes sont fréquemment retrouvés dans cet état mystérieux :
 

  • Douleurs diffuses    100 %
  • Fatigue            90 %
  • Troubles du sommeil    90 %
  • Maux de tête        50 %
  • Colopathie fonctionnelle    50 %
  • Troubles de mémoire et de concentration    50 à 60 %
  • Douleurs des articulations des mâchoires    50 à 80 %

 

Les douleurs des mâchoires sont fréquentes et parfois précoces.

Elles sont associées à des contractures des muscles masticateurs et parfois à un bruit articulaire (claquement ou craquement) lors des mouvements d’ouverture ou de fermeture de la bouche. Elles sont souvent accompagnées de serrement (le plus souvent diurne) ou de grincement (le plus souvent nocturne) des dents appelé bruxisme. Cette manifestation désagréable ne fera qu’aggraver les troubles du sommeil.

Cette dysfonction temporo-mandibulaire peut alors provoquer des troubles de la posture qui vont se traduire par des douleurs cervicales,  des maux de tête puis des douleurs plus diffuses.

La fibromyalgie atteint les personnes stressées, sensibles, émotives, souvent à l’occasion d’un « évènement déclenchant » : un traumatisme physique ou psychologique.

La douleur et la fatigue persistantes retentissent sur le moral et peuvent provoquer es troubles dépressifs. A son tour, cette dépression réactionnelle va aggraver la sensation douloureuse et les contractures musculaires.

L’examen clinique est rassurant en dehors de la présence à la palpation de points douloureux disséminés dans des zones anatomiques spécifiques.

Les troubles de l’articulation des mâchoires

Ils font partis de l’ADAM (algie et dysfonction de l’appareil manducateur).


La mâchoire peut être « déséquilibrée »  par une malocclusion dentaire (mauvais engrènement des dents) ou un bruxisme (grincement ou serrement des dents entrainant une usure prématurée).


Les problèmes de l’articulation et de la musculature de la mâchoire causés par une malocclusion dentaire peuvent entretenir ou aggraver les douleurs musculaires diffuses et souvent cervico-crâniennes de la fibromyalgie. Cette mauvaise occlusion peut être provoquée par des extractions dentaires non compensées, des prothèses inadaptées, un traitement d’orthodontie trop brutal ou par un bruxisme.

Les examens biologiques et les radiographies, généralement normaux, ne servent qu’à éliminer les autres maladies responsables de douleurs chroniques. La fibromyalgie reste un diagnostic d’élimination.

Le patient fibromyalgique a un seuil de tolérance à la douleur anormalement bas avec augmentation de perception de la douleur mais l’origine probablement centrale, est complexe et à l’évidence multifactorielle.

Les patients, dont la prise en charge est souvent difficile, ne doivent pas être rejetés, mais au contraire pris en charge de façon personnalisée.
L’affirmation du diagnostic « fibromyalgie », s’il est bien expliqué et dédramatisé, est plutôt bénéfique.
Elle associe traitements médicamenteux (antalgiques, antidépresseurs, antiépileptiques, vitamine D…) injections locales superficielles au niveau des points douloureux et méthodes non médicamenteuses (rééducation, soutien psychothérapeute, relaxation, traitement d’une mauvaise occlusion dentaire…).

Les traitements d’une dysfonction des articulations des mâchoires

Les différents traitements d’une mauvaise occlusion dentaire peuvent améliorer les divers symptômes de la fibromyalgie :

  • Port d’une gouttière occlusale réalisée sur mesure qui favorise la détente des muscles masticateurs.
  •  Modification du relief d’une ou plusieurs dents par un meulage ou une addition de résine pour rétablir un engrènement normal entre les dents.
  • Mise en place de bridges ou d’implants pour compenser des extractions dentaires,
  • Extraction d’une dent de sagesse.
  • Pour certain, suppression d’amalgames dentaires (ou plombages) lorsqu’il y a un risque d‘intoxication au mercure. Ils seront au mieux remplacés par des inlays.
  • Kinésithérapie maxillo-faciale....

Le chirurgien dentiste prendra en charge un bruxisme :

  • gouttière occlusale qui réduit le nombre d’épisodes de bruxisme et protège les dents naturelles des usures,
  • injections de toxine botulique dans les formes sévères….

De plus, il traitera une éventuelle infection dentaire associée.

  Le chirurgien dentiste utilisera des techniques spécifiques pour rééquilibrer une occlusion défectueuse responsable de la dysfonction temporo-mandibulaire.

Le but étant de soulager le patient afin de faciliter sa réinsertion socio-professionnelle et la reprise de l’activité physique. En effet, une activité physique douce et régulière tient une place privilégiée pour améliorer à long terme ce syndrome « invisible ».

 

---------

 

Article collecté sur le site :

 

http://dentiste-paris-16-cohen.fr

 

Edité le 24 février 2013 par,

signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eliane WItzig 17/11/2014 10:29

Bonjour à tous,

Après des années de douleurs en tous genres, de traitements palliatif plus ou moins efficaces, Tens, fascia thérapie, patchs de morphine........ le médecin du centre de traitement de la douleur me propose un hospitalisation d'une semaine avec perfusion en continue de deux produits : kétalar (anesthésique) et laroxine (antidépresseur)..... on ne peut évidement pas m'assurer de l'efficacité de ce traitement ni de la durée des effets bénéfiques le cas échéant !!!
Y a-t-il parmi vous quelqu'un qui a testé ce traitement ?

merci de répondre à ma demande, l'hospitalisation est prévue mi janvier mais j'hésite encore....