La fibromyalgie ? Oui ! On peut en guérir !

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

269-160

 

La fibromyalgie est probablement vieille comme le monde, elle fait l’objet d’études depuis le XVIIIème siècle, elle n’est reconnue en France que depuis 1992. Elle est caractérisée par des douleurs intenses et variables dans tout le corps ne laissant aucune trace, actuellement, dans les examens médicaux : radio, IRM , biologie.

 

Je suis médecin endocrinologue, nutritionniste, psychanalyste et psychosomaticienne.

 

Depuis 1986, mais surtout depuis que je suis attachée aux Thermes d’Allevard, je travaille, au sein d’une équipe, avec des personnes atteintes de cette maladie et je fais de la recherche sur les causes d’apparition et les moyens de la soigner.

 

Je peux, avec du recul, dire que cette maladie est guérissable si l’on supprime TOUS les facteurs qui l’ont déclenchée et qui l’entretiennent.

 

Cet article n’est qu’un partage d’expérience professionnelle de 26 ans, il se veut ni théorique, ni exhaustif.
Il se veut seulement pour ceux qui le souhaitent, un sujet de réflexion, une ouverture peut-être et des pistes pour guérir.


***

C’est une maladie, comme beaucoup d’autres, plurifactorielle. Elle demande donc des traitements variés et adaptés à chaque cas.

 

Voici ceux que j’ai repéré, les facteurs les plus fréquents sont :

 

1) Les émotions refoulées

Depuis longtemps, probablement, les personnes sentent que les émotions refoulées perturbent le bon fonctionnement du corps. N’entendons-nous pas ? « J’en ai plein le dos, je l’ai gardé sur l’estomac, ça m’a coupé les jambes, je l’ai sur la poitrine, cela m’a été droit au coeur etc »

 

Maintenant les neuro-sciences ont découvert que chaque émotion déclenche la secrétion d’une hormone qui provoque la contraction d’un fascia (fine membrane qui entoure chaque viscère, même les os, traversée par les vaisseaux qui alimentent et dépolluent ce viscère et les petits nerfs qui l’innervent)

 

Ce fascia n’est pas n’importe lequel, c’est celui d’un organe cible, ex : la peine fait contracter le fascia du cœur et des poumons, l’agressivité celui du tube digestif etc. Pendant cette contraction, l’organe est donc moins bien nourrit ,dépollué, innervé. Seule l’extériorisation de cette émotion libère cette contraction. Si ceci ne se fait pas, maintenir une émotion qui est faite pour être naturellement sortie du corps demande de l’énergie donc fatigue et maintient une contraction des muscles et des tendons qui entourent ce viscère. Au bout d’un certain temps, ils deviennent douloureux, d’autant que ce sont souvent, les mêmes émotions que l’on rétentionne au nom d’une éducation, d’une image de marque ou autre. ex ; « je ne pleure jamais,je ne veux pas paraître faible » « chez mes parents, on n’avait pas le droit de dire qu’on était pas d’accord».

 

Pendant tout ce temps, le viscère emprisonné souffre aussi.

 

Le traitement de la fibromyalgie qui a pour cause ce facteur est donc :

* Le lâchage, d’une façon socialement acceptable, des émotions refoulées
* Supprimer la cause de ce refoulement : ex remettre en question les interdits qui nous ont fait agir ainsi.

 

Méthodes possibles :
Psychothérapie analytique
Fasciathérapie
Hypnose
Sophrologie
Arthérapie
Musicothérapie
Le chant
la fasciathérapie, peu connue, est une thérapie manuelle, très efficace. (profonde détente, diminution des douleurs, libération des blocages


2) Non écoute de soi, de ses désirs, des besoins du corps, de ses limites, intolérance.


Le « forcing », la volonté d’avoir tout pouvoir sur les choses et les autres, l’oubli de soi, l’activisme, entraîne la personne à dépasser ses limites et à faire vivre à son corps un état de tension permanent, de douleurs et de fatigue.


La douleur entraîne les troubles du sommeil qui amènent à leur tour un déséquilibre complet et à tous niveaux de la personne puisque c’est pendant le sommeil (9h pour les femmes, 8 heures pour les hommes) que le cerveau se régénère. Or, c’est le cerveau qui règle toutes les fonctions physiques, physiologiques, et émotionnelles .

 

Le traitement de la fibromyalgie ayant pour cause ces facteurs.est donc :

*Se mettre à l’écoute de soi, de ses désirs, de son corps et de ses besoins

*déraciner les causes de ces fonctionnements qui rendent malade.

 

Méthodes :

Psychothérapie analytique complétée par, selon les besoins,
Nutrithérapie
Rééducation au sommeil
Cohérence cardiaque
Sophrologie
Fasciathérapie
Ostéopathie
Idogo, Qi Gong
Réflexion sur soi

 

3) Les stress répétés intériorisés

Le stress provoque des tensions au niveau des tendons et la contraction des muscles, du fascia de l’intestin et parfois du cœur et des bronches.


Si le stress est évacué à l’extérieur du corps, les tensions disparaissent, sinon, elles demeurent et engendrent des douleurs.

 

Le traitement de la fibromyalgie qui a pour cause ce facteur est donc :

*défouler les stress
*repérer les sources de stress et trouver les moyens de les éviter, ou de les diminuer. Les sources de stress sont souvent en soi : anxiété, manque de confiance en soi. Ces facteurs sont curables.

 

Méthodes possibles :

Sophrologie
Idogo
Aquagym
Marche
Massage
Fasciathérapie
Psychothérapie analytique pour travailler sur l’anxiété et le manque de confiance en soi.


4) Les traumatismes physiques

L’écoute des curistes m’a appris que de nombreuses personnes avaient commencé leur fibromyalgie après un accident, une intervention chirurgicale.

 

Rien d’étonnant à cela ! Les accidents ou intervention chirurgicale créent des micro-déplacements non perceptibles en radio et IRM. Ils entraînent des tendinites, des myalgies, d’abord locales mais qui se généralisent peu à peu suivant une logique posturale.


Prenons l’exemple d’une entorse du poignet gauche (rien à la radio). Si les petits os du poignet ont souffert de micro-déplacements, la douleur persiste au-delà de 3 semaines, la personne va solliciter son poignet droit , non entraîné à tant d’efforts. Ceci entraîne des douleurs du poignet droit, la douleur des poignets entraîne la contraction des épaules et du cou, de nouvelles douleurs apparaissent à cet endroit etc etc..

 

Les seuls traitements que je connaisse pour ce facteur, c’est la fasciathérapie et la micro-ostéopathie qui permettent, même après de longues années, de réduire les micro-déplacements et de rétablir l’équilibre car c’est une approche globale.


Il serait même souhaitable, à titre préventif, de faire vérifier cet équilibre, après tout traumatisme corporel.
L’Idogo permet de cultiver cet équilibre retrouvé.

 

Tout ce travail que je suggère nécessite un minimum de dynamisme qui n’est possible que si les souffrances sont supportables et le sommeil suffisant.


D’où l’importance des antalgiques et des somnifères. La fibromyalgie n’est pas une dépression, elle ne nécessite donc pas d’anti-dépresseurs à priori mais la douleur et le manque de sommeil peuvent générer une dépression.

 

Je souhaite à tous les fibromyalgiques de prendre ces chemins qui mènent à la guérison, même s’ils sont contraignants parfois et demandent beaucoup de remise en cause. 


Transmis par Arcturius, le 16 décembre 2012

Docteur Minou Poirier
Médecin psychanalyste, psychosomaticienne
http://minoupoirier.e-monsite.com/

(avec la collaboration de Michèle Géant, fasciathérapeute)

 

Source: http://www.journaldunaturel.com/

 

© 2012, Les Chroniques d'Arcturius.
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer sa source originale.

Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous s’en!

 

Edité le 17.12.12 par :

Evy - signature animée Titi

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jenny Marty 17/12/2012 16:48


Bonsoir ma belle Evy, je viens de partager ton article


en mettant bien toutes les sources, bien sur.....


Bonne fin de journée et gros bisous  

Marie-Hélène COQUELIN 17/12/2012 16:32


J'ai bien lu cet article ainsi que les liens s'y référant. Je suis également persuadé que tout ce qu'on a refoulé dans un coin de notre cerveau se transforme en message de douleur par notre
cerveau. Certes, nous devons nous remettre en question. Notre personnalité reste malgré tout et lorsque notre conscience nous dicte de parler par d'un incident, de dire franchement ce qui nous
blesse, hé bien, pour nous autres, cela ressemble à un vrai combat, en majeure partie par ce qu'on ne veut pas blesser ou nous facher, alors on garde pour soi. Mëme si nous faisons des progrès
sur ce sujet, notre nature reste et le stress occasionné lui aussi........( pas plus tard qu'hier : Maman 88 ans a eu plusieurs fois un mauvais comportement envers moi ; au téléphone je lui
parle et je termine par : "comme tu voudras" un peu sèchement  hé bien la réponse s'en suit : "mais qu'est ce que tu as, tu n'as par l'air aimable" (évidemment je m'efforce toujours d'être
le plus gentille possible sauf hier........)résultat : maman 88 ans est désagréable encore plus qu'autrement....) la suite : un stress pour moi et les douleurs avec....... Sur ce Bonnes Fëtes à
tous !  Marie-Hélène

Entraide Fibromyalgie Ouest 18/12/2012 11:58



C'est bizarre, j'ai comme l'impression de "déjà vécu" !!!


Je te souhaite de très belles fêtes de fin d'année en espérant que 2013 nous apportera un peu de soulagement !


Mais il faudra pour cela, qu'on travaille sur soit.


Belle journée ma Belle et j'espère, à bientôt te revoir !


Evy