Vers une libéralisation des médicaments sans ordonnance ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 - Vers une libéralisation des médicaments sans ordonnance ?

 

L’association de consommateurs UFC – Que Choisir s’attaque au monopole des pharmacies en proposant que les médicaments délivrés sans ordonnance, soient disponibles en grandes surfaces et en parapharmacie, « sous la surveillance directe d'un pharmacien diplômé » de façon à assurer la sécurité des consommateurs.

 

L’association demande également à ce que la publicité concernant les médicaments sans ordonnance, soit interdite auprès du grand public, excepté sur les lieux de vente et que les principales contre-indications concernant un médicament soit affichées clairement sur la boîte. 

C’est suite à une enquête réalisée auprès de 648 pharmacies que l’UFC a présenté des propositions de « réforme de l’automédication ». Cette enquête a révélé que dans une situation d'achat en automédication de deux médicaments incompatibles, "seul un pharmacien sur deux" aurait indiqué spontanément l'interaction entre les deux médicaments. 

Selon le président de l’association UFC – Que Choisir, Alain Bazot, dont les propos ont été repris par LeFigaro.fr « Cette enquête met en lumière une défaillance majeure de la part des pharmaciens sur leur obligation de conseil»

Des prix variables et peu lisibles

L'enquête a également montré des prix pouvant varier de 1,30 euro à 4,95 euros pour un même médicament (l’aspirine UPSA Vitaminée®, un médicament non remboursable, dont le prix est libre) acheté dans 547 officines. 

De plus, dans 47% des cas, les prix sont « peu lisibles » voire « absents », note l’UFC. Et l’obligation (depuis 2003) de préciser par affichage que les prix des médicaments non remboursables sont libres, n’est respectée qu’exceptionnellement. 

L'automédication représente, selon l'UFC-Que Choisir, "un tiers des dépenses de médicaments des consommateurs", soit 2,1 milliards d'euros. 

La libéralisation des médicaments sans ordonnance permettrait aux consommateurs, « une économie pouvant atteindre 16% des dépenses de médicaments non remboursables et n'aurait qu'un impact mineur sur la profitabilité des pharmacies d'officine », indique l'UFC.

Sources : UFC-Que Choisir et Le Figaro.fr


Article récolté sur le site :

http://sante-az.aufeminin.com/w/sante/n126608/news/vers-une-liberalisation-des-medicaments-sans-ordonnance.html

 

Edité le 25 juillet 2012 par :

signature 2

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article