L’autohypnose

Publié le 6 Août 2013

  

u10975913Agir sur votre inconscient pour améliorer certains aspects de votre vie ça vous plairait ? Alors tentez une séance d’autohypnose.

L’autohypnose c’est quoi au juste ?

Avez-vous déjà entendu parler de l’autohypnose ? Dérivée de l’hypnose cette pratique est un outil de communication avec l’inconscient qui permet d’agir sur la santé physique et mentale. Que ce soit contre la douleur, les maux de têtes, la surcharge pondérale, les troubles sexuels, le tabac, les insomnies, les anxiétés ou le stress, les applications sont multiples. On est loin du schéma caricatural : « Dormez, je le veux », qui vient à l’esprit dès que le mot hypnose est prononcé ! L’autohypnose est plutôt un état naturel qui permet d’accéder aux ressources de l’inconscient. Quand vous regardez un coucher de soleil, contemplez un beau paysage ou savourez un bon roman, vous ne le savez pas, mais vous êtes durant quelques secondes ou minutes en état d’autohypnose, c’est-à-dire connecté avec votre inconscient. Durant ces moments-là, vous lui faites parvenir inconsciemment des pensées qui vont soit vous porter ou au contraire vous être néfastes.

« Si vous vous répétez à longueur de journée que vous n’êtes pas à la hauteur, forcément vous ne le serez pas. Si au contraire vous vous dites que vous allez réussir que c’est bon pour vous alors ça va marcher », précise Francine-Hélène Samak psychologue et praticienne en hypnose depuis 25 ans.

 

Ça marche sur quoi ?

Il est possible de travailler sur les maladies psychosomatiques (asthme, maladies de peau), sur la douleur, sur les phobies (peur de l’avion, des araignées, de conduire une voiture, agoraphobie), agir sur le stress en vue d’un examen, d’un concours, d’un entretien…

« Le champ d’intervention est très vaste, explique notre expert, sous autohypnose, vous faites de votre inconscient un allié. C’est-à-dire que vous allez consciemment vous fixer un but et votre inconscient va alors vous apporter des solutions par le biais d’images, de sensations ou de souvenirs. À vous ensuite de repérer les solutions et de les mettre en pratique dans la vie réelle ».

 

Autohypnose : comment on s’y prend ?

Installez-vous confortablement à la maison sur un fauteuil ou un lit plutôt en position assise afin de ne pas vous endormir au cours de la séance. Vous pouvez diffuser un morceau de musique en ambiance de fond dont les phrases musicales sont lentes et profondes pour amener à la relaxation. Pensez à un objectif que vous souhaitez atteindre. Par exemple, perdre du poids. Déterminez une phrase que vous allez répéter dans votre tête tout au long de la séance. La phrase devra être une demande et non un ordre. Vous vous adresserez directement à votre conscient en lui demandant de vous apporter des solutions afin d’atteindre votre but. Par exemple : « Je demande à mon inconscient de m’aider à mincir et à rester mince tout au long de ma vie. »

Si vous le souhaitez vous pouvez enregistrer cette phrase sur plusieurs minutes et vous repasser l’enregistrement durant de la séance. Une fois la phrase choisie et formulée, vous pouvez fermez les yeux. Dès que vous serez apaisée, déclenchez un signal physique qui marquera le début de l’autohypnose (comme coincer son pouce entre sa paume de main et son index). Répétez alors dans votre tête la fameuse phrase, plusieurs fois d’affilée à un rythme régulier jusqu’au moment où vous verrez apparaître des images ou ressentirez des sensations. Observez-les.

 

Votre inconscient vous parle

« On regarde les infos qui remontent et on essaie de les utiliser et de les appliquer dans sa vie. Ce sont des apprentissages et des marches à suivre. Vous pouvez apercevoir une silhouette plus mince ou bien l’inconscient vous indique les étapes par lesquelles vous devrez passer : une salle de fitness, des aliments sains à intégrer à votre alimentation… », explique Francine-Hélène Samak.

Ces images et sensations vont peu à peu s’estomper, ce qui annoncera la fin de la communication. Une fois disparues, vous pouvez revenir à la réalité en ouvrant naturellement les yeux. La séance est alors terminée. « En séance nous n’avons pas la même perception du temps. Ce qui a pu vous sembler durer 30 minutes n’a peut-être duré que 1 à 5 minutes », remarque notre spécialiste. En général, une séance dure de 10 à 15 minutes.

 

Soyez assidue…Et pugnace !

« Il est important de réaliser une séance une fois par jour, souligne notre expert car la régularité est très importante si l’on veut atteindre son objectif. Une fois qu’on a trouvé son créneau horaire on pratique toujours au même moment comme pour installer un rituel».

Au bout de trois semaines, les choses commenceront à bouger. Vous entreprendrez peut-être un régime ou bien vous inscrirez à un cours de fitness selon les suggestions de votre inconscient. Gardez le cap et ne vous amusez pas à changer d’objectif tous les quatre matins. Vous risqueriez de brouiller l’inconscient qui ne saurait plus à quelle question répondre s’il y a plusieurs objectifs. Vous pouvez utiliser la même méthode pour tout autre problème que vous souhaitez résoudre. À condition de solliciter correctement votre inconscient. Si au bout de trois semaines rien ne change, ne baissez pas les bras. Reformulez autrement votre phrase qui n’était peut-être pas adaptée à la situation ou dont les objectifs étaient inatteignables. Ne soyez pas trop exigeante avec vous-même ! Accrochez-vous car parfois l’inconscient fait remonter des images (notamment des souvenirs) qui ne sont pas toujours agréables à revivre, mais ces réminiscences sont utiles car elles vous font souvent remonter à l’origine du problème et sont la voie obligée vers la solution. Une fois la cause repérée, il est en effet plus facile de débloquer la situation et faire diminuer par exemple une crise d’asthme ou une allergie.

« Même si vous pensez avoir permis à votre inconscient d’accéder au stock de ressources d’images, de sensations, de souvenirs…, il peut arriver qu’au début les solutions ne sortent pas aussi facilement que cela, rassure notre expert. Quand les choses ne remontent pas ou très peu, il faut patienter car c’est grâce aux répétitions que vous allez solliciter de plus en plus l’inconscient qui finira par s’exprimer. »

 

Article publié par le 22/07/2013

Sources : Magazine Côté Santé n°79 de juillet 2013 

 

------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.e-sante.fr/autohypnose/actualite/1000

 

Edité le 06 août 2013 par,

 

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Commenter cet article