La fibromyalgie sous toutes ses coutures

Publié le 3 Juin 2013

1767651

 

 

La fibromyalgie désigne des douleurs étendues ou localisées, accompagnées de fatigue et de troubles du sommeil. Cette maladie aux causes mal connues est considérée incurable. Elle affecte 900 000 Canadiens. Les personnes atteintes ressentent une douleur si persistante qu'elles sont souvent incapables de poursuivre leurs activités professionnelles. De plus, elles souffrent de préjugés.

 

Selon Philippe Goffaux, professeur au Département de chirurgie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'UdeS, la fibromyalgie n'aurait pas que des composantes psychogènes. Elle serait aussi modulée par un dysfonctionnement physiologique réel. «Notre interprétation de la réalité détermine en partie ce que nous ressentons, signale-t-il. Cette perception dépend de ce qui affecte notre système nerveux central et de la manière dont notre cerveau traite ces stimuli.»

 

Le chercheur a démontré que l'anticipation d'une sensation désagréable peut empêcher le système de contrôle de la douleur de fonctionner. Ce mécanisme, responsable de libérer les endorphines qui ont un effet analgésique, serait ainsi inhibé par la perception de la réalité. Mais le conditionnement psychique peut aussi amener les individus à ressentir un soulagement lorsqu'ils anticipent un stimulus de douleur. Leur corps gère alors une souffrance que leur cerveau parvient à atténuer. Cette percée suggère que le cerveau des fibromyalgiques a besoin de réévaluer le signal de douleur pour déclencher le mécanisme de soulagement.

 

Philippe Goffaux s'attaque à déterminer quelle douleur est privilégiée : celle perçue par le cerveau ou celle sentie neurophysiologiquement. En étudiant les réactions d'individus en santé et celles d'autres qui éprouvent la douleur, il espère concevoir un modèle permettant de prédire les individus à risque de développer de la douleur chronique. Son équipe examine des variables psychologiques telles l'hypervigilance, la propension aux pensées catastrophiques, l'anxiété et la dépression. Comme la technologie permet aujourd'hui de dégager des éléments auparavant inextricables, le professeur Goffaux est confiant de mettre au point des traitements plus efficaces.

 

------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.usherbrooke.ca/recherche/fr/accueil/chroniques/chroniques-details/article/18130/

 

Edité le 04 août 2013 par,

 

signature 2

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article