Mortalité au cours de la fibromyalgie

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

fatigueLa mortalité de 1 361 patients (84 hommes et 1 269 femmes) vus entre 1984 et 1999 pour fibromyalgie a été étudiée et comparée à celle de la population générale. 88% remplissaient les critères de fibromyalgie, les autres étaient une fibromyalgie possible. Le suivi a été en moyenne de 4 ans.
Il y a eu 48 morts. La mortalité globale n’était pas augmentée. Celle par suicide était chez les 1269 femmes multipliée par 10 ; le risque de suicide était augmenté au moment du diagnostic et le restait après 5 ans. Ce risque augmenté concernait les patients remplissant les critères de l’ACR de fibromyalgie et aussi les patients avec une fibromyalgie possible. Cette augmentation touchait de la même façon les femmes dont le diagnostic avait été fait avant 50 ans ou après. Il y avait aussi une augmentation de la mortalité par maladies hépatiques à 6,4 et de maladie vasculaire cérébrale à 3,1. Il n’y avait pas d’augmentation de la mortalité spécifique chez les 84 hommes.

Il est possible que l’augmentation de la mortalité par suicide chez les fibromyalgiques soit liée à la fréquence de la dépression et de l’anxiété. On doit y prêter une attention particulière chez ces patientes. On avait déjà signalé une augmentation de la mortalité accidentelle. Il faudrait peut-être aussi étudier chez ces patients les facteurs de risque de maladies hépatiques et vasculaires cérébrales (tabagisme, sédentarité).

 

Véra Lemaire

 

Article collecté sur le site :

http://www.rhumato.net/index.php?pageID=0f6ef53872aaf4fb6508d868816a24e1&from=moteur_recherche&page=&cle=fibromyalgie&combinaison=OR&lmr=&rsa=

 

Edité le 020212 par :

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

annie 03/02/2012 09:56


Bonjour,


Je souhaite réagir à cet énième article qui met en avant les problèmes de dépression chez les personnes fibnromyalgiques.


Je rappelle que les fibromyalgiques sont des personnes, le plus souvent, très actives, perfectionnistes ; elles assurent, gèrent le travail, la famille, la maison... sans jamais lever
le nez et sans jamais prendre du temps pour elle.


Un jour le corps s'arrête !


Le diagnostic tombe : fibromyalgie !


Comme ce sont des personnes qui n'ont pas les deux pieds dans le même sabot, elles cherchent, s'informent et découvrent  cette pathologie qui entraîne des douleurs chroniques, une
fatigue chronique, une fatigabilité énorme. Elles apprennent que ce sera leur vie dorénavent et qu'elles devront "faire avec". Se rajoute à celà le regard accusateur de leur entourage
qui ne comprend pas, le speticisme des médecins qui ne savent pas et préfèrent les enfermer dans le "tout psy" (c'est plus facile pour eux).


Alors oui c'est vrai, il peut y avoir dépression, cela me paraît logique, mais c'est une dépression de réaction le pus souvent, elle dure quelques mois puis la personne
"reprend le dessus" et apprend à gérer sa maladie.


Je cotoie suffisamment de personnes fibromyalgiques pour vous dire  que dans la grande majorité des cas se sont des personnes qui reprennent vite le dessus.


Mesdames et Messieurs les médecins, les chercheurs, arrêtez de cacher votre ignorance derrière le "tout psy". Non, nous ne sommes pas fou, oui nous avons mal, oui nous sommes épuisés.
Aidez nous en cherchant la cause plutôt que de nous regarder d'un oeil accusateur.