Le Gluten ami ou ennemi ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Le gluten est un ensemble de protéines entrant dans la composition de certaines céréales principalement le blé.
Vous le trouvez partout dans votre environnement alimentaire : pain, farine, pâtes…
Sous ses apparences appétissantes, il présente pour certains d’entre nous un réel danger pour la santé, germe de nombreux troubles allant de désordres digestifs jusqu’à de réels dommages neurologiques.
On parle ici d’intolérance au gluten (maladie cœliaque). Depuis quelques années, on constate une recrudescence sans précédent d’intolérance au gluten. 

 

 Le gluten : une protéine végétale omniprésente

Donnant une texture moelleuse aux pains et autres produits de boulangerie, le gluten permet aux ingrédients de bien se lier ensemble. Il est également utilisé dans des sauces et des nombreux produits de l’industrie alimentaire où il est  utilisé en tant que liant dans les plats préparés.
Le gluten est un mélange de protéines contenues dans certaines céréales telles le blé, l’orge, le seigle et l’avoine Chez certaines personnes, la consommation de gluten déclenche une maladie chronique de l’intestin appelée maladie cœliaque. Elle est aussi souvent appelée intolérance au gluten, ou encore entéropathie au gluten

Excellent liant, le gluten est  aussi une colle, son nom vient du latin glu (colle).  La protéine de blé s’est vue modifiée au cours des dernières décennies au bénéfice de l’agriculture intensive aux fins de  produire des produits calibrés. La pâte  ne repose plus, le blé devenant progressivement un aliment qui ne convient plus du tout au tube digestif de l’humain. De plus, en occident on consomme du gluten toute la journée, du petit déjeuner en passant par le repas principal, le goûter, tous nos repas contiennent du gluten. En clair, notre organisme est sursaturé et ne sait plus que faire de cette colle qui entrave la bonne digestion de ce que nous mangeons.

 

L’intolérance au gluten et la maladie cœliaque

 

villosités intestinales

Chez certaines personnes, l’ingestion de gluten entraîne une réaction immunitaire anormale dans l’intestin grêle créant une inflammation qui va endommager la paroi intestinale. Plus précisément, ce sont les villosités intestinales qui sont peu à peu détruites. Ces villosités constituent les « replis » de la muqueuse intestinale permettant l’amplification des processus d’absorption de la majeure partie des nutriments, vitamines et minéraux  Leur surface est estimée à 200 m2, c’est leur finesse qui permet le passage dans le sang de ces nutriments 

Ainsi, contrairement aux allergies classiques, cette réaction anormale du système immunitaire se retourne également contre l’organisme en attaquant la paroi de l’intestin grêle. La maladie cœliaque est donc une maladie auto-immune induite par l’ingestion de gluten.

Notre corps tente d’extraire tout ce gluten et bien sûr n’y parvient pas, nos organes d’éliminations sont complètement encrassés. Le docteur Jean Seignalet lien nomme les maladies liées au gluten,des pathologies d’encrassage. (nez bouché le matin au réveil, douleurs, mauvaise haleine, ballonnements, infections, allergies etc).

Si l’inflammation persiste, l’intestin abîmé devenant incapable d’absorber certains nutriments, il peut s’ensuivre une malnutrition malgré une alimentation normale. . La maladie se manifeste principalement par des symptômes digestifs (diarrhées, douleurs, ballonnements…). Avec le temps, des problèmes de santé plus graves peuvent apparaître.

Un autre symptôme typique est une fatigue chronique. Cela s’explique notamment par la présence de peptides opioïdes issus de la non digestion de la protéine de blé. Les peptides opioïdes sont des morphines et ont ainsi une action sur notre cerveau. Sur le cerveau des enfants souffrant d’autisme les peptides opioïdes saboteraient les neurotransmetteurs entrainant dans la foulée de graves troubles des apprentissages et des relations à l’autre. Les peptides opioïdes issus de la non digestion du gluten et/ou du lait de vache traversent facilement la paroi du grêle devenue poreuse. Par le sang, ces morphines vont se localiser partout dans l’organisme entrainant un véritable sabotage de notre santé


Encore plus inquiétant que de simples ballonnements,  c’est l’augmentation sans précédent des maladies de type neurodégénératives ou rhumatismales. Citons la sclérose en plaques,  la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, fibromyalgie ont explosé.


Détail non négligeable, une intolérance au gluten ou au lait de vache crée un intestin grêle acide, alors que le pH de cet organe est alcalin. D’où l’émergence spectaculaire du candida albicans, qui devient notre hôte le plus célèbre, mais pas le plus anodin.

Les symptômes, de par leur variété et leur similitude avec d’autres pathologies, sont susceptibles d’égarer longtemps le diagnostic. Son seul traitement actuel est un régime excluant toute présence d’aliments ou d’assaisonnements comportant les produits céréaliers incriminés.

 

Symptômes de l’intolérance au gluten

De docteur en docteur, d’examens en examens, le verdict finit par tomber : intolérance au gluten, également connue sous le nom de maladie cœliaque. Point de médicament pour soigner cette maladie de plus en plus courante, mais une seule solution : l’éviction, souvent à vie, du blé, de l’orge ; de l’avoine et du seigle, sous toutes leurs formes. Petite astuce pour s’en souvenir (SABO).
Le diagnostic est souvent difficile et long à établir (12 ans en moyenne au Canada1),lien passeport santé en raison de la grande variété de symptômes et du fait qu’ils ne soient pas du tout propres à cette maladie.


Les symptômes les plus fréquents

Une diarrhée chronique ou une constipation

Des douleurs abdominales, des gaz et des ballonnements
Une perte de poids
De la fatigue et une irritabilité
Une pâleur, en cas d’anémie
Des douleurs aux os et aux articulations
Fibromyalgie
Des crampes musculaires
Une infertilité ou une absence de menstruations
Des engourdissements ou douleurs neuropathiques au niveau des membres
Des éruptions cutanées
Des aphtes  ou ulcères dans la bouche…
Le diagnostic

 Le médecin doit d’abord éliminer la possibilité qu’il s’agisse d’un problème digestif plus fréquent tel que le syndrome de l’intestin irritable, une intolérance alimentaire ou une  une maladie inflammatoire de l’intestin).

 Le diagnostic plus spécifique se fait généralement en 3 étapes

 – La recherche d’ anticorps spécifiques de la maladie (anti-transglutaminase) dans le sang

 – en cas de positivité, la pratique d’une endoscopie avec prélèvements (biopsie) sur la partie haute de l’intestin grêle (le duodénum

Certains malades cœliaques ont des anticorps négatifs et, en ncas de forte suspicion, une endoscopie peut être nécessaire pour porter le diagnostic.

L’effet de la diète sans gluten confirme ou infirme le diagnostic. 

 

« Conseil d’expert » Il est conseillé de consulter un médecin avant d’entreprendre une diète sans gluten. Sinon, le diagnostic peut être plus ardu à poser .

 
Le traitement :  éviction totale du gluten de son alimentation

A l’heure actuelle, aucun médicament n’existe pour soigner la maladie coeliaque. L’unique traitement consiste donc à adopter, souvent à vie, un régime
sans gluten et ce sous toutes ses formes.

 Les personnes atteintes peuvent toutefois retrouver la santé en éliminant totalement le gluten de leur alimentation.

Beaucoup de patients souffrants de graves intolérances ont noté une amélioration spectaculaire de leur état en arrêtant le blé, le lait ou les deux à la fois,Les personnes atteintes peuvent toutefois retrouver la santé en éliminant totalement le gluten de leur alimentation. Beaucoup de patients souffrants de graves intolérances ont noté une amélioration spectaculaire de leur état en arrêtant le blé, le lait ou les deux à la fois,

Comment vivre normalement quand l’acte de manger s’accompagne de multiples précautions ? Quand il rend différent des autres ? Consultez notre article sur ce sujet permalien pour vous guider dans la pratique de ce régime drastique qui n’induit pas pour autant de mettre fin aux plaisirs gustatifs.
L’intolérance au gluten signe-t-elle la fin des plaisirs gustatifs ?

Source :

Article recueilli sur le site : Sos Bien Etre

 

------------

 

Article collecté sur le site :

http://fleur14.canalblog.com/archives/2012/06/18/24522681.html

 

Edité le 28 juin 2012 par :


signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martine 28/06/2012 21:18


j'ai une amie que est fibro et une naturopathe lui a conseillé d'arrèter le lait et le gluten incroyable comment elle va mieux donc à voir........si je fais le régime je vais avoir un mal de
chien car j'adore le pain