Santé : le pamplemousse avec certains médicaments, des liaisons dangereuses ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

La consommation de l'agrume provoquerait des interactions dangereuses avec certains médicaments. Une alerte de la revue « Prescrire ».

Pamplemousse-médicaments : un cocktail qu'il faut parfois éviter.
Pamplemousse-médicaments : un cocktail qu'il faut parfois éviter.

C'est une revue à laquelle on peut faire confiance. « Prescrire » est née en 1981 d'une association de médecins et de professionnels de la santé. Dotée désormais de plus de 30 000 abonnés payants, c'est la seule revue indépendante des laboratoires pharmaceutiques qui aide les médecins à y voir plus clair dans les nouveaux médicaments. Le nombre de ses lecteurs est passé en 2011 de 29 000 à 35 000 en raison de ses prises de position sur le Mediator.


D'une façon générale, cette revue exerce une véritable lecture critique des médicaments, révélant les faiblesses ou l'inutilité de certains et surtout - quand c'est le cas - leur dangerosité. C'est pourquoi la une de son numéro de septembre interpelle les consommateurs de nombreux médicaments. Elle met le doigt sur les interactions entre la consommation de pamplemousse, et notamment de son jus, et des dizaines de médicaments.

 

Les furano-coumarines


Parmi eux, les statines, contre le cholestérol, les benzodiazépines (tranquillisants), les immunodépresseurs ou les inhibiteurs calciques, substances utilisées pour traiter les troubles cardiaques. « Prescrire » écrit d'ailleurs : « la gravité des quelques observations publiées est à elle seule une bonne raison pour ne pas consommer du pamplemousse au cours d'un traitement médicamenteux. Ceci est d'autant plus important quand la marge entre efficacité et dose toxique du médicament est étroite ou quand le traitement expose à des effets indésirables graves. »

 

Le fruit contient des substances appelées furano-coumarines, qui amplifient les effets de certains médicaments. Le pamplemousse abaisse aussi la concentration dans l'intestin d'une enzyme qui dégrade ces médicaments. Ces derniers sont alors très mal digérés et mettent plus de temps à être absorbés. Les furano-coumarines augmentent la concentration de glycoprotéine, laquelle s'oppose au passage dans le sang des différentes molécules.

 

En octobre 2008, l'Afssaps (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) avait émis une mise au point sur ces interférences, notant qu'« il ne s'agit pas d'une réduction de l'efficacité de ces médicaments, mais d'une augmentation de la fréquence et de la gravité de leurs effets indésirables, équivalent à un surdosage. »

 

De puissants antioxydants


Cette alerte qui vaut pour les patients suivant un traitement médicamenteux ne concerne évidemment pas ceux pour lesquels le pamplemousse reste l'agrume le plus puissant pour nettoyer les artères et diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

 

Selon des études, la consommation quotidienne de 15 grammes de pectine de pamplemousse sur une période de quatre mois a provoqué une chute moyenne de 8 %, et allant jusqu'à 20 %, du taux de cholestérol des patients suivis.

 

De plus, l'acide galacturonique contenu dans les composants chimiques du pamplemousse exercerait une action particulière sur le mauvais cholestérol. Le pamplemousse contient également de puissants antioxydants, notamment le lycopène, dont les effets sont connus dans la protection contre les maladies cardio-vasculaires et les cancers.

 

Sans compter que le pamplemousse est un des rares aliments à fournir en une seule portion la valeur requise de vitamine C.

 

 

Article collecté sur le site :

http://www.sudouest.fr/2012/09/03/un-fruit-a-surveiller-810269-4585.php

 

Edité le 03/09/12 par :

signature 1

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article