Sécurité sociale : le déficit en diminution

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

canstock0053435

Le projet de budget 2012 présenté hier par le gouvernement prévoit de ramener le trou en dessous de 14 milliards.

 

Le secteur du médicament va devoir faire de nouveaux efforts, en privilégiant les génériques, notamment.  
 

Plus de recettes. Moins de dépenses. Le régime général de la Sécurité sociale est toujours déficitaire, mais le trou est moins important que prévu. Il devrait atteindre 18,2 milliards d'euros cette année et tomber à 13,9 en 2012, selon le gouvernement. Il y a dix ans que les comptes n'ont plus connu l'équilibre, et le record avait été atteint en 2010, avec un déficit qui frôlait les 24 milliards.

La branche maladie reste la plus déficitaire. Elle devrait passer en dessous de la barre de 6 milliards l'année prochaine. Le déficit de la branche vieillesse devrait être ramené à 5,8 milliards.

Cette réduction, après une plongée préoccupante, est en avance sur le tableau de marche que s'était fixé le gouvernement. Mais, compte tenu des incertitudes de la conjoncture économique, il est encore trop tôt pour savoir si ce renversement de tendance sera durable ou pas.

Pas de mesure impopulaire

À la veille de l'élection présidentielle, le gouvernement n'a pas prévu de nouvelles mesures impopulaires pour faire rentrer un peu plus d'argent dans les caisses de la Sécu.

Pour 2012, les nouvelles recettes viendront donc principalement du plan de rigueur présenté par François Fillon à la fin du mois d'août, 6,5 milliards d'euros devant venir abonder le budget.

La hausse du tabac de 6 % prévue en 2012, qui viendra s'ajouter aux 6 % programmés pour octobre 2011, devrait rapporter 600 millions. La réduction de l'abattement de CSG et la suppression de l'abattement pour la participation et l'intéressement : 595 millions. Le relèvement des taxes sur les boissons alcoolisées : 340 millions. La taxe sur les boissons avec du sucre ajouté : 120 millions.

Les médicaments

Côté dépenses, le projet de budget 2012 présenté hier table sur 2,2 milliards d'économies, comme l'an passé.

Le plus gros effort portera sur les médicaments. Profitant de l'impopularité des laboratoires dans l'opinion en raison de l'affaire du Mediator, le gouvernement prévoit une économie de 770 millions. Les baisses de prix négociées avec l'industrie pharmaceutique devraient rapporter à elles seules 670 millions.

Pour les 100 autres millions, le gouvernement veut notamment encourager les génériques et dérembourser des médicaments à service médical rendu insuffisant.

Les industriels du secteur pharmaceutique ont immédiatement fait savoir hier qu'ils estiment être collectivement et injustement sanctionnés. Selon le Leem (Les entreprises du médicament), « les mesures financières annoncées, déconnectées de toute considération de santé publique, nuiront gravement à la compétitivité industrielle française. »

Ce qui va changer à partir de 2012

SANTé :

- Baisse des prix des médicaments sous brevet et des génériques.

- Un nombre non précisé de médicaments jugés peu efficaces ne sera plus remboursé.

- L'augmentation, de 3,5 à 7 %, de la taxe sur les conventions d'assurance « solidaires et responsables » pourrait être répercutée sur les cotisations des assurés.

- Changement du mode de calcul des indemnités journalières (IJ) de maladie qui vont diminuer.

TABAC-BOISSONS :

- Tabac : hausse de 6 % en 2012.

- Relèvement des taxes sur les boissons alcoolisées.

- Taxe sur les boissons à sucres ajoutés : le prix moyen d'une canette devrait augmenter de 1 centime.

 

CSG : DéROGATIONS Atténuées

- Réduction de l'abattement forfaitaire pour frais professionnels.

- Assujettissement à la CSG de l'allocation de congé parental, le « complément de libre choix d'activité » (CLCA).

FAMILLES FRAGILES

- Relèvement de 40 % du plafond de ressources pour les parents isolés à compter du 1er juin 2012.

- Amélioration de l'aide versée par les Caisses d'allocations familiales (CAF) lorsque l'ex-conjoint ne paie pas entièrement la pension alimentaire.

- Majoration prévue de 30 % de l'aide à la garde d'enfants pour les couples ou parents isolés bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) et ayant un enfant de moins de 6 ans.

 

Source :

http://www.sudouest.fr/2011/09/23/le-deficit-en-diminution-507046-710.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20110923-[zone_info]
Edité par Evy, la Blogueuse,
Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article