Syndrome de fatigue chronique: 2 thérapies qui fonctionnent

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 
Syndrome de fatigue chronique: 2 thérapies qui fonctionnent

Deux approches thérapeutiques réduiraient les symptômes de la fatigue chronique lorsqu’elles sont combinées à un suivi médical, confirme une étude1 britannique menée auprès de 641 patients. Il s’agit de l’activité physique progressive et de la thérapie cognitivo-comportementale. Une autre approche, qui consiste à accepter la maladie et à adapter son rythme d’activité en conséquence, s’avérerait nettement moins efficace.

Les thérapies examinées ne sont pas une panacée. Néanmoins, 61 % des participants qui ont suivi une thérapie basée sur l’activité physique progressive ont rapporté une amélioration de leur niveau d’énergie et de leurs capacités physiques après une période de 52 semaines. Cette approche consiste à encourager le patient à pratiquer des exercices, comme la marche, sur des périodes de plus en plus longues, pour retrouver graduellement un rythme d’activité normal.

Parmi les volontaires qui ont suivi une thérapie cognitivo-comportementale, 59 % ont affirmé avoir plus d’énergie et des capacités physiques accrues après 52 semaines. Dans le cadre de cette thérapie, les patients sont amenés à remettre en question les fausses croyances qu’ils entretiennent à propos de leur maladie ainsi que les comportements négatifs qui les poussent à éviter certaines activités physiques, perpétuant ainsi leur état.

Réduire ses activités, moins efficace

L’activité physique progressive et la thérapie cognitivo-comportementale avaient déjà fait leurs preuves dans le cadre d’études antérieures. Cependant, plusieurs groupes de patients ont fait planer un doute, en laissant entendre qu’elles pouvaient engendrer des effets secondaires et aggraver les symptômes. Ils recommandaient plutôt aux personnes souffrant de fatigue chronique de s’adapter à leur maladie en réduisant leur rythme d’activité. Or, dans le cadre de l’étude britannique, seulement 42 % des participants qui ont adopté cette stratégie ont jugé qu’elle était bénéfique.

En fait, cette approche ne serait pas plus efficace qu’un simple suivi médical, durant lequel un médecin explique au patient ses symptômes, lui conseille d’éviter les activités physiques excessives et lui prescrit des médicaments au besoin, pour traiter l’insomnie, la douleur ou les troubles de l’humeur. Dans le cadre de l’étude britannique, 45 % des patients qui ont profité de ce type de suivi sans aucune autre thérapie ont jugé que leur état s’était amélioré après 52 semaines.

L’étude britannique conclut que les craintes des associations de patients face à l’activité physique progressive et à la thérapie cognitivo-comportementale ne sont pas fondées. Des effets secondaires significatifs ont été rapportés par 2 des 160 patients (1 %) qui ont pratiqué des activités physiques progressives; par 3 des 161 patients (2 %) qui ont suivi une thérapie cognitivo-comportementale; par 2 des 159 patients (1 %) qui ont simplement adapté leur niveau d’activité à leur état; et par 2 des 160 patients (1 %) qui ont profité d’un suivi médical uniquement.

 

Dominique Forget – PasseportSanté.net

1. White PD, Goldsmith KA et al. Comparison of adaptive pacing therapy, cognitive behaviour therapy, graded exercise therapy, and specialist medical care for chronic fatigue syndrome (PACE): a randomised trial, Lancet. 2011 Mar 5;377(9768):823-36.

 

Article collecté sur le site :

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=syndrome-fatigue-chronique-2-therapies-fonctionnent_20110315&source=bulletin&provenance=

Publié dans Fatigue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article