Les maladies chroniques coûtent cher à la Sécu

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 30/06/2011

 

 

 

 

 

 

        |  
Des traitements de plus en plus chers
D’après  une étude de la CNAM, les français seraient de plus en plus sujets aux maladies chroniques graves telles que le cancer, l’hypertension ou encore le diabète. Aujourd’hui, un assuré du régime général sur six souffre d’une telle situation. Ce qui pousse la Sécurité Sociale à prendre des mesures.
Augmentation constante des patients depuis 2005
Le rapport de la CNAM sur les français atteints de maladies chroniques graves dévoile un chiffre impressionnant : ils seraient près de 9 millions en France à souffrir de telles maladies. 
Depuis 6 ans, cette tendance est à la hausse avec une croissance constante entre 3,5 et 4,2 % chaque année. Par rapport à 2010, c’est plus de 340 000 personnes qui souffrent de maladies chroniques.
Et cette situation coûte de plus en plus cher à l’Assurance Maladie qui prend en charge à 100 % ces maladies. Aujourd’hui, les 9 millions de patients représentent 2/3 des dépenses prises en charge. Et cela ne va pas aller en s’arrangeant…
Maîtriser les dépenses liées aux maladies chroniques
Le diabète est la première ALD en France. 15,5%% des assurés sociaux en souffrent et bénéficient d’une prise en charge. Le rapport laisse présager que le nombre de personnes atteintes va continuer d’augmenter et par la même occasion coûter davantage à la Sécu.
Récemment, l’institution a annoncé stopper les remboursements de l’hypertension artérielle sévère, considérée comme une maladie chronique grave. Cette décision s’inscrit dans les mesures de maîtrise du budget de la Sécurité Sociale et permettra d’économiser environ 20 millions d’euros. Sans compter les déremboursements de plus en plus fréquents des médicaments courants…
Source:http://www.assurland.com/assurance-blog/assurance-sante-actualite/sante-les-maladies-chroniques-coutent-cher-a-la-secu_14852.html

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article