Les problèmes psychologiques n'expliquent pas tout !

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Le manque de sérotonine et un trop de substance P, ainsi qu'un problème relevé par les américains sur l'éventuelle diminution de l'hypophyse existent !

« Les recours sont l’évitement ou l’affrontement »


Alain Meunier, kinésithérapeute dijonnais, se passionne depuis 15 ans pour le stress. Pour lui corps

et cerveau sont indissociables. Il forme actuellement des soignants à la gestion du stress (psychologie et thérapeutique). Il a conçu un appareil qui reproduit sans limite et sans effort la fonction pince de la main.
« Le stress est la source de la plupart de nos pathologies. Au départ, il s’agit d’un phénomène physiologique qui permet l’adaptation, puis survient la douleur, c’est un signal d’alarme. Quand cette douleur n’est plus maîtrisée, le stress devient souffrance. Elle est plus ou moins supportable selon la durée et l’intensité de l’exposition. Face à une situation qu’il ne parvient plus à maîtriser l’individu subit le stress qui peut devenir destructeur.
La pulsion animale : fuir ou combattre serait une solution. Mais la société ne peut le tolérer.
Le recours de l’individu est donc l’évitement ou l’affrontement. » De l’employé au patron « Dans une entreprise les individus constituent un système. Si les acteurs ne trouvent plus de quoi se nourrir (intellectuellement, émotionnellement) le système se grippe et peut imploser.
Cela est d’autant plus complexe que toutes les personnes ne viennent pas chercher la même chose. D’aucuns viennent chercher un père, une mère, de la reconnaissance, du pouvoir, en sus du salaire. Dans une étape de gestion du stress en entreprise tout le monde doit être pris en considération, du petit employé au patron. Il faut par exemple amener les employés à comprendre qu’un supérieur qui a le pouvoir dépend lui-même de quelque chose. Il n’y a hélas plus guère de place pour l’émotion dans notre société. Avoir de l’humanité serait l’idéal, mais le système est plombé. Face au stress le corps trinque et les défenses immunitaires diminuent ».
« Il y a également ceux qui somatisent.
Je travaille par exemple avec des services de dermatologies.
On sait à quel point la peau est le reflet de l’intérieur. Les expressions populaires ne manquent pas à ce propos : Avoir quelqu’un dans la peau » ; Donner des boutons » ; « Mal dans sa peau ; A fleur de peau, etc.
Certains confondent être et faire Une personne qui somatise est repérable grâce à trois critères : l’incapacité de poser des mots sur son état interne, la répression de ses émotions, l’hyperactivité. Sur ce dernier point la personne confond être et faire.
Cela peut conduire à l’épuisement qui est la dernière étape du stress avant la dépression et le suicide.
La fibromyalgie (douleurs chroniques, maux de têtes), les phobies, les TMS (troubles musculo- squelettiques) sont également des signes de stress.
Nous sommes d’ailleurs intervenus pour Toyota dont les TMS représentaient 80 % des dépenses de santé. Nous avons fait un énorme travail sur le stress et formé du personnel à notre méthode de soins. Quoi qu’il en soit un chef d’entreprise ne doit pas oublier que la parole reste essentielle.

 

Article collecté le 24 mars 2010 sur le site :

http://fibromyalgie.over-blog.org/

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article