Le remboursement des cures thermales maintenu, les professionnels satisfaits

Publié le 1 Décembre 2013

Les tarifs de soins thermaux ont été réformés et gelés pour cinq ans.
Le secteur pèse environ 100.000 emplois directs et indirects.

Le remboursement des cures thermales maintenu, les professionnels satisfaits

 

Des tarifs de remboursement des cures thermales encadrés pour cinq ans, un forfait complémentaire permettant de tenir compte de l'augmentation des coûts, une obligation de fournir un prix forfaitaire de base pour les personnes bénéficiant de la CMU. L'amendement 50 bis adopté dans le cadre de la discussion du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale (PLFSS) en seconde lecture est le fruit d'une négociation intense. Discuté entre la profession et l'assurance-maladie, il maintient le taux du remboursement des cures thermales à 65 %, alors que la profession vit depuis des années dans l'angoisse du déremboursement.

 

En 2008, le député Yves Bur, à l'époque rapporteur du budget de la Sécurité sociale, n'avait-il pas proposé de faire passer ce taux à 35 % ? Au-delà de cette sanctuarisation, le texte permettra aussi aux établissements de faire progresser leurs prix. « Dans un établissement, la masse salariale absorbe la moitié du chiffre d'affaires et l'énergie de 10 à 15 % », assure Bernard Riac, président de Valvital, qui gère 11 établissements thermaux et emploie 570 personnes équivalent temps plein, mais jusqu'à 750 salariés durant la saison. Cette activité qu'il faut différencier des pratiques « thermoludiques » par son caractère médical, représente quelque 9.000 emplois directs dans 106 établissements. Des stations thermales essentiellement réparties au sud d'une ligne allant de Bordeaux à Metz qui génèrent 100.000 emplois indirects.

 

Sur les 527.000 curistes ayant fréquenté un établissement l'an dernier, le Languedoc-Roussillon arrive en tête (96.000), devant l'Aquitaine (91.000) et Rhône-Alpes (76.000). Le secteur est hétérogène avec quelques grands groupes privés comme la Chaîne Thermale du Soleil, Valvital, ou Balaruc-les- Bains, deuxième station thermale de France, mais aussi beaucoup de petites stations. Environ 90 % du chiffre d'affaires est lié à des activités conventionnées et représente chaque année un coût de 260 millions d'euros pour la Sécurité sociale. Les activités de soins représentent un chiffre d'affaires de 310 millions et l'hôtellerie 1 milliard

.

18 jours de soins par cure

Si les orientations thérapeutiques sont nombreuses, dermatologie, problèmes digestifs, urinaires ou respiratoires, ce sont les rhumatismes qui arrivent en tête. Pourtant quelle que soit l'affection du patient, sa cure durera dix-huit jours avec 3 ou 4 soins quotidiens pour un prix compris entre 260 et 500 euros. Ce sont justement ces tarifs qui n'ont été renégociés que très irrégulièrement avec une réévaluation de 7,7 % sur les dernières années provoquant « un décrochage par rapport aux charges d'exploitation, notamment liées à l'augmentation des salaires », explique Claude-Eugène Bouvier, délégué général du Conseil national des exploitants thermaux (CNETh). L'Assurance-maladie ayant fait savoir qu'elle ne pouvait s'engager sur la voie de nouvelles augmentations, l'amendement prévoit un « tarif forfaitaire de responsabilité », sur la base duquel les curistes seront remboursés et qui ne bougera pas pendant les cinq prochaines années. En revanche, un « prix limite de facturation » est créé, qui permettra aux établissements de reporter les hausses de charges sur la base d'un indice tenant compte des coûts d'exploitation et par exemple de l'évolution du SMIC. La différence entre ces deux tarifs sera supportée par le patient et son assurance complémentaire. « Avec cet accord innovant, les établissements et l'Assurance-maladie ont une meilleure visibilité de leurs dépenses », explique Frédéric Van Roekeghem, le directeur général de la CNAM. A nombre de curistes égaux, la Sécurité sociale stabilise ses dépenses. « Nous avons réussi à trouver un point d'équilibre qui permet de préserver la Sécurité sociale et aux entreprises de continuer à exercer normalement leur métier », martèle le député des Landes Jean-Pierre Dufau.

 

Les professionnels devront toutefois avaler une sévère pilule dès l'an prochain avec l'augmentation de la TVA, qui ne peut être répercutée sur le prix. Elle était de 5,5 % jusqu'en 2012, puis de 7 % et devrait passer à 10 % en début d'année prochaine. « Les tarifs étant plafonnés, cette augmentation de la TVA vient réduire la marge de l'exploitant », affirme Claude-Eugène Bouvier.

Frank Niedercorn, correspondant à Bordeaux

 

---------------

 

Article collecté sur le site :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0203155212284-le-remboursement-des-cures-thermales-maintenu-les-professionnels-satisfaits-633406.php

 

Edité le 01 décembre 2013 par,

 

 

---------------

!!! ATTENTION !!!

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.

Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.

Ne prenez jamais un produit, quel qu'il soit,  sans l'accord express d'une personne compétente en la matière.  Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu.

Merci de votre compréhension.    

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Commenter cet article