SPASMOPHILIE ET FIBROMYALGIE, DEUX SŒURS JUMELLES

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Le  point sur la spasmophilie:

Depuis dix ans, le comble du ridicule pour les spasmophiles consiste à devoir traverser la frontière et se rendre sur territoire français pour être immédiatement pris au sérieux et soigné avec succès, par des méthodes qui maintenant ont suffisamment fait leurs preuves. Malheureusement, les caisses maladie refusent systématiquement d’en rembourser les frais, même si le patient est guéri.

Pourtant, s’il suffit de passer la frontière pour être pris en considération, soigné et guéri, peut-on encore considérer la médecine comme une discipline scientifique, je vous le demande ?

Autres lieux, autres mœurs :

On l’aura compris, c’est une question de mode et d’étiquette. Depuis le début, les médecins français ont admis qu’il s’agissait d’un trouble métabolique. Le concept de spasmophilie est ancré dans les mœurs et reste indissociablement lié à la notion de carence en calcium et magnésium.

Des centres spécialisés de consultation de Spasmophilie ont été mis sur pied. Celui de l’ Hôpital Cochin et de l’ Hopital Laënnec à Paris sont les plus réputés.

En Suisse, ce concept n’a jamais réussi à s’imposer, stoppé net par la frontière des mentalités.

Le mot spasmophile ne fait pas sérieux, il fait tout au plus sourire. En tout cas, il ne fait pas le poids à côté du pompeux Sydrome PolyalgiqueIdiopathique Diffus ! (SPID)

Alors que le terme de spasmophilie est utilisé officiellement dans la presse médicale française depuis 1948, et a été à l’origine d’une série impressionnante de publications, le terme de fibromyalgie est lui d’origine américaine et n’a été consacré qu’ en 1989 par le Textbook of Rheumatology. La documentation concernant la spasmophilie existe, il ne s’agit pas de littérature occulte réservée à de rares initiés, ces livres se trouvent sur les rayons de toutes les librairies y compris celles des grandes surfaces, mentionnent des tonnes de publications médicales tout à fait sérieuses, tout le monde peut se les procurer.

La controverse:

On assiste à une vraie discrimination selon qu’on se réfère à la spasmophilie ou qu’on utilise le terme de fibromyalgie, la spasmophilie étant passée de mode.

Pourtant, si l’ enjeu se limitait à une simple question de nomenclature, il suffirait de se définir comme fibromyalgique plutôt que comme spasmophile, en changeant de nom, le tour serait joué et on pourrait enfin espérer recevoir un traitement adéquat.

Mais, il n’en est rien, car la démarche allopatique préconisée pour appréhender la fibromyalgie se limite à la prescription d' antalgiques, peu efficaces, aux anti-inflammatoires, mal tolérés et en derniers recours, aux antidépresseurs, faiblement dosés, le tout visant essentiellement à colmater la douleur. Elle s'oppose à l'approche naruropathique de la spasmophilie qui fait appel à la nutrithérapie corrective, plus conforme à notre credo thérapeutique.

Fibromyalgie, ce qu’on dit:

En 1997 s’est tenue à Lausanne, l’assemblée générale de la Ligue vaudoise contre le rhumatisme sous le titre: " La fibromyalgie, un rhumatisme psychosomatique ? " donne d’emblée une idée du ton et de la direction que vont prendre leurs thèses. La presse s’empara du sujet. De nombreux articles bien documentés parurent successivement dans plusieurs journaux :

" La fibromyalgie n’ est pas un rhumatisme psychosomatique: c’est une maladie complexe qui se répercute sur la psychologie et sur les sensations somatiques de celui qui souffre "

Source:http://www.spasmo-aide.ch/spasmoFibro.html

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

devis mutuelle 14/09/2012 14:44


Certains médecins disent aussi la même chose.


Louise de http://www.mutuelles.org

mutuelle 31/05/2012 15:30


La fibromyalgie est toujours liée aux chagements d'humeurs, c'est peut être pour cette raison.