Interview du Dr Polak - Mars 2011

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Note de la blogueuse : excusez-moi pour la présentation, je n'ai pas pu faire mieux :o)

45826 107421135982218 100001429958073 64353 990606 nLa médecine officielle considère que les altérations des os ou des cartilages

sont la seule cause des douleurs
articulaires. Pourtant ni les uns, ni les autres ne sont inervés.

Pour le Dr Jan Polak, on a négligé le rôle des
muscles dans ce type d’affection. Il a donc mis au point, il y a vingt ans,

une technique thérapeutique
appelée myothérapie capable de faire cesser les douleurs en moins de dix séances.

Les contractures sont la vraie cause desdouleursarticulaires
 
Principes de Santé Dr Polak vousêtes médecin. Pourquoi vous êtes-vous intéressé au rôle des muscles dans les pathologies articulaires et rhumatismales ?
Dr Jan Polak

Il est toujours frustrant de ne pas pouvoir guérir les pathologies articulaires, si
douloureuses et handicapantes, avec les moyens classiques ou
même avec l’acupuncture. Cela représente pourtant la moitié des maladies qu’un médecin
généraliste est amené à soigner.
Médicaments et plantes ne font au mieux que soulager transitoirement, l’homéopathie
est décevante. J’ai donc pensé qu’il fallait peut-être aborder ces pathologies

autrement qu’on ne le faisait jusqu’à présent.
Or le rôle des muscles dans le fonctionnement normal et pathologique du corps est
habituellement négligé, si ce n’est totalement occulté. Pourtant les muscles représentent la moitié de la masse du corps humain.
Car ils ne servent pas qu’à faire des mouvements ! Il faut savoir que ce sont eux

qui maintiennent les positions et les postures. Si on soulève un plateau avec des
coupes de Champagne, on le fait avec des muscles, puis si on veut
le maintenir devant soi sans que les coupes ne se déversent, on le
fait aussi et seulement avec des muscles.
Les muscles sont aussi la seule structure qui nous permet de nous tenir debout : ils maintiennent à eux seuls le squelette et les articulations
 
Et ce n’est pas tout : chaque muscle répond à différents réflexes ; l’un
d’eux, le réflexe Myotatique, fait que tout muscle étiré se contracte.
Ceci permet non seulement de maintenir les positions, mais aussi
de protéger les articulations contre la dislocation en cas de choc. C’est
cette dernière action qui semble aussi être à la base des douleurs
articulaires non tumorales, c’est-à-dire presque toutes les douleurs
articulaires, qu’elles soient isolées ou qu’elles soient multiples
comme dans la Fibromyalgie ou la Polyarthrite.
Principes de Santé En cas de douleurs articulaires, vous préconisez de ne traiter que
les muscles, plutôt que les os comme dans les approches ostéopathiques.

Pour quelles raisons ?


Dr J.P. En cas de douleurs articulaires, on constate souvent également une limitation du
mouvement de cette articulation. Or ni douleur ni limitation de
mouvement ne peuvent être dus à l’os ou au cartilage qui le recouvre.
Ce dernier n’est pas innervé, donc ne peut pas être responsable de
douleurs. Sa structure favorise au contraire les mouvements
par un glissement harmonieux des deux pièces osseuses qui forment l’articulation.

Les os, eux, ne sont quasiment pas innervés non plus à ce niveau ; de plus ils
ont des formes complémentaires (de type convexe/concave) qui facilitent aussi les mouvements. Il faut d’ailleurs remarquer que même si ces os étaient un peu
déformés, cela n’empêcherait pas le mouvement.
Nous passerons sur les ligaments et la capsule qui, étant par définition
souples et relâchés pour permettre les mouvements, ne peuvent en
aucune façon les empêcher, et n’ont pas de raisons de provoquer
des douleurs. Restent donc les muscles…
Nous avons vu que par leur contraction réflexe les muscles protègent l’articulation en cas
de choc. Cette contraction cesse normalement aussitôt. Cependant
on constate souvent, quand le choc a été important, que la contraction
réflexe ne cesse pas : c’est devenu une contraction involontaire
permanente, ce qu’on appelle une contracture. En faire le diagnostic
est très simple, les critères sont précis. Or un des symptômes de
la contracture est la douleur, permanente ou intermittente,
aggravée par la contraction du muscle. Comme celui-ci, par définition, traverse l’articulation, la douleur est souvent ressentie comme articulaire ; comme elle
augmente au mouvement, celui-ci est douloureux, limité, voire impossible,

d’autant que le muscle contracturé, raccourci, résiste à son
étirement. Ce qui importe surtout, c’est qu’un traitement s’adressant aux seules
contractures guérit les 2/3 à 3/4 des douleurs articulaires – sans
même compter les améliorations notables. C’est tout l’intérêt de la
myothérapie. Aucune autre approche ne permet, à notre connaissance, de tels
résultats, qui confirment la théorie purement musculaire.
Principes de Santé N’est-ce pas l’arthrose qui est censée
être responsable des douleurs articulaires ? La notion d’arthrose en tant que
cause de douleurs articulaires ou de limitation de mouvement n’a,
notons-le, jamais reçu un début de preuve scientifique, mais tout le
monde, y compris le corps médical, s’en va pourtant la répétant.
Comme disait Gandhi, parfois l’erreur commune finit par tenir
lieu de vérité… Une première constatation permet
de mettre sérieusement en doute cette théorie : les études sur les
effets de la Myothérapie que nous venons de citer, faites par plus de 150 médecins,

sur des dizaines de pathologies articulaires différentes, avec des milliers
de patients, concernent aussi bien des patient présentant des signes radiologiques d’arthrose
que ceux qui n’en ont pas. Les résultats sont les mêmes, alors que la Myothérapie

n’a aucune action directe sur la destruction du cartilage et le remaniement osseux
qui constituent l’arthrose. En traitant les muscles uniquement, les douleurs disparaissent, mais l’arthrose subsiste. Celle-ci n’est donc manifestement pas la cause des douleurs articulaires. De plus, on sait depuis longtemps que l’immobilisation expérimentale
d’une articulation chez un animal y provoque rapidement de l’arthrose (destruction du cartilage articulaire suivi de remaniements osseux), et ce d’autant plus vite
que l’articulation est fortement bloquée ou comprimée. On peut donc penser que les contractures, qui bloquent et compriment de façon relative mais permanente
l’articulation, auront à la longue les mêmes effets.
Ce sont donc a priori les contractures musculaires qui seraient la cause aussi bien des
douleurs et des limitations de mouvement que de l’arthrose, qui, elle, n’est cause de… rien.
Principes de Santé Pouvez-vous nous expliquer la distinction que vous faites entre les muscles toniques et dynamiques ?

Pour en savoir plus L’activité du Dr Jan Polak est basée dans le Gers.

Les professionnels intéressés par les formations peuvent le contacter au :


05 62 66 77 88,
ou par mél. à
Dr.J.Polak@gmail.com
Les sites à consulter :
• www.myothérapie.org
• faq.myotherapie.free.fr
• arthrose.myotherapie.free.fr
• bases.physiol.myoth.free.fr
• tms.myotherapie.free.fr
 
Dr J.P. Avec cette question nous rentrons dans des considérations plus techniques.

On sait qu’il existe deux types de fibres musculaires :
celles qui se contractent vite mais pendant très peu de temps, et celles qui se contractent moins vite mais durablement. En pratique il semble que chaque muscle est fait
essentiellement d’un seul de ces deux types de fibres. C’est pour cela qu’il y a à chaque
articulation deux muscles qui semblent faire la même chose : en fait l’un, composé essentiellement du premier type de fibres, et qui est dit « dynamique », crée le
mouvement, alors que l’autre, qui est fait surtout des fibres du 2e type, et est dit « tonique »,
maintient la position ainsi obtenue. Or l’on constate que seuls les muscles toniques peuvent
présenter des contractures. Cette connaissance simplifie notablement les traitements, les
rendant d’autant plus efficaces. Principes de Santé Quels sont les indications de la Myothérapie? Combien de séances faut-il en moyenne? Quels sont les résultats?
Dr J.P. Les maladies dues à des contractures musculaires sont
nombreuses, surtout articulaires, mais parfois aussi viscérales.
Contrairement à ce qui se fait habituellement, nous nous sommes d’ailleurs attachés
depuis longtemps à chiffrer les résultats de la Myothérapie pour ses différentes indications,
comme nous l’avons signalé. La liste détaillée des indications, et l’évaluation de leur traitement par myothérapie, peut être consultée sur notre site.
Le nombre de séances nécessaires est quant à lui difficile à prévoir, puisqu’il s’agit ici d’un traitement entièrement personnalisé. Pour avoir juste un ordre d’idées, les statistiques montrent pour beaucoup de pathologies une moyenne de 4 à 6 séances, ce qui
n’est toutefois qu’indicatif : cela peut aller plus vite, ou moins.
Les premières indications sont bien sûr les douleurs articulaires, quelle que soit la partie du corps concernée (mal de dos, douleurs d’épaule, du cou, du genou, etc.),
qu’elles soient isolées ou multiples, et quel que soit le nom qu’on leur a donné… y compris TMS, fibromyalgie, rhumatisme, et bien sûr arthrose.
La myothérapie obtient également d’excellents résultats sur les scolioses. Dans la plupart des cas elles se redressent. Je voudrais aussi insister ici sur les possibilités de guérison
complète des migraines. C’est vraiment très intéressant. Car il n’existe actuellement pour
cette maladie très handicapante strictement aucun traitement de fond efficace, c’est-à-dire dont on peut rapidement se passer sans plus faire de crises, sauf… la myothérapie.

Une étude sur 250 cas montre 75 % de guérisons, et les résultats sont à peu près stables 13 ans après ! Il apparaît que la cause première est exclusivement musculaire (ce
que l’on présente habituellement comme causes n’étant en fait que des facteurs déclenchants). Le mécanisme est expliqué en détail dans mon livre « Guérir des Migraines et autres Maux de tête », qui a été publié aux éditions Quintessence. C’est très encourageant pour les très nombreuses personnes dont la vie est gâchée par ces maux de tête.
Principes de Santé Vous avez fondé l’école de myothérapie. À qui est-elle destinée ? Comment se déroule un cursus ? Cette école propose des formations pratiques et complètes
aux professionnels de la santé qui peuvent légalement pratiquer une thérapie manuelle, c’est-à-dire les médecins, les kinésithérapeutes, et les ostéopathes.
Comme ces professionnels ont déjà les bases médicales nécessaires, et que la myothérapie est simple et sans danger, la formation, très dense, peut se faire sur peu de temps : actuellement
3 stages de 3 jours, qui sont immédiatement applicables.
Des centaines de médecins, généralistes et spécialistes, et de kinésithérapeutes, ont été formés à la myothérapie depuis 20 ans.

Les cours ont lieu régulièrement à Auch (Gers) et à Paris.l

 

Le Dr Jan Polak, président de la Société Internationale  de Myothérapie,
enseigne depuis vingt ans aux médecins et aux kinésithérapeutes
cette méthode thérapeutique qu’il a créée.

Le Dr Polak est l’auteur de plusieurs ouvrages sur différents aspects de l’art
de guérir avec des moyens naturels qu’il a toujours pratiqués.

 

Article collecté sur le site :

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=gmail&attid=0.1&thid=1355899385ae3b0b&mt=application/pdf&url=http://mail.google.com/mail/u/0/?ui%3D2%26ik%3D40c08b300a%26view%3Datt%26th%3D1355899385ae3b0b%26attid%3D0.1%26disp%3Dsafe%26realattid%3Df_gyd4n2640%26zw&sig=AHIEtbTCGcPg-VqWd1qBWSv8dhBYfXh0GA

 

Edité le 080212 par,

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article