Grande ou petite, la douleur ne doit pas rester silencieuse

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Grande ou petite, la douleur ne doit pas rester silencieuse

« Les patients doivent absolument exprimer leur douleur chronique, celle qui ne s’arrête jamais. C’est de cette façon qu’ils parviendront à prendre le pouvoir sur elle ». Martine Chauvin sait parfaitement de quoi elle parle. Après une opération chirurgicale, elle a développé des douleurs qui sont devenues chroniques. A l’occasion de la Journée mondiale de la Douleur, ce 17 octobre, ce témoignage est un appel à la reconnaissance de la douleur comme une maladie chronique.

Longtemps à la traîne, en matière de lutte contre la douleur, la France s’est mobilisée depuis 1999. Trois plans se sont succédés pour améliorer sa prise en charge. Comme le souligne Martine Chauvin, « il y a eu un effort considérable, mais il reste tellement à faire que nous ne pouvons nous arrêter là. Il est impératif par exemple de raccourcir les délais de prise en charge, en général. Aujourd’hui, ils sont beaucoup trop longs ».

Or une prise en charge tardive, fait le lit d’une douleur qui s’installe. « Aujourd’hui je suis réconciliée avec ma douleur, elle m’accompagne partout, car je sais que je peux la soulager ». En effet, Martine doit rester alitée pour apaiser ses douleurs. « La souffrance d’un jour est acceptable, mais des douleurs non soulagées, c’est insupportable », explique-t-elle. L’idée selon cette combattante acharnée, serait de reconnaître le syndrome douloureux chronique comme une maladie. « A partir de là, cela pourrait changer les mentalités, et à tous les niveaux : professionnels de santé, entourage… ».

De cette manière, les patients pourraient ainsi être mieux compris. « Trop souvent, le patient qui souffre n’est pas entendu. Il s’isole, se renferme, et donc ne sera pas traité ». Pourtant, la douleur constitue le premier motif de consultation des Français. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a conduit l’Institut UPSA de la douleur et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à concevoir une application téléchargeable du « Livret douleur ». Laquelle sera disponible dès le 17 octobre sur les plateformes de téléchargement App Store ainsi que sur www.institut-upsa-douleur.org et www.aphp.fr.

Pour aller plus loin, consultez le site de l’Association francophone pour Vaincre les douleurs, www.association-afvd.com/.


Source : Interview de Martine Chauvin, 14 octobre 2011

http://www.destinationsante.com/Grande-ou-petite-la-douleur-ne-doit-pas-rester-silencieuse.html

 

Edité par Evy, la blogueuse,

Evy - signature animée Titi


Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article