Kétamine : le nouveau RIVOTRIL® à la sauce T2A ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

La complexité de la prise en charge des patients présentant un syndrome douloureux chronique pousse les soignants à toujours plus d’innovation. Dans le meilleur des cas, l’émergence de nouveaux traitements (médicamenteux ou non) s’accompagne d’une recherche clinique de qualité, ce qui permet une généralisation progressive. Dans d’autres cas, les années passent, les habitudes de prescription de développent, sans réelle preuve d’efficacité et/ou de sécurité.

Ce fut le cas du RIVOTRIL®, traitement extrêmement bon marché puisqu’un flacon de 500 gouttes ne coute que 2 euros. Le coût de traitement journalier pour un patient qui consomme 10 gouttes de RIVOTRIL® par jour n’est donc que de 4 centimes d’euros : pas de quoi creuser le trou de la sécurité sociale ! Malheureusement, il aura fallu des décennies pour s’apercevoir d’un rapport bénéfice-risque très défavorable…

N’est-il pas en train de se passer la même chose avec la kétamine ? Cette molécule, utilisée en anesthésie, fait l’objet d’un intérêt croissant du fait d’une action spécifique sur un des nombreux récepteurs (dit NMDA) impliqués dans le contrôle du message douloureux. A ce jour, les revues de la littérature [1,2] s’intéressant à l’usage de la kétamine dans un contexte de douleur chronique posent toutes les mêmes constats :

- efficacité au mieux modérée et de courte durée ;
- nombreux effets secondaires neuropsychologiques ;
- risque addictif ;
- absence de consensus sur la voie d’administration à utiliser (intraveineuse, sous-cutanée, nasale, orale ?) ;
- absence de consensus sur les doses à utiliser ;
- absence de données d’efficacité et de sécurité à long terme.

Pour l’ensemble de ces raisons, l’utilisation de la kétamine ne peut actuellement s’envisager [1,2] que dans le cadre d’un protocole de recherche, en attendant d’avoir des données plus solides.
Une étude nationale française est en cours de construction pour ce qui est de la prise en charge des douleurs neuropathiques.

Pour autant, le recours à la kétamine en dehors de tout protocole de recherche semble être en plein essor, notamment pour la fibromyalgie, syndrome douloureux à la physiopathologie encore mal élucidée. Qui plus est, ce type de pratique tend à se développer sans évaluation rigoureuse du contexte psychosocial du patient !

Ne s’agirait-il pas d’un effet pervers de la tarification à l’activité, cette fameuse « T2A », qui fait que les établissements de santé se rémunèrent au nombre de séjours qu’ils réalisent ? La kétamine étant, en France, un produit à usage hospitalier, son utilisation nécessite une hospitalisation.

 

La journée d’hospitalisation de jour étant facturée à hauteur de 424,33€ (GHS R52.1 douleur chronique irréductible, tarif 2011), l’opération peut rapidement rapporter gros (à l’établissement) et donc coûter cher (à la collectivité). Plus de kétamine, plus de séjours pour le service, plus de recettes pour l’établissement : mais quel bénéfice pour le patient ?

 

Article récolté sur le site :

http://algoweb.blogspot.fr/2012/02/ketamine-le-nouveau-rivotril-la-sauce.html

 

Edité le 1er décembre 2012 par :

signature 2

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chantal 07/12/2012 13:54


je souffre d'une spondylarthrite ankylosante depuis des années donc j'ai, avec l'aide des médecins, eu rivotril, celebrex, bi-profenid et compagnie... Je viens de découvrir la "cryothérapie corps
entier". Se renseigner ABSOLUMENT,  produire bcp de sérotonine fait que mon cerveau "ordonne" à mon corps d'arrêter de m'auto-immuniser (je schématise). C'est GENIAL, depuis plus de 15 ans,
je viens de passer presque 3 semaines sans AUCUN médicament... A vous de voir. 


Bon courage à tous ceux qui souffrent de ces douleurs qui nous pourrissent la vie 
Chantal 

Entraide Fibromyalgie Ouest 08/12/2012 16:39



Je vous remercie de ce témoignage rassurant et plein d'espoir ; je vais me permettre de le mettre en ligne dans ce site.


Merci de votre visite et de l'intérêt que vous y portez.


Cordialement


Evy, la blogueuse



La même 02/12/2012 12:33


je suis souvent asez surprise de voir présenter comme nouvelles des drogues qui ne le sont pas du tout. Acupan, kétamine, par exemple. La réalité est que ça ne bouge quasi pas.

Une douloureuse chronique parmi tant 01/12/2012 16:21


j'ai eu une expérience horrible avec la kétamine. En intra veineuse, elle était censée 'déconnecter " le cerveau de la douleur. J'éytais à l'hosto pour ce traitement de choc, l'anesthésite a
passé la perf d'un seul coup en me disant que j'allais peut-être voir des elephants roses, mais moi j'ai cru que j'allais crever sur place tant ça a été violent. J'avais 3 perf en 3 jours. Les
jours suivants il les a passé lentement, ça été mieux. Je doute que la kétamine soit mieux que le rivotril, franchement si on n'a que ce genre de produits à nous proposer mieux vaut vivre avec
son mal qu'avaler des poisons. Il m'a fallu des mois et des mois pour me désintoxiquer du rivotril, une patiente dingue parceque c'est une vraie drogue quant à la dépendance. Je suis dépitée par
le manque de moyens et d'innovation en matière de lutte contre la douleur. La kétamine j'ai eu ça il y a 10 ans, rivotril, laroxyl déjà en 94 !

Entraide Fibromyalgie Ouest 01/12/2012 16:30



C'est bien pour ça que j'ai mis cet article car il y a le pour et le contre.


Je vous remercie de votre témoignage car ça peut aider les fibromyalgiques à prendre une décision avant de prendre n'importe quoi comme "drogues" !


Belle soirée


Evy, la blogueuse