Pas que dans la tête, dans le cœur aussi...

Publié le 19 Novembre 2013

© frikota - Fotolia.com
    
Cette étude a souhaité comparer les temps de réponses cérébrales à un stimulus nociceptif (cartographies d'activation) chez neuf patients fibromyalgiques et chez deux groupes de 9 individus sains. 27 femmes ont participé à cette étude sous IRMf. Le groupe fibromyalgique ainsi qu'un des groupes (GrA) recevaient un stimulus nociceptif à la base du pouce de 4kg/cm2. L'autre groupe sain (GrB) recevait quant à lui un stimulus de 6,8 kg/cm2. Le groupe B était choisi pour pouvoir être comparé avec le groupe fibromyalgique en terme d'intensité de douleur ressentie. La durée d'application du stimulus était dans tous les cas égale à 9 secondes.

En comparant les profils d'activation cérébrale des participants, on constatait que les réponses dans les régions concernées par les aspects sensoriels de la nociception étaient similaires entre les groupes. La réponse cérébrale à la pression au niveau du cortex somatosensoriel durait 18 secondes (soit le double du temps de stimulation!) dans tous les groupes.

Chez les fibromyalgiques, on observait une réponse cérébrale plus étendue (activation des cortex sensoriel et moteur, de l'insula, du cortex cingulaire et des noyaux gris centraux) que dans les autres groupes : la différence la plus marquée concernait nettement l'activité du cortex cingulaire, de la partie antérieure de l'insula et des noyaux gris centraux. Lorsque l'on observait l'activité de l'insula de plus près, seuls les patients atteints de fibromyalgie connaissaient des augmentations de signal ayant persisté longtemps après le retrait de la pression.

À la lumière de la théorie dominante selon laquelle l'insula est impliquée dans l'attribution de sens et d'émotion à l'expérience douloureuse, on peut raisonnablement penser que la douleur fait appel à une plus grande activité du système limbique chez les fibromyalgiques. Autrement dit et dans ces conditions expérimentales, il ne semble pas exister de différence en terme de timing d'activation entre les groupes mais on note une activation cérébrale plus large en terme cartographique chez le fibromyalgique (notamment une participation plus importante d'aires en lien avec les émotions). La preuve de l'activation prolongée dans les structures médiales chez les patients atteints de fibromyalgie est susceptible d'être importante pour comprendre la dimension émotionnelle et affective de l'expérience douloureuse.
Rédigé par le Lundi 18 Novembre 2013

REFERENCES

Pujol J, López-Solà M, Ortiz H, Vilanova JC, Harrison BJ, Yücel M, Soriano-Mas C, Cardoner N, Deus J. Mapping brain response to pain in fibromyalgia patients using temporal analysis of FMRI. PLoS One. 2009;4(4):e5224. doi: 10.1371/journal.pone.0005224. Epub 2009 Apr 21. 
 
--------------------
 
Article collecté sur le site : 
 
Edité le 19 novembre 2013 par,
 
     
 
---------------------

!!! ATTENTION !!!

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.

Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.

Ne prenez jamais un produit, quel qu'il soit,  sans l'accord express d'une personne compétente en la matière.  Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu.

Merci de votre compréhension.    

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #Articles collectés

Repost 0
Commenter cet article