Comment vivre en tant que profane avec un patient fibromyalgique

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

EC098347Comment vivre en tant que profane avec un patient fibromyalgique.

 

Un patient fibromyalgique n’est pas lépreux, sa maladie n’est pas contagieuse, il est limité dans ses capacités physiques et doit payer tout excès d’activité par de fortes douleurs, une grande fatigue et d’autres problèmes.

 

Un patient n’est pas paresseux.

 

Il est en recherche d’un compromis dans l’activité, la détente, le repos, la douleur. Bref, il est en recherche des possibilités et limites du corps malade.


En tant que profane il est difficile de comprendre qu’à certain moments le malade semble exagérer (danse ou autres activités et à d’autres moments reste au lit ou se plaint de douleurs et fatigue. De là vient que l’on colle souvent l’étiquette de profiteur, paresseux, simulateur, etc.


Soyez juste envers la personne, car si dans ces moments sporadiques de détente elle peut oublier un instant un peu la douleur elle paiera plus tard la note par une plus grande douleur et fatigue.

 

Si vous invitez chez vous un de ces patients, tenez compte de lui, veuillez à ce qu’il se sente à l’aise, qu’il est une bonne chaise et tenez compte de ses besoins.Lorsque le patient désire rentrer à la maison plus vite que prévu, n’insistez pas pour qu’il reste, car il souffre alors probablement beaucoup depuis un moment.Beaucoup de malade ont des difficultés pour répondre à votre question pourtant bien intentionné de savoir comment ils vont. Comment, en effet, expliquer en peu de mots ce qu’est la souffrance, l’impuissance.

 

Si vous voulez savoir comment il va, attendez vous à un dialogue qui pourrait se terminer en larmes, mais soyez prêt à proposer votre épaule et surtout écouter.


Sachez que les patients sont parfois vraiment dépressifs à force de vivre avec la douleur, de la fatigue, du sommeil perturbé. Imaginez vous que vous devez vivre avec la douleur tout au long de l’année, une douleur qui vous empêche de dormir, une douleur toujours présente, et vous aurez une idée de ce qu’un patient fibromyalgique doit vivre.


Si vous connaissez le patient depuis assez longtemps, regardez alors en arrière. Souvent vous reverrez l’image d’une personnalité, n’ayant pas peur des défis, et qui était prête (ou prêt) à retrousser ses manches. C’était très souvent quelqu’un sur qui on pouvait compter.


Maintenant, c’est à vous d’être l’ami sur qui le malade peut compter. Il en a grand besoin.


par Editions Fibromyalgie, dimanche 23 septembre 2012, 18:48 ·


Article collecté sur le site :

http://www.fibromyalgie66.fr/au-quotidien/

 

Edité le 06.01.13 par :

signature piaf

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article