Grosse fatigue pour la reprise des Mardis santé - Rennes

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

OUEST FRANCE mardi 25 janvier 2011

 


</P>

Pour cette première conférence au CHU, le professeur Jego fera le point sur la fatigue. Un mal qui touche un français sur deux et reste un motif fréquent de consultation.

La fatigue : mal du siècle ?

Qu'y a-t-il derrière ce mot fourre-tout ? Comment s'y retrouver entre le coup de pompe passager, la fatigue du lundi après un week-end bien arrosé, le mal être fugace et la vraie pathologie ? « Le problème, explique le professeur Jégo, c'est que certains patients ont des idées bien arrêtées sur la question. Le plus souvent, internet est passé par là : ils en savent autant que moi sur la question. À ceci près qu'ils n'ont ni l'expertise, ni le recul pour poser un diagnostic. »

Dans la majorité des cas, le praticien ne se lance pas dans de grandes investigations, il procède par élimination. Et le plus souvent, c'est la quantité ou la qualité du sommeil qui pose problème. Il peut s'agir d'apnées du sommeil ou très fréquemment, chez les adolescents, une dette de sommeil qui a un impact sur leur santé physique et morale.

Un mot pour des maux

Derrière le mot fatigue, se cachent des réalités différentes. C'est pourquoi pour le médecin, l'obsession, c'est de ne pas passer à côté de la fatigue « premier symptôme d'une pathologie cachée et potentiellement grave », telle un cancer. « Cela représente 5 à 10 % des cas. C'est pourquoi il faut toujours prendre le temps d'écouter et de tenir compte des symptômes qui sont l'expression par le corps d'un mal être ». Parfois la fatigue s'installe dans la durée et s'accompagne de certaines constantes dans les symptômes : des jours sans, des jours avec, un manque de dynamisme, un sommeil non réparateur. Le plus souvent, on aura affaire, dans ce cas, à ce que l'on appelle communément une déprime. Enfin, il faut évoquer la fibromyalgie qui n'est pas une maladie mais l'expression par le corps d'un ras-le-bol, qui affecte souvent des personnes anxieuses, dynamiques, voire hyperactives. Un tempérament qui peut masquer un vrai problème pouvant mener à la limite de l'épuisement.

Causes diverses, conséquences multiples : que faire ?

Le réflexe classique en cas de coup de mou, c'est de recourir à la vitamine C ou les compléments alimentaires. « Mais les pilules miracles ne règlent rien » et surtout, elles ne suffisent pas lorsque la fatigue est causée par une mauvaise hygiène de vie : manque de sommeil, alimentation peu équilibrée, stress. Par contre, « une fatigue accompagnée d'amaigrissement doit toujours conduire à consulter. La perte de poids est en effet un signal d'alarme dont il faut tenir le plus grand compte car elle peut masquer des pathologies plus graves ». Enfin, comme il vaut mieux prévenir que guérir, le remède antifatigue peut tout simplement se résumer à peu de chose : « se récompenser, se détendre, s'octroyer des moments plaisir ».

Mardi 25 janvier, à 18 h, à l'hôpital Pontchaillou, centre des congrès, amphithéâtre Bretagne.

 

Article communiqué par Nathalie le 27 janvier 2011 et que nous remercions infiniment :

Source : http://www.ouest-france.fr/2011/01/25/rennes/Grosse-fatigue-pour-la-reprise-des-Mardis-sante--59776951.html

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article