Syndrome de fatigue chronique: nouveaux critères diagnostiques proposés

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Vingt-cinq experts internationaux proposent de nouveaux critères diagnostiques pour l'encéphalomyélite myalgique (EM), aussi appelée syndrome de fatigue chronique (SFC), dans un article publié dans le Journal of Internal Medicine.

Les critères visent à mieux identifier « les personnes atteintes d'un épuisement neuro-immune caractérisé par un bas seuil de fatigabilité pathologique et une poussée de symptômes en réponse à l'effort ».

Une différence importante par rapport aux critères précédents est que les symptômes n'ont pas à avoir été présents depuis 6 mois avant qu'un diagnostic puisse être posé. Le symptôme principal demeure l'« épuisement neuro-immune après l'effort », qui est une profonde perte d'énergie suivant l'effort avec une récupération déficiente.

Au moins un symptôme dans chacune des catégories suivantes doivent aussi être présents pour porter le diagnostic:

- troubles neurocognitifs (ex. douleur);
- trouble immunitaire, gastro-intestinal ou génito-urinaire (ex. sensibilité à la nourriture);
- trouble de la production et du transport de l'énergie (ex. respiration laborieuse).

Bruce Carruthers, psychiatre en pratique privée de Vancouver, et ses collègues proposent également que l'appellation syndrome de fatigue chronique soit abandonnée. Utiliser la fatigue comme nom pour la maladie donne à ce symptôme un accent exclusif. Ce critère a été le plus déroutant et abusé, soutiennent-ils.

La fatigue dans d'autres conditions de santé est généralement proportionnelle à l'effort ou la durée de l'effort avec une récupération rapide, et se reproduit dans la même mesure avec le même effort ou la même durée le jour même ou le lendemain. Le bas seuil pathologique de fatigabilité dans l'encéphalomyélite myalgique se produit souvent avec un effort physique ou mental minime, et avec une capacité réduite d'entreprendre la même activité le même jour ou plusieurs jour après", précisent-ils.

La publication de ces nouveaux critères diagnostiques a coïncidé avec des rapports de la BBC et d'ailleurs d'une campagne haineuse menée contre les scientifiques qui étudient la psychologie de l'EM / SFC, indique la British Psychological Society. Le psychiatre Simon Wessely de l'Institute of Psychiatry a rapporté avoir été la cible de lettres, e-mails et appels téléphoniques intimidants. «Malheureusement, une partie de la motivation semble venir de gens qui croient que tout lien avec la psychiatrie revient à dire que la personne n'est pas vraiment malade», a-t-il commenté à la BBC.

La psychologue Ellen Goudsmit est elle-même atteinte de ME et est chercheuse sur le sujet. « Les patients, explique-t-elle, sont devenus de plus en plus en colère contre la façon dont le monde médical a banalisé la maladie et a mis de l'avant les avantages des interventions psychiatriques comme la thérapie cognitivo-comportementale, ce qui a créé un sol fertile pour les théories du complot et les e-mails abusifs ».

Par ailleurs, des résultats très attendus d'une étude américaine, coordonnée par des agences de santé gouvernementales, qui viennent d'être publiés dans la revue Science discréditent, une fois de plus, le lien avec le rétrovirus XMRV et la maladie.

 

Source :

http://www.psychomedia.qc.ca/fatigue-chronique/2011-09-23/nouveaux-criteres-diagnostiques-proposes

 

Edité par Evy, la blogueuse,

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article