« La dérive «anxiogène» de certains forums santé sur Internet »

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

u12968189> La Croix constate à son tour que « selon une étude sociologique, les échanges sur les sites médicaux tournent parfois au «pugilat émotionnel» ».
>
Le journal note ainsi que « les Français sont de gros consommateurs d’Internet dès qu’il s’agit de leur santé : 7 sur 10 cherchent des informations médicales sur la Toile, selon un sondage publié en mai 2010 par l’Ordre des médecins ».
> « Autre chiffre : en France, plus d’un internaute sur trois visite une fois par mois un site Internet de santé-bien-être, soit 16 millions de personnes. Cette donnée figure dans une étude rendue publique par des sociologues de Telecom Ecole de management, une école de commerce », 
indique le quotidien.

> La Croix relève notamment que « confrontés à une «institution médicale techniciste et probabiliste», qui ne peut pas répondre à leurs question existentielles, de nombreux patients prolongent la consultation sur le Net. […] Certains internautes sont en quête d’un «savoir expert» pour être dans une position plus équilibrée dans leur dialogue avec les médecins ».
> « Mais dans une large mesure, les internautes cherchent surtout un «savoir profane» qui ne se positionne pas contre le savoir médical », 
précise le journal, qui constate que « l’étude souligne aussi «la dérive anxiogène» de certains forums ».
>
Les auteurs écrivent ainsi que « l’internaute s’y exprime souvent à la suite d’un diagnostic, principalement la nuit, pour soulager son angoisse. Il projette son espace privé dans l’espace public de façon violente et crue », ajoutant que « certains patients utilisent leur pathologie «comme une revendication identitaire, notamment sur les sites de santé généralistes, qui tournent parfois au pugilat émotionnel» ».

 

Article communiqué par Colette que nous remercions infiniment.

 

Edité par Evy, blogueuse,

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article