Pour continuer l'aide aux restos du coeur !

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

livre14639 signatures

Auteur : Raymond

A l'attention de Monsieur le Président de la République
Monsieur le Président,

Les médias nous parlent régulièrement du rôle prépondérant de la France dans l'aide aux plus démunis dans le monde. Nous entendons également parler de solidarité avec la Grèce à hauteur de 15 milliards d'Euros.

Ce rôle est essentiel, j'en conviens, car il est tout simplement intolérable que nous, pays favorisés, détournions la tête devant le malheur des autres, ou que nous abandonnions un pays de l'Union Européenne au premier problème qui nécessite de notre part un élan de solidarité.

Ce qui provoque mon indignation, est que dans le même temps nous ignorions simplement le malheur qui sévit chez nous, dans la rue, chez notre voisin, ou peut-être notre ami.

Comment concevoir qu'en ces temps de crise, où la précarité progresse, où le nombre de très pauvres augmente, nous puissions diminuer l'aide aux restos du coeur ?

Cette institution lancée sur un pari complètement fou perdure depuis plus de 25 ans, et fait un bien extraordinaire auprès des plus démunis en France. Depuis plus de 25 ans, le nombre de personnes qui ont bénéficié des repas distribués par les restos est en augmentation constante.

Combien de vies cette association a-t-elle sauvé ? Combien peut-elle encore en sauver si nous ne lui supprimons pas les 500 millions d'Euros (30 fois moins que pour la Grèce) qui lui sont indispensables pour continuer son oeuvre généreuse ?

Dans l'attente d'une décision qui permettra aux humanitaires d'oeuvrer en France, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l'expression de mes sentiments respectueux.

Pour faire un lien vers cette pétition, cliquez-ici
 

 

Source :

mon amie Jenny du site :

http://www.unelouvecombat.info/archives/2011/09/23/22129170.html

 

Edité par Evy, la blogueuse,

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article