Playdoyer 2008 Présentation EMEA

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

RPP1039

Le Syndrome de fibromyalgie (FMS) défini en 1990 selon les critères de classification de l’American

College of Rheumatology (ACR) (1) manque de reconnaissance auprès des médecins, des étudiants en

médecine et de la population générale (2).

 

Pour autant, le FMS concerne près de 2 à 4 % de la population des pays européens (3,4) et bénéficie

d’unedouble reconnaissance de la part de l’OMS : en 1992 puis plus récemment en 2007 sous le

terme anglo-saxon sans équivoque de « Fibromyalgia » dans la révision de la Classification

internationale des maladies (CIM-10) (5).

 

Au dernier congrès européen EULAR de juin 2008, Mr le Professeur Marcel Francis Kahn, en son temps

président de la SFR (société française de rhumatologie) et qui a fait connaître en France ce syndrome

dans les années 80 (6), a expliqué le long cheminement de la reconnaissance de ce syndrome*.

 

* un syndrome est une entité sans cause connue à ce jour.

 

Initialement d’allure psychosomatique, la fibromyalgie bénéficie, aux vues des découvertes d’imagerie

(IRMf et TEP) (7) et de neurobiologie de ces 10 dernières années (7), d’une définition de cette entité en

terme de pathologie de dysfonctionnement des voies de la douleur nociceptives et neuropathiques mais

aussi psychogéniques liées à son retentissement psychologique et humain (8).

 

L’EULAR a non seulement reconnu la réalité de la douleur de ces patients («Pain is reality») mais a publié

en juin 2006 ses recommandations pour le management du FMS (9), ajustables selon les données

évolutives de la science.

 

Enfin, l’Europe médicale s’intéresse au cas complexe des enfants fibromyalgiques avec une grande étude

en cours, sujet délicat voire controversé qui a fait l’objet d’une importante mise à jour récente (10).

 

Ainsi, l’Europe médicale fait son devoir.

 

Cependant, il faut des années en général pour que les médecins spécialistes puis généralistes

s’approprient les connaissances consensuelles énoncées dans les plus grands congrès internationaux et

nationaux…

 

Dans la «vraie vie», «L’impatience des patients» est à la hauteur de cette méconnaissance et a atteint

son acmé, alors même qu’il est admis que la détérioration de la qualité de vie des patients

fibromyalgiques est au moins perçue par ceux-ci équivalente à celle des polyarthritiques (11).

 

Cette pathologie «invisible» (douleurs partout, points douloureux spécifiques, imagerie et biologie

normales) à dominante féminine pâtit d’un déficit inacceptable de « prestige » auprès du corps

médical (12).

 

Source :

*Rhumatologues, experts en fibromyalgie,

² Expert Visiteur Haute Autorité de Santé, HAS

France, le 26-10-2008.

 

Edité le 24 mai 2012 par Evy.

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fleur14 24/05/2012 13:39


"il faut des années pour que les médecins s'approprient" , etc...


C'est sûr que dans ces conditions ! la tortue va faire marche arrière pour reprendre un nouveau départ avec tous ses médecins bien lents !


Nous patients, on se les trouve bien  les articles.


Il est vrai que chaque généraliste ou spécialiste ne peut avoir comme motif de se lever le matin : tiens aujourd'huri je me consacre à la fibro !


C'est tout simplement encore le fait que FIBROMYALGIE n'est pas encore "entré dans les moeurs" !


Quand nous aurons des spécialistes fibro ; ça ira peut être un peu plus vite.


PHIL : biz