Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le sommeil des patientes fibromyalgiques, la clé du mal être ? (extrait)

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 

Qui n’a pas fait l’expérience de lendemain difficile d’une mauvaise nuit de sommeil?

Pour les patients fibromyalgiques, c’est la réalité de toutes les nuits malgré des fluctuations de la dysomnie.

Les perturbations du sommeil  sont rarement au 1er plan des  plaintes, en raison semble t-il  de leur chronicité et de la prédominance du « couple douleurs diffuses-fatigue ».

Les troubles du  sommeil  mais aussi de l’éveil seraient en quelque sorte   « noyés »  parmi  les nombreuses plaintes exprimées. En effet, les malades se plaignent peu spontanément du sommeil lui-même mais plutôt de ses conséquences (fatigue, réveil pénible, raideur et  courbatures au réveil).

Pour certains auteurs(Mc Farlane, M.Rizzi, H.Moldofski) l’intensité des  douleurs diffuses et les points douloureux d’examen seraient corrélées à  la sévérité de la  dysomnie.

Ainsi, la correction des troubles du  rythme veille-sommeil des fibromyalgiques  deviendrait prioritaire dans la prise en charge thérapeutique de ces patientes.

Historiquement, dès 1976, le Dr H.Moldofski a bien démontré  la possibilité de reproduire  des symptômes de type fibromyalgie par des épreuves de privation du sommeil  chez  l’homme sain volontaire. Selon le psychiatre canadien, les sujets fibromyalgiques ont un sommeil fragmenté (sommeil entrecoupé de nombreux micro-éveils).Cette hypervigilance nocturne  cérébrale serait  destructrice  de l’architecture du  sommeil  principalement  du sommeil lent profond  (SLP : stade 4) réparateur.

Pour le Dr H  Moldofsky , ces anomalies ne sont pas dues à la douleur chronique mais en sont l'origine. Le sommeil n'a plus son rôle régénérateur.

La sérotonine, neuromédiateur cérébral  et médullaire, est impliquée  à la fois dans la régulation des voies de la douleur nociceptive et le  sommeil faisant le lien physiopathogénique entre  ces deux fonctions déréglées dans le syndrome de fibromyalgie (FMS).

Le FMS  état douloureux diffus  serait une sorte de « rhumatisme du  sommeil ».

Etre fibromyalgique sans troubles du sommeil n’est guère possible.

90 % à 100 % des patients fibromyalgiques ont des troubles du sommeil, mais pour autant la dysomnie est considérée comme un critère mineur non indispensable au diagnostic selon la définition actuelle du  FMS.

Pour les 10 % de patients  à  sommeil  réparateur, les symptômes diurnes  sont améliorés significativement confirmant le lien physiopathogénique entre  FMS et rythme  circadien veille-sommeil.

Il existe des anomalies quantitatives et qualitatives des troubles du sommeil des fibromyalgiques bien différentes d’autres pathologies du sommeil bien que non totalement spécifiques prises isolément (tracé « alpha-delta »)

L’architecture globale du sommeil fibromyalgique est quant à elle particulièrement perturbée témoignant de l’instabilité veille-sommeil et de l’incapacité du cerveau à maintenir un sommeil de qualité, réparateur.

Tableau récapitulatif des perturbations du sommeil de patientes fibromyalgiques, comparativement à un groupe témoin.

Source : http://www.labrha.com/sommeil-patientes-fibromyalgiques.aspx

Publié dans sommeil, clé, mal-être

Partager cet article
Repost0

Fibromyalgie : l'hypothèse d'une neuropathie des petites fibres se précise

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Chez les personnes atteintes de fibromyalgie, des biopsies ont montré une plus faible densité des petites fibres nerveuses de la peau, rapporte une étude américaine publiée dans la revue Arthritis & Rheumatology.

Ce qui supporte l'hypothèse qu'une neuropathie des petites fibres, plutôt qu'une sensibilisation basée dans le système nerveux central serait responsable de la douleur associée à la maladie.

Des études ont montré que certaines personnes atteintes de fibromyalgie présentent une polyneuropathie démyélinisante périphérique des grandes fibres nerveuses, semblable à celle observée dans la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, indiquent les chercheurs.

Rappelon qu'une neuropathie est une atteinte des nerfs périphériques, c'est-à-dire des nerfs qui se situent à l'extérieur du cerveau et de la moelle épinière. La myéline constitue une couche protectrice des nerfs.

Des études ont suggéré que ce processus de démyélinisation implique probablement le système immunitaire, précisent les chercheurs.

Puisqu'il est connu que des lésions neuropathiques des grandes fibres peuvent être associées à une neuropathie des petites fibres, Xavier J. Caro et Earl F. Winter (1) ont cherché à déterminer si cette dernière est plus fréquente chez les personnes qui souffrent de fibromyalgie. La neuropathie des petites fibres nerveuses est mesurée par la densité des fibres dans la peau.

Ils ont mené cette étude avec 41 personnes atteintes de la maladie et 47 en santé. Elles ont subi une biopsie de la peau sur la cuisse et près de la cheville. L'hypoesthésie, qui est une diminution de la sensibilité à la stimulation, était également mesurée.

Toutes les personnes atteintes de fibromyalgie présentaient des signes d'hypoesthésie. Ce qui concorde avec le fait qu'elles avaient une plus faible densité des fibres nerveuses de la peau (moyenne de 5,8 comparativement à 7,4 pour la cheville et 9,3 comparativement à 11,3 pour la cuisse).

Une évaluation sanguine montrait un lien (bien que modeste) entre la densité des petites fibres nerveuses de la peau chez les fibromyalgique et un marqueur (le IL-2R) de l'activation des cellules T macrophages du système immunitaire. Ce lien était plus marqué pour la cheville que pour la cuisse, ce qui suggère un processus dépendant que la longueur des grandes fibres nerveuses.

Les chercheurs concluent que ces résultats suggèrent :

  • qu'une neuropathie des petites fibres est susceptible de contribuer aux douleurs de la fibromyalgie;
  • que la douleur origine, en partie, d'un processus périphérique dans lequel intervient le système immunitaire;
  • et que la mesure de la densité des fibres nerveuses de la peau peut être un outil clinique utile pour la fibromyalgie.

(1) Respectivement du Northridge Hospital Medical Center et du départment de psychologie de l'Université North Central.

Source : http://www.psychomedia.qc.ca/fibromyalgie/2014-05-18/neuropathie-des-petites-fibres-nerveuses

Partager cet article
Repost0

La commercialisation du Sativex, médicament à base de cannabis, bloquée en France à cause de son prix

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

Une boîte et un flacon de Sativez, le 22 juillet 2014, à Cologne (Allemagne).

Ce médicament est trop cher,

selon le Comité économique des produits de santé.

Le Sativex, premier médicament à base de cannabis qui devait être vendu en France, a été interdit avant même sa commercialisation, selon une information de France Info, jeudi 11 juin. Le produit devait arriver dans les pharmacies en début d'année, mais sa vente a été bloquée par le Comité économique des produits de santé. Il reproche au laboratoire Almirall, qui le fabrique, de le vendre à un prix trop élevé.

Un médicament pour soulager de graves douleurs

Ce médicament, qui devait être délivré sur ordonnance, est destiné à soulager les douleurs liées à des maladies telles que la scléroses en plaque et se présente sous forme d'un spray à base de cannabis. Environ 5 000 malades attendraient en France de pouvoir utiliser ce médicament, toujours selon la radio, qui est déjà commercialisé dans 17 pays.

D'après France Info, le laboratoire Almirall et le Comité économique des produits de santé n'arrivent pas à s'entendre sur le prix. Le directeur du laboratoire assure pourtant avoir proposé "20% en dessous du prix européen. (...) Pour moi, c'est impossible d'un point de vue économique, ça ne couvre même pas mes frais fixes, donc je ne peux pas non plus vendre à perte".

Par

Source : http://www.francetvinfo.fr/sante/cannabis-la-commercialisation-du-sativex-bloquee-en-france-a-cause-de-son-prix_947201.html

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>