La douleur chronique prédite par une activité cérébrale liée aux émotions

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Suite à une blessure, la connectivité entre deux zones cérébrales liées aux émotions prédirait le développement d'une douleur chronique, selon une étude publiée dans la revue Nature neuroscience.

 

A. Vania Apakarian de l'Université Northwestern et ses collègues ont mené cette étude avec 40 personnes vivant un épisode de douleur au dos sans antécédent précédent, depuis 4 à 16 semaines. Elles ont subi des scans du cerveau au début de l'étude et trois fois durant l'année qui a suivi.

 

Plus la connectivité était grande au début de l'étude entre entre le cortex préfrontal médian et le noyau accumbens, des régions "liées au comportement émotionnel et motivationnel", plus la probabilité que la douleur devienne chronique était grande. Cette connectivité, permettait de prédire la chronicité avec une précision de 85%.

 

Pour la première fois, dit Vania Apakarian, nous pouvons expliquer pourquoi des personnes qui ont exactement la même douleur initiale vont se rétablir ou développer une douleur chronique".

 

Une interprétation qui reste très hypothétique, nous semble-t-il. Car d'abord, la méthodologie de cette étude de nous semble pas montrer que le lien constaté soit causal et ensuite il semble plutôt hasardeux d'affirmer que la douleur était la même initialement. Entre autres hypothèses, la douleur pouvait initialement être physiologiquement différente, entraînant une réaction émotionnelle différente. Une autre hypothèse pourrait être que la douleur a enclenché un mécanisme autre non identifié.

 

"La blessure en elle-même n'est pas suffisante pour expliquer la douleur continue" poursuit Apkarian. "Cela a à voir avec la blessure combinée avec l'état du cerveau". Plus le cerveau réagit émotionnellement à la blessure initiale, plus la douleur persistera une fois la blessure guérie, en déduisent les chercheurs.

 

"Le noyau accumbens est un centre important qui enseigne au reste du cerveau la façon d'évaluer et de réagir au monde extérieur", note Apkarian. Il peut ainsi mener à développer la douleur chronique. Alors que le cortex préfrontal médian est connu pour être impliqué dans la douleur aigüe et chronique.

 

Ce processus devrait retenir l'attention des chercheurs qui tentent de développer de meilleurs médicaments contre la douleur, estiment les auteurs. La plus grande attention en ce qui concerne la douleur chronique a jusqu'à présent été portée sur les dommages au système nerveux périphérique et à la moelle épinière, lesquels peuvent entraîner la perpétuation de signaux de douleur longtemps après la guérison de la blessure.

 

L'équipe de recherche a obtenu un financement des National Institutes of Health américains pour tester des molécules potentielles pour le traitement de la douleur chez des animaux.

 

Article collecté sur le site :

Psychomédia avec sources: Northwestern University, Los Angeles Times

 

Edité le 05 juillet 2012 par :

signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article