Articles avec #plantes tag

Publié le 13 Mars 2017

Résultat de recherche d'images pour "images stress"

http://osteopathes-lyon3.fr/wp-content/uploads/2015/04/ost%C3%A9opathie-stress.jpg

Nous avons tous connu à un moment donné ce sentiment d’impuissance face à une situation, se sentir totalement dépassé, un poids qui nous tombe sur les épaules, perte ou au contraire plus gros appétit, perte de sommeil, ruminations nocturnes ou diurnes, fatigue, irritabilité, on explose pour un rien, sentiment d’injustice, sentiment coupable… Le coupable = le STRESS.
 

Notre société pousse notre être à se surpasser, à pousser notre corps et notre mental toujours plus loin sans s’écouter. Des journées à rallonge :travail, enfants, courses, maison…Le portable toujours à proximité, les mails pro même en vacances ou le week-end.

Mais ce phénomène touche également toutes les catégories sociales : le chômeur angoissé par le lendemain comme le cadre surchargé par sa charge de travail, la maman inquiète pour ses enfants, les sportifs devant toujours donner le meilleur sans se blesser, le top model qui ne doit pas vieillir…toutes les catégories d’âge, dés l’enfance, sont bousculées et dépêchées pour être à l’heure, bien travailler, faire un choix de carrière à 14 ans.

On grandit, on vieillit, stress de la retraite, de la fin de vie…

Pourtant le stress n ‘est pas un ennemi absolu. Il possède ses bons et ses mauvais côtés.

Tout d’abord le stress, c’est l’ensemble des sollicitations qui nous poussent à réagir pour nous adapter à notre environnement : stress du froid, de la faim et du danger qui a poussé nos ancêtres préhistoriques à développer des stratégies d’adaptation à leur milieu naturel ouvrant ainsi la voie au progrès et au savoir.

Il désigne également nos capacités d’endurances et de réaction face à ces sollicitations. Sous son aspect positif, le stress nous pousse donc à agir, réagir, à vivre. Mais sous son aspect négatif, il nous enferme en nous même, nous rend malheureux, voire malade. Car bien des troubles courants prennent racine dans cet état de tension psychique et émotionnelle (insomnie, migraine, troubles digestifs, douleurs diffuses…). Ce n’est pas tant la cause du stress en lui même qui nous rend malade, c’est notre façon d’y réagir, notre capacité d’encaisser : à chacun son niveau de tolérance, nous avons tous un seuil de résistance et à trop pousser le bouchon…il explose et les mots de l’âme deviennent maux du corps.

Heureusement, nous ne sommes pas pieds et mains liées aux circonstances, nous pouvons agir à plusieurs niveaux:

  • Entretenir notre forme afin d’opposer au stress en général, une meilleure résistance (sport, alimentation saine, plantes ..)
  • Apprendre à faire face aux problèmes plus aigus en nous aidant de techniques naturelles (yoga, massage, relaxation .. )
  • Enfin lorsque nous sommes enfermés dans une situation inextricable et que les stratégies précédentes ne suffisent pas, nous pouvons nous attaquer à la racine du problème : pourquoi nous retrouvons nous dans cette situation? qu’est ce qui ne nous convient pas ? que pouvons nous modifier ? Lorsque nous ne pouvons pas changer les circonstances , nous pouvons essayer de changer notre façon de la considérer et d’y répondre … facile à dire !!

Ainsi, nous pouvons tirer profit des bienfaits du stress et e pas subir ses désagréments. Nous pouvons tirer profit de la motivation, de l’imagination et de la créativité qu’il provoque en nous sans pour autant sombrer dans l’épuisement physique et mental.

C’est à chacun de se concocter son programme anti-stress en fonction de ses propres habitudes.

Et la phytothérapie dans tout ça ? voici quelques pistes pour vous aider: tout conseil ne dispense pas d’un suivi médical si besoin, un suivi par un thérapeute est également conseillé.

Certaines plantes réduisent l’anxiété tout en rééquilibrant les nerfs:

Les plantes contre l’anxiété (tout en rééquilibrant les nerfs)

  • Les plus courantes sont l’aubépine, la mélisse, la valériane, la passiflore
  • Aubépine, coquelicot et houblon sont des régulateurs du sommeil
  • La mélisse , lavande et millepertuis : anidépresseurs
  • Valériane, ballote et passiflore des antospasmodiques, antidépressives, anti-stress sont une alternative aux benzodiazépines.
  • Chlorure de magnesium   verif PH urinaire aussi.
  • Les plantes pour le sommeil

  • Magnesium marin + B6 ( pour assimilation magnesium)
  • Bourgeon de tilleul et de figuier
  • Escholtzia ( pour ses vertus sédatives  pas chez la femme enceinte allaitante
  • +mélisse si spasmophilie et nervosité, spasmes intestinaux pas de mélisse en cas de glaucome
  • +valériane  si douleurs musculaires, crampes, courbatures Pas de valériane chez la femme enceinte allaitante , enfant de moins de 12 ans ; allergie aux valérianacées
  • et aubépine si palpitation, oppression dans le thorax
  •  

Les fleurs de Bach  » Arme » redoutable anti – stress:

Les 38 remèdes

Chacun des 38 remèdes découverts par le Dr Bach s’adresse à un trait de caractère ou à un état émotionnel particulier. Pour bien sélectionner les remèdes, pensez à votre personnalité et à la manière dont vous vous sentez émotionnellement.

En résumé:

  • Agrimony – torture mentale derrière un visage souriant
  • Aspen – peur ou anxiété d’origine inconnue
  • Beech – intolérance
  • Centaury – ceux qui sont exagérément au service des autres
  • Cerato – en permanence à la recherche de l’opinion des autres
  • Cherry Plum – peur de perdre le contrôle
  • Chestnut Bud – incapacité à apprendre de ses erreurs
  • Chicory – amour possessif
  • Clematis – rêver de l’avenir sans faire attention au présent
  • Crab Apple – remède de purification
  • Elm – accablé par la responsabilité
  • Gentian – découragement après un échec
  • Gorse – perte de l’espoir et défaitisme
  • Heather – égocentrisme et auto-préoccupation
  • Holly – haine, désir de vengeance, jalousie, suspicion
  • Honeysuckle – nostalgie, vivre dans le passé
  • Hornbeam – fatigue à l’idée de faire quelque chose
  • Impatiens – impatience
  • Larch – manque de confiance en ses capacités
  • Mimulus – peur de choses connues
  • Mustard – tristesse profonde sans aucune raison apparente
  • Oak – gens infatigables qui dépassent la limite de l’épuisement
  • Olive – épuisement suite à un effort
  • Pine – culpabilité
  • Red Chestnut – anxiété excessive pour ses proches
  • Rock Rose – terreur et peur extrême
  • Rock Water – abnégation, rigidité, auto-répression
  • Scleranthus – incapacité de choisir entre des alternatives
  • Star of Bethlehem – choc, chagrin
  • Sweet Chestnut – extrême angoisse, tout a été essayé et rien n’est possible
  • Vervain – excès d’enthousiasme, révolte face à l’injustice
  • Vine – exige l’obéissance, directif, dominateur et inflexible
  • Walnut – protection des influences extérieures ou lors de périodes de changement
  • Water Violet – solitaire, réservé
  • White Chestnut – pensées non désirées, arguments mentaux
  • Wild Oat – incertitude quant à sa direction dans la vie
  • Wild Rose – résignation, apathie
  • Willow – auto apitoiement, ressentiment

Le système original comprend aussi une formule d’urgence. C’est le seul remède conçu par le Dr Bach qui soit composé de plusieurs remèdes (5 au total). Certains fabricants proposent d’autres combinaisons de fleurs pré-mélangées qui ont tendance à être inefficaces. En effet, un remède mélangé devrait toujours être personnalisé parlez en à votre thérapeute !

Pour finir quelque soit la méthode (sport , relaxation, massage, hypnose, sophrologie, acupuncture,…), n’hesitez pas à faire de longues promenades dans la forêt (ou la nature, voir aussi pourquoi vous devriez essayer Shinrin Yoku), à voir les vôtres, riez, retrouvez votre âme d’enfant,… être heureux est le meilleur des remèdes.

On a qu’une vie elle est précieuse, écoutez vous, écoutez ce que votre corps vous dit, aimez et respectez vous.

Vous êtes votre meilleur ami !

Article rédigé par Sandra Piat, naturopathe

https://www.naturosand.com/

En savoir plus sur http://therapeutesmagazine.com/stress-moi-philosophie-plantes-remedes/

A T T E N T I O N !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer.Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.   

oOo

 

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest - Evy

Publié dans #Articles collectés, #Douleurs, #sommeil, #plantes, #thérapie

Repost 0

Publié le 27 Mai 2015

"Evidemment, dans la soirée mieux vaut éviter les excitants : café, thé, alcool "fort et la télé avec ses émissions ou films stupides qui apportent si peu à notre "culture.

"N'hésitez pas à solliciter les plantes ! J'aimerais vous en présenter trois "réputées pour soigner l'insomnie : l'aubépine, le tilleul, la valériane.

L'aubépine pour détendre votre corps

"Déjà utilisée dans la Grèce antique, l'aubépine est aujourd'hui recommandée "partout en Allemagne.

"Elle contient des flavonoïdes et des procyanidines qui agissent comme "antioxydants et régularisent le rythme cardiaque. C'est la conclusion rendue par "le groupe Cochrane qui a fait la synthèse d'études cliniques menées sur des "milliers de sujets soignés à l'aubépine.

"L'aubépine vous aide à vous détendre en soulageant votre cœur – surtout si vous "faites de l'hypertension. Votre rythme cardiaque diminue, votre respiration "ralentit. Votre corps est alors au repos, ce qui favorise l'endormissement.

Le tilleul comme sédatif

"Depuis toujours, les fleurs de tilleul sont consommées en infusion contre la "fatigue nerveuse et l'insomnie. Autrefois, on faisait prendre un bain d'eau "infusée au tilleul aux enfants surexcités pour les calmer avant de dormir.

"Le tilleul agit, tout comme l'aubépine, sur le système cardiaque : en empêchant "l'hypercoagulation sanguine et le rétrécissement des artères.

La valériane améliore la qualité du sommeil

"La valériane est recherchée pour ses racines. De nombreuses études ont "démontré l'activité de la valériane sur le système nerveux central : elle est "relaxante, sédative et spasmolytique – c'est-à-dire qu'elle agit contre les "spasmes musculaires.

"La valériane réduit le temps d'endormissement et améliore la qualité du sommeil. "Ceci a été démontré par une étude contrôlée par placebo. Le groupe recevant de "la valériane a rapporté une accélération de l'endormissement. Par ailleurs, des "enregistrements des ondes cérébrales pendant le sommeil ont confirmé que la "valériane améliorait la structure du sommeil.

"Il est nécessaire de prendre la valériane pendant au moins 2 à 3 semaines avant "d'en ressentir les effets.

"Si vous cherchez d'autres plantes efficaces contre l'insomnie, je vous "recommande d'essayer la camomille et le houblon."

Professeur Joyeux

Note de la blogueuse : il s'agit ci-dessus, d'un extrait d'article.

Source : http://www.santenatureinnovation.com/comment-faire-pour-sendormir-sans-somnifere/

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #plantes, #sommeil

Repost 0

Publié le 18 Février 2015

Le curcuma est utilisé en Inde depuis des millénaires dans les currys, ces mélanges complexes d'épices qui transforment les plats en une symphonie de saveurs.

Pourtant, le curcuma n'a quasiment aucun goût par rapport aux autres épices qui composent les currys (cumin, coriandre, cardamome, piment rouge, gingembre, cannelle, clous de girofles, etc.)

C'est qu'il est utilisé non pour son goût mais pour ses vertus thérapeutiques que les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent depuis des milliers d’années.

Plus récemment, les scientifiques ont isolé les principes actifs du curcuma, qu'ils ont appelés curcuminoïdes. Le principal est la curcumine, qui représente 90 % des curcuminoïdes. Dans 100 grammes de curcuma, on trouve environ 3 grammes de curcumine.

Parmi tous les nutriments, la curcumine a fait l’objet d'un nombre colossal d'études scientifiques. Rien qu'en langue anglaise, on dénombre 2 600 étud!

Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anticancer et anti-inflammatoires.

Comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est de toutes. Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé :

  • anticancer,
  • anti-inflammatoire (contre l'arthrite et la pancréatite),
  • antioxydant,
  • diminuant les douleurs rhumatismales et menstruelles,
  • stimulant pour la digestion,
  • antimicrobien pour soigner les blessures, ulcères et eczéma.

Ses effets sur le cancer ne sont donc pas, et de loin, son seul intérêt.Un des MEILLEURS compléments pour beaucoup de cancers

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (la capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation.

Le mécanisme est le suivant : la curcumine inhibe le fonctionnement de l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4.

(L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer. Il contribue à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases. L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs.)

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie.

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favorise la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon.

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine a la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses.

Comment la curcumine combat-elle le cancer ?

Ces trente dernières années, les cas de cancer ont doublé dans le monde, et les estimations indiquent qu’ils pourraient tripler d’ici 2030. Clairement, nous devons commencer à nous occuper sérieusement de la prévention du cancer.

En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la fréquence de 4 cancers très répandus chez nous – cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon – est 10 fois plus faible.

En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène est en partie attribué à la consommation de curcuma. Il apparaît que la curcumine agit contre le cancer de plusieurs façons :

  • Elle inhibe la prolifération des cellules des tumeurs,
  • aide votre corps à détruire les cellules mutantes afin de les empêcher de se répandre dans votre corps,
  • inhibe la transformation de cellules normales en cellules de tumeur,
  • diminue l’inflammation,
  • empêche le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur,
  • inhibe la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.

Mécanisme anti-inflammatoire de la curcumine

Voici comment la curcumine réduit les inflammations :

La Curcumine vient diminuer l'activité de certaines enzymes (Cyclooxygenase-2, Lipoxygenase, « Inductible Nitric Oxyde Synthetase », etc.).
En réponse, on observe une réduction de la production des cytokines inflammatoires (TNF-α), interleukines (IL-1, IL-2, IL-6, IL-8 et IL-12), des protéines chimiotactiques de monocytes.

Dans quels cas prendre de la curcumine ?

En plus de la prévention des cancers, l'action anti-inflammatoire de la curcumine soulage différentes maladies inflammatoires, notamment :

  • La polyarthrite rhumatoïde (inflammation des articulations) :
  • Une étude clinique randomisée, et en double aveugle, a montré que la curcumine réduisait le gonflement des articulations, la raideur matinale, et facilitait la marche chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.
  • Les problèmes gastro-intestinaux, dont le syndrome du côlon irritable, l'ulcère gastrique, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.
  • 207 patients atteints du syndrome du côlon irritable ont reçu des extraits standardisés de curcuma. Après 4 semaines de traitement, 56 % des patients avaient vu une réduction de leur syndrome.
  • Lors d'une étude, des chercheurs ont observé que 48 % de patients ayant reçu 600 mg de curcumine 5 fois par jour avaient vu leurs ulcères gastriques disparaître après 4 semaines. Après 12 semaines, 76 % de cette même population n'avaient plus d'ulcères gastriques.
  • Plusieurs études ont observé l'efficacité de la curcumine pour atténuer la colite ulcéreuse, et la Maladie de Crohn.
  • L'uvéite antérieure chronique, qui donne les yeux rouges et douloureux (larmoiement et crainte de la lumière). La vue peut même être brouillée.
  • Dans une petite étude sur 32 patients atteints d'uvéite antérieure (de 19 à 70 ans), on leur a administré 375 mg de curcumine 3 fois par jours pendant 12 semaines. Après 2 semaines, tous les patients avaient vu leurs symptômes s'atténuer : meilleure acuité visuelle, moins de larmoiement et de précipités cornéens rétrokératiques.
  • La curcumine a montré une légère amélioration dans les cas de pancréatite. Des chercheurs ont observé une baisse des marqueurs de la peroxydation lipidique. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine

Le vrai potentiel de la curcumine est encore ignoré

Malgré les nombreuses études déjà menées, les scientifiques estiment que le champ d'action de la curcumine n'est que partiellement exploré à ce jour. Autrement dit, tout reste à découvrir.

Comme l'inflammation joue un rôle majeur dans presque toutes les maladies chroniques, les chercheurs soupçonnent que les vertus anti-inflammatoires de la curcumine pourraient offrir de l'espoir à des millions de patients supplémentaires.

Par exemple, ceux atteints de maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, Parkinson), de maladies du cœur, de maladies des poumons, de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, Lupus, sclérodermie), et de tumeurs (amas de cellules).

Le prix de la curcuma est dérisoire par rapport aux médicaments et thérapies concurrents. C'est donc un cadeau de la nature accessible à tous.

Conseils pour bien assimiler la curcumine

Le curcuma que l'on trouve dans les commerces alimentaires n'est pas très riche en curcumine. Vous devriez en absorber des quantités gigantesques pour commencer à bénéficier de ses effets.

C'est pourquoi il existe des compléments de curcumine qui offrent un dosage suffisant. Mais tous ne se valent pas, car la curcumine n'est pas facilement assimilable par le corps. On dit qu'elle n'est pas très biodisponible.

Par nature, la curcumine est très rapidement éliminée par le corps. Ceci limite son efficacité [9].

Un des trucs consiste à prendre de la curcumine avec un corps graisseux (comme une cuillère d'huile).

Une autre astuce consiste à choisir une formulation qui combine curcumine et pipérine (poivre noir). La pipérine ralentit le processus d'élimination de la curcumine par le corps. Ceci prolonge l'efficacité de la curcumine.

Attention toutefois, une étude a montré que les rats qui recevaient de la pipérine subissaient une détérioration de leur appareil génital.

Même si à ce jour, aucune étude n'a été menée pour vérifier ces effets sur les humains, il paraît plus prudent de l'éviter.

Les bonnes formules de Curcuma, hautement biodisponibles, sont relativement rares;


Eric Müller

Source :

http://pro.santenatureinnovation.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #plantes

Repost 0

Publié le 28 Janvier 2015

Les plantes soporifiques sont tellement efficaces que la plupart des pays ont préféré en interdire l'usage, craignant des effets sociaux catastrophiques. Quand la vie devient trop dure, quoi de plus tentant que d'avaler une boisson (un philtre, disait-on dans le vocabulaire ancien de la sorcellerie), manger une fleur, ou fumer une plante qui vous plongerait dans un profond sommeil, vous faisant tout oublier ?? (...) Pour l'instant, je vous donne ma liste des huit meilleures plantes qui relaxent et donnent un sommeil réparateur. En effet, les plantes soporifiques plus violentes assomment, anesthésient même, et peuvent parfois tuer, mais quand vous vous réveillez (si vous vous réveillez !), vous êtes encore plus patraque qu'avant. Dans l'ordre des meilleures plantes douces, je citerai :

La valériane, le houblon, la passiflore, l'aubépine, le tilleul, la ballote, le coquelicot (pétales), la verveine officinale.

La valériane (Valeriana officinalis) est de loin la plus reconnue et la plus documentée de ces plantes. Elle soulage l’agitation et les troubles du sommeil dûs à des états nerveux. Plusieurs études confirment son efficacité comme sédatif (calmant) pour l’insomnie passagère. Son principal mécanisme d’action passe par le système GABA (gamma amino butyrique acide), le neurotransmetteur de la relaxation. Les dosages de valériane recommandés vont de 3 à 9 g de racine séchée par jour. En teinture, la dose usuelle est de 2,5 à 5ml par jour, ou 30 à 60 gouttes jusqu’à 4 fois par jour.Les extraits standardisés existent sous deux concentrations, soit 0,4 % ou 0,8 % d’acide valérénique, et la dose varie de 400 à 900 mg au coucher. Les principes actifs de la valériane sont surtout liposolubles (soluble dans un corps gras), ce qui fait qu’elle est peu efficace sous forme de tisane.
Le houblon est plus connu pour la fabrication de la bière, mais il est très efficace pour les états anxieux, l'agitation et les troubles du sommeil. Il faut en prendre 0,5 à 1 g, 3 fois par jour. En teinture, la dose habituelle est de 1 à 2 ml, 3 à 4 fois par jour, selon vos besoins.

Au sujet de la tisane du soir

Le (gros) inconvénient pour moi de la tisane vespérale (celle qu'on prend le soir) est qu'elle remplit la vessie au mauvais moment… Les hommes d'un certain âge, que la prostate taquine, sont alors réveillés par cette pressante envie, se lèvent, réveillent leur conjointe au passage, et voilà une nouvelle nuit ruinée. L'avantage, également, des comprimés est que vous y retrouvez le « totum » de la plante, c'est-à-dire toutes les parties, alors que vous n'avez dans la tisane que les composés qui se dissolvent spontanément dans l'eau chaude. Les teintures (plante ayant macéré dans l'alcool) sont pratiques car quelques gouttes suffisent, diluées dans un fond d'eau, tout comme les huiles essentielles, diluées dans un peu d'huile d'amande douce. Si vous préférez malgré tout faire de la tisane, veillez à ne pas utiliser d'eau bouillante qui peut détruire certains arômes et principes actifs. La température idéale d'infusion est autour de 85-90°C. Les amateurs de thé ont d'ailleurs l'habitude de dire qu'il faut de l'eau « frémissante » et non bouillante.

Les réponses aux tracas du quotidien

Quand et comment prendre un médicament, comment lire une prise de sang, décrypter une liste d'ingrédients au supermarché, utiliser les plantes pour se soigner et la méditation éphémère dans les moments de stress... Alternatif Bien-Être a été créé pour répondre à tous vos tracas du quotidien et vous redonner confiance en l'avenir. Et c'est efficace !

Osez les mélanges !

N'hésitez pas enfin à essayer plusieurs plantes, car chacun réagira selon son tempérament. Vous pouvez également faire des combinaisons, comme par exemple un mélange valériane/houblon/passiflore. L'association valériane/houblon en particulier a fait l’objet de plusieurs études cliniques,dont une dans laquelle on l’a comparée à une benzodiazépine, le lorazépam (Ativan). La combinaison valériane-houblon a été aussi efficace que l’Ativan et a occasionné moins de diminution de la vigilance et d’effet résiduel le matin.

Plus sur les plantes soporifiques

Vous vous souvenez de l'histoire d'Ulysse lorsqu'il accosta sur la terre des Lotophages, légendaires mangeurs de la plante de lotos :

« Dès que mes compagnons eurent mangé le doux lotos, ils ne songèrent plus ni à leur message, ni au retour ; mais, pleins d'oubli, ils voulaient rester avec les Lotophages et manger du lotos. Et, les reconduisant aux navires, malgré leurs larmes, je les attachai sous les bancs de la cale ; et j'ordonnai à mes chers compagnons de se hâter de monter dans nos navires rapides, de peur qu'en mangeant le lotos, ils oubliassent le retour. » (Homère, L'Odyssée)

Tout oublier, c'est l'effet recherché. Ulysse est obligé « d'attacher ses chers compagnons » aux bancs du bateau pour les emporter, « malgré leurs larmes »… Cela n'est pas sans rappeler un drogué réclamant sa dose ! Mais les hommes connaissent de nombreuses plantes qui plongent dans un profond sommeil et font tout oublier : le pavot, dont sont dérivées l'héroïne et la morphine utilisée en médecine ; les solanacées, une grande famille de plantes à laquelle appartiennent les pommes de terre, les tomates, les poivrons, les aubergines… Elles contiennent un poison, la solanine, qui peut plonger dans le coma et entraîner la mort. Utiliser des feuilles de tomates pour une infusion est potentiellement mortel.
Leur problème est que ces plantes soporifiques ne “reposent” pas. Mais ce n'est pas forcément l'effet recherché !

La belladonne, plante des sorcières… et des belles Italiennes

Dans la famille des solanacées, la plante la plus connue pour ses effets soporifiques est la belladone, qu'on utilisait encore pour anesthésier les malades au XIXe siècle. (...)
Aujourd'hui, la belladonne est strictement réservée à l'usage pharmaceutique. À petite dose, elle est un calmant et un puissant antidouleur. On l'utilise contre la toux, mais ses effets toxiques pour le système nerveux ont entraîné sa suppression de nombreuses spécialités pharmaceutiques. (...)


Jean-Marc Dupuis

(...) : texte supprimé par la blogueuse car sans intérêt.

----------

Source :

http://editions.santenatureinnovation.com

!!! Un grand merci à Sophie qui m'a envoyé cet article !!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #plantes, #sommeil

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2015

Herbes médicinales Bio à vaporiser, meilleures plantes médicinales biologiques

Utilisées depuis l’origine de l’humanité pour leurs propriétés médicinales, les plantes occupent une place importante dans la pharmacopée actuelle.

La première benzodiazépine a été synthétisée à partir d'un pavot  

« Environ 40 % des médicaments du Vidal sont directement issus des plantes ou fabriqués par hémisynthèse », indique le Dr André Gassiot

Psychiatre honoraire à l’hôpital de Rodez, le Dr André Gassiot s’intéresse de longue date aux effets psychotropes des plantes. Ce fin connaisseur de la médecine traditionnelle chinoise et tibétaine doit publier en 2015 un livre « Plantes et santé mentale » aux éditions Odile Jacob.

« Depuis l’origine de l’humanité, les plantes et autres substances naturelles ont été utilisées à des fins médicinales, pour soulager des maux, induire une sensation de bien-être ou traiter des maladies », explique le Dr Gassiot, en citant notamment le cas de Otzi, cet « homme des glaces » mort il y a 5 300 ans et dont le corps momifié et congelé a été retrouvé en 1991 par un couple de randonneurs à la frontière entre la Suisse et l’Italie.

« Sur lui, on a retrouvé des plantes à visée thérapeutiques, souligne le Dr Gassiot. D’anciens textes chinois attestent l’utilisation des plantes à des fins thérapeutiques dans ce pays bien avant notre ère. Enfin, il est probable que les premiers Homo ont hérité de l’aptitude à s’automédiquer par l’observation des animaux. Aujourd’hui, la zoopharmacognosie, au carrefour de la médecine, de l’anthropologie et de l’éthologie est la discipline qui étudie ces "animaux médecins" ».

Selon le Dr Gassiot, pour différentes raisons, historiques et actuelles, on ne peut aborder les effets psychotropes des plantes sans évoquer l’importance du Chaman ou « homme médecine » qui, dans certaines ethnies, était dépositaire du pouvoir thérapeutique des substances de la nature.

« Les plantes étaient utilisées, non pas seulement pour guérir les maux physiques, mais aussi pour pouvoir être relié à Dieu, c’est l’effet enthéogène ou pour rentrer en contact avec l’autre, appelé l’effet entactogène. Le chaman en usait lui-même pour rechercher l’effet hallucinogène et l’état de transe, ce qui permettait à l’esprit du chaman de « voyager », d’en rapporter une connaissance et une sagesse », indique le Dr Gassiot.

Aujourd’hui, les plantes occupent toujours une place importante au sein de la pharmacopée.

« Environ 40 % des médicaments du Vidal sont directement issus des plantes ou fabriqués par hémisynthèse. Sur un plan historique, on peut rappeler que la première benzodiazépine, le chlordiazépoxde (Librium*), a été synthétisée en 1958 par L. Sternbach aux États-Unis à partir d’un pavot Papaver dubium.

Le premier antipsychotique est peut-être issu lui aussi d’une plante Rauwolfia serpentina, dont la décoction des feuilles était appelée en Inde « l’Herbe contre la folie ». Ramenée en Europe au XVI siècle par le Docteur Rauwolf, Weber en isolera la réserpine, commercialisé dans les années 1970 sous le nom de Serpasil* », indique le Dr Gassiot.

Aujourd’hui, les effets psychotropes des plantes se retrouvent dans les divers registres thérapeutiques en psychiatrie.

Il existe d’abord des plantes majeures (passiflore, kawa, aubépine, agripaume, aspérule odorante…) aux effets anxiolytiques et sédatifs, par action sur les systèmes GABAergiques.

Ces effets se retrouvent aussi dans certaines plantes (mélisse, melitte, livèche, mélilot, angélique officinale).

Parmi les huiles essentielles, ayant des effets anxiolytiques et sédatifs, on peut citer la lavande officinale, la marjolaine, l’oranger amer, la verveine odorante ou la camomille romaine.

Le Dr Gassiot évoque aussi certaines plantes hypnotiques et régulatrices du sommeil : le pavot de Californie, la valériane, le coquelicot, le houblon ou le tilleul.

La principale plante antidépressive est bien sûr le millepertuis Hypericum perforatum L. « Dans de nombreuses études documentées, notamment en Allemagne, le millepertuis est considéré comme étant l’équivalent du Prozac pour ses effets inhibiteurs de recapture de la sérotonine. Ses indications restent les états dépressifs légers, survenant lors de stress répétés. Une autre indication est peut-être la dépression saisonnière du fait des effets mélatoninergiques associés », souligne le Dr Gassiot.

D’après un entretien avec le Dr André Gassiot, psychiatre honoraire à l’hôpital de Rodez. QDM.

------------

Source :

http://chronimed.over-blog.com/article-anxiolitiques-sedatives-antidepressives-les-effets-psychotropes-des-plantes-125401527.html

Voir les commentaires

Rédigé par Entraide Fibromyalgie Ouest

Publié dans #plantes, #antidépresseurs

Repost 0