La plaie du ménage.

Publié le 17 Septembre 2013

              

Ah cet intérieur si soigné que je ne peux plus tenir. La poussière me désole, la saleté me répugne, la vaisselle s’empile…
 
Je ne me reconnais plus.
Combien de fibros se désolent chaque jour de l’état de leur intérieur. Elles (souvent elles), quasiment maniaques et pointilleuses quant à la propreté, retournaient leur intérieur en deux coup de cuiller à pot, tout en cuisinant et vérifiant les devoirs de leur progéniture.
 
Mais cela c’est fini. Les douleurs, la fatigue donnent maintenant le ton.
L’intérieur n’est plus aussi impeccable, et toute fibro qui se respecte se sent salie et humiliée devant l’ampleur du phénomène.
 
Alors, premièrement, car c’est la souvent ou le bat blesse le plus et rend douloureux moralement et émotionnellement : les commérages, le quand dira t-on sont à bannir du petit cerveau de la fibro bon teint.
 
La fibro fait ce qu’elle (ou lui si c’est un homme) peut, et seulement quand il peut. Si la poussière s’accumule, et que cela ne plait pas à l’arrière grand tante (ou à l’homme du foyer), pourquoi ne pas tendre le chiffon avec un gentil sourire (ou le balai, la serpillière) ?
 
Avec le compagnon, c’est souvent plus difficile, mais il est possible de l’éduquer, et à force d’explications, de lui faire comprendre qu’il lui faut aider (un peu) et que, non, passer la serpillière n’est pas lui enlever sa virilité, et peut être aussi galant et sexy pour un homme.
 
Deuxièmement, il faut la encore apprendre à se connaitre, et connaitre surtout ses limites. Ce qui ne peut être fait aujourd’hui doit impérativement reporté, même si c’est aux calendes grecques.
 
C’est impératif : vouloir tout rattraper parce que la maison est tellement encombrée qu’il faut un masque et une fourche pour se frayer un passage n’est pas la bonne solution. Même si vous vous croyez en forme et avez la ferme intention de tout faire (et peut être y arriverez vous, car il n’y a pas plus têtu qu’un fibro) vous en paierez les conséquences en douleurs nouvelles et en fatigues. Et vous apprendrez alors que dame fibro peut trouver des endroits de votre corps que vous ne connaissiez pas encore ou faire bien mal.
 
Alors, allez y doucement, essayer de planifier sans forcément trop vous tenir à un emploi du temps rigoureux, faites l’essentiel (les peluches sous le lit peuvent attendre- à quand le remboursement par la sécu de cet aspirateur robot ?), assurez vous de nombreuses pauses très régulières, et suivez les conseils de Gariguette par exemple.
 
Et restez ZEN. La Zen attitude, c’est le Ba BA des fibros.
 
------------
Article collecté sur le site :
Edité le 17 septembre 2013 par,

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Commenter cet article

mygabeille 17/09/2013 21:30


je suis tout a fait d'accord avec toi et oui on doit en laisser ou demander de plus en plus d'aide mais a force de demander ca fait encore une charge de plus pour le mari a supporter et ca
devient si lourd pour lui qu'il faut faire attention a ce qu'il ne fasse pas sa valise.... la tu te retrouves encore bien plus mal non seulement les douleurs sont encore bien pire et le coeur est
en mille morceaux.... 

Entraide Fibromyalgie Ouest 18/09/2013 12:47



Et oui, je sais bien tout ça ! il faut trouver "la" solution, ce qui n'est pas évident !!!


Bon courage,


Amicalement,


Evy, la blogueuse